À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

S'abonner au bulletin

 

 Le contre-ténor Matthieu Peyrègne,
la relève du Baroque à Nice.
16 avril, Église du Vœu de Nice
Par Jean-Luc Vannier

Matthieu Peyrègne
Matthieu Peyrègne 

Il se présente sanglé dans un blazer bleu marine. Sa frange impeccablement ondulée et son sourire juvénile lui donnent un inimitable côté « English good boy ». Une évidence pour qui a fait d'Henry Purcell son répertoire fétiche. Jeune contre-ténor prometteur et à même d'assurer la relève d'une musique baroque parfois durement malmenée sur Nice, Matthieu Peyrègne chantait samedi 16 avril à l'Église du Vœu tout en dirigeant son jeune Ensemble « Camerata Apollonia » dans une œuvre rarement interprétée de Dietrich Buxtehude, Membra Jesu Nostri : cycle de Cantates inspirées des poésies spirituelles du Moyen-âge mêlées de foi cistercienne et déplorant l'une après l'autre les plaies du Christ symboliquement portées de cinq à sept. Maître des compositeurs du xviiie, de Georg Friedrich Haendel à Johann Sebastian Bach, organiste à l'Église Sainte-Marie de Lübeck, ville hanséatique du nord de l'Allemagne dont il était lui-même natif, Dietrich Buxtehude imprégna à la musique religieuse allemande de son temps une bonne dose de mysticisme

Villa Kerylos de Beaulieu-sur-Mer
Villa Kerylos de Beaulieu-sur-Mer 

Quelques semaines auparavant, accompagné d'une viole de gambe, d'un théorbe-luth et d'un violon, Matthieu Peyrègne s'était produit pour la première fois en solo à la Villa Kerylos de Beaulieu-sur-Mer dans un programme « Airs pour castrat dans l'Italie et l'Angleterre du xviie siècle ». Sa sublime interprétation de la lamentation Remember me, forget my fate du « Didon et Enée » d'Henry Purcell et son récital très convaincant des extraits d'Orpheus Britannicus, œuvre posthume du même compositeur, étaient parvenus à faire oublier sa réserve toute anglaise dans un air d'Opéra signé Antonio Sartorio ou dans celui du Rinaldo de Haendel, lesquels réclamaient davantage de vivacité. Son « Dormi » tiré de La Giuditta d'Alessandro Scarlatti péchait aussi par manque de conviction. Nettement plus à l'aise dans les notes hautes, le jeune contre-ténor semble en outre vocalement plus audacieux en présence d'un partenaire : son duo d'excellence avec Gabriel Jublin, en octobre de l'année passée au Bar Baroque de Nice, fut tout simplement magnifique : parfaite — et rare — complétude harmonique des deux voix malgré une complexité de l'écriture vocale des oeuvres de Monteverdi ou de Haendel. En bon élève des classes de Dominique Vellard ou de celles animées par Gerd Türk, Matthieu Peyrègne y lançait, exalté, ses phrasées avec un timbre éclatant et abordait agréablement les aigus avec une tessiture ample et mélodieuse.

Cantates pour les Plaies du Christ en Croix.
Camerata Apollonia, direction Matthieu Peyrègne.
Cantates pour les Plaies du Christ en Croix.
Église du Vœu, Nice, 16 avril 2011

Samedi dernier, lors de ces sept Cantates pour les Plaies du Christ en Croix, sa direction orchestrale, d'aussi bonne tenue que sa mèche, n'en insufflait pas moins une divine inspiration aux instrumentistes : Françoise Guillet et Cécile Goiran aux violons, Nina Rouyer à la Viole de gambe et le genevois Laurent Desmeules à l'orgue. Sans jamais vaciller dans son énergie tout en veillant scrupuleusement aux nuances, le jeune chef accompagnait par surcroît les artistes lyriques : le duo féminin composé de la soprano Lisa Magrini, en dernière année à la Schola Cantorum de Bâle et de la mezzo soprano Virginie Maraskin, choriste passée par l'Opéra de Monte Carlo, éblouissaient de luminosité dès la première cantate Ad Genua dont les échos semblaient se perdre dans les hauteurs de la voûte ecclésiale. Choriste à l'Opéra de la Principauté, le ténor Benoît Gunalons et la Basse d'origine italienne Dario Luschi, choriste à l'Opéra de Nice depuis 2002, leur donnaient une excellente réplique masculine, accentuant par leurs intonations la gravité des douloureuses implorations. Quant à Matthieu Peyrègne, son admirable Amoris domicilium dans la Cantate « A la Poitrine » précédait un Amen final d'une impressionnante solennité.

 

Nice, le 19 avril 2011
Jean-Luc Vannier


Références / musicologie.org 2011