S'abonner au bulletin

 

Le « Solo in time » en claquettes de Savion Glover électrise le Monaco Dance Forum

 

15 décembre 2013, par Jean-Luc Vannier ——

Plus qu'une performance sportive : un au-delà du langage. Avec, pourtant, ses syllabes, sa syntaxe, ses accents et ses ponctuations. Lesquels s'emparent, presque malgré lui, du corps de l'autre — le public —  initiant un mouvement impromptu, réponse involontaire à l'insondable appel onomatopéique. Tout un symbole : les esclaves noirs américains ne communiquaient-ils pas entre eux sans l'usage des mots interdits par les négriers ?

savio gloverSavion Glover. Photographie © Lois Greenfield, Savion Glover Productions.

Comment introduire autrement les multiples facettes de l'époustouflante prestation offerte, samedi 14 décembre à l'Opéra de Monte-Carlo, par le célèbre danseur américain de claquettes Savion Glover, invité dans le cadre du Monaco Danse Forum ? La virtuosité de son « Solo in time » évoque l'incommensurable richesse d'un vocabulaire puisant dans tous les registres : par une soudaine modification du rythme, de l'angle et de l'intensité de la frappe sur le sol, il nous transporte d'un continent à un autre dans un incessant dialogue de sa masse corporelle, en constant équilibre, avec son environnement spatial et musical. Le rythme devient son et la note se fait cadence, au sens strict du terme nous rappelant nos « humanités » sorbonnardes : en latin, « cadeo » veut bien dire « je tombe ». Mais, loin de nous écraser, la verticalité de la chute de la pointe ou du talon sur le plancher nous électrise. Elle nous sollicite au plus profond de nous-mêmes, elle nous condamne à la réponse : étonnant paradoxe du message qui revient de l'autre sous une forme inversée, selon une célèbre formule du psychanalyste Jacques Lacan.

savio gloverSavion-Glover. Photographie © Savion Glover Productions.

Une rythmicité à ce point prégnante et empreinte d'une dimension métapsychologique qu'elle plonge l'artiste dans une sorte de transe hypnotique : en témoigne son sourire extatique malgré l'éprouvant effort musculaire. Seul avec ses deux musiciens — fabuleux  Gabriel Hermida et Cristobal Cintron qui l'accompagnent dans un Flamenco endiablé — ou dans une spectaculaire improvisation avec Marshall Davis Jr, l'autre danseur né en Floride et chaussant ses premières claquettes à l'âge de 10 ans, Savion Glover, aidé de Takaï Waldinee pour la scénographie et de Drew DeCorletto pour les lumières qui jaillissent dans la salle Garnier, fait mouche à chaque coup : lorsqu'il ne s'amuse pas à imiter le « serpent à sonnette » en tournant sur lui-même, il nous trompe sur ce que nous prenons pour ses arrêts qui ne sont qu'une respiration et nous laisse dans la plus ahurie des expectatives quand s'achève son final : preuve, s'il en est, du nécessaire apprentissage de ce « dialecte » oscillant entre fracas et frôlement, avant de pouvoir engager une interlocution qui ne soit pas réduite à un stérile soliloque.

 

Nice, le 15 décembre 2013
Jean-Luc Vannier

À propos .  . Bulletin . Liste de discussion . Collaborations .  


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2013

grenouille

Lundi 16 Décembre, 2013 18:12

 

musicologie.org

 

 

rectangle

rectangle

rectangle