S'abonner au bulletin

 

Le sanguin Juan Diego Florez triomphe dans « La Favorite » à l'Opéra de Monte-Carlo

 

13 décembre 2013, par Jean-Luc Vannier ——

 

Le royaume de Castille, au milieu du XIVe siècle, ne badine pas avec l'honneur. Encore moins avec l'amour. Deux notions suspectes, à notre époque, d'un vieillissement accéléré. D'où la tentation de tenir La Favorite, opéra en quatre actes de Gaetano Donizetti créé le 2 décembre 1840 à l'Académie royale de musique de Paris, pour un drame belcantiste chargé d'une désuète opulence lyrique. Procès d'intention susceptible d'être encouragé par l'hypothèse d'une version de concert scotomisant les effets de la mise en scène.

Juan Diego Florez (Fernand). Photographie © Opéra de Monte-Carlo.

Autant de préjugés définitivement écartés par l'excellente version proposée, jeudi 12 décembre à l'Auditorium Rainier III, par l'Opéra de Monte-Carlo. Laquelle sera jouée le 18 décembre prochain au Théâtre des Champs-Elysées. Une direction musicale magistrale, solide, un brin trapue comme son auteur, le maestro québécois Jacques Lacombe, dont le geste précis, vif et énergique charpente les pupitres d'un orchestre philharmonique de Monte-Carlo en grande forme et redonne du souffle, de l'ardeur et une dynamique fluide à la partition. Un chef en accord parfait avec les chanteurs et les musiciens. En témoignent l'intensité suggestive de l'ouverture, le dialogue instrumental au début de l'acte IV entre l'appel divin de l'orgue et le désir humain du violoncelle ou le son de la harpe annonçant la prière de Léonor.

Béatrice Uria-Monzon (Léonor), Juan Diego Florez-(Fernand) et Jacques Lacombe (Direction-musicale)Béatrice Uria-Monzon (Léonor), Juan Diego Florez-(Fernand) et Jacques Lacombe (Direction-musicale). Photographie © Opéra de Monte-Carlo.

Cette exigeante ligne de direction musicale s'ajustait au mieux avec le niveau hors du commun atteint par la performance, maintenue d'un bout à l'autre de l'œuvre, de Juan Diego Florez : dans le rôle de Fernand, le célèbre ténor d'origine péruvienne domine la distribution par la puissance sanguine et néanmoins sous contrôle de son chant. Il multiplie ses sauts d'octave avec une aisance et une énergie encore plus remarquables que ses fameux neuf contre-ut de Tonio dans La Fille du régiment  (« Ah ! mes amis, quel jour de fête ! »), une des sources de sa renommée. C'est à peine si son visage se contracte dans l'exploit phonique. Phénomène d'autant plus saisissant que l'ancien élève du Curtis Institute of Philadelphia s'autorise cette audace dès la scène 1 à l'acte I — sa voix à peine chauffée — dans son air « un ange, une femme inconnue » : une prouesse vocale qui lui vaut la première de ses très nombreuses et chaleureuses ovations. Dans le personnage du roi de Castille Alphonse XI, le baryton Jean-François Lapointe, issu également de la « belle Province »,  ne peut que susciter le plus authentique enthousiasme : son apparition à l'acte II dans son air « Léonor, Viens ! » nous fait découvrir et apprécier une voix charnue mais suave, presque ouatée, envoûtante « double-crème » dans sa version masculine, en référence à celle de la soprano américaine Renée Fleming.  Son magnifique air au début de l'acte III « je me venge en roi » en revêt encore plus de noblesse. La basse britannique Nicolas Cavallier campe un très convaincant Balthazar, le Supérieur du couvent, notamment lorsque ses graves désignant l'attachement ascétique à la mort croise les aigus enflammés de Juan Diego Florez à la fin de la scène 1 de l'acte I. Une belle prestation tout comme celle, plus modeste mais tout aussi juste, du ténor belge Alain Gabriel dans celui de Don Gaspar, Officier du roi.

Jean François Lapointe (Alphonse XI). Photographie © Opéra de Monte-Carlo.

Les voix féminines suscitent moins de dithyrambe. Nous ne pouvons certes nier les facultés vocales de la mezzo-soprano Béatrice Uria-Monzon dans le caractère trempé de Léonor de Guzman. Mais force est de reconnaître qu'elle ne recherche pas toujours les vaillances des aigus comme à la fin de sa prière de l'acte III « Ô mon Fernand, tous les dieux de la terre… ». Le principal reproche concerne sa diction approximative — c'était déjà le cas lors de son interprétation de « La Navarraise » sur le Rocher en janvier 2012 — ainsi que les déconcertantes imprécisions et libertés prises avec le texte de la partition vers la fin de la représentation. En raison de sa voix trop souvent « rentrée » dans son air de la scène 2 « les plaisirs et l'amour », sa partenaire, la soprano russe Julia Novikova, ne laissera pas un souvenir impérissable du personnage d'Inès, la suivante de Léonor. Une mention particulière pour les Chœurs de l'opéra de Monte-Carlo, notamment dans leur somptueux et séraphique « Frères, creusons l'asile où la douleur s'endort » de l'acte IV. Plusieurs rappels, sous les ovations massives du public, saluèrent la richesse musicale et vocale de cette production monégasque.

Saluts. La Favorite. Photographie © Opéra de Monte Carlo.Saluts. La Favorite. Photographie © Opéra de Monte Carlo.

 

Nice, le 13 décembre 2013
Jean-Luc Vannier

À propos .  . Bulletin . Liste de discussion . Collaborations .  


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2013

grenouille

Vendredi 13 Décembre, 2013 20:37

 

musicologie.org

Les derniers articles
de Jean-Luc Vannier

L'Académie Princesse Grace célèbre le Directeur des Ballets de Monte-Carlo avec « Surprise à Jean-Christophe Maillot » (12 décembre 2013)

« Pas croisés » entre Gaëtan Morlotti et Éric Chapelle au musée Marc Chagall de Nice (Nice, 7 février 2013)

Le pianiste Martin Helmchen et le chef Dima Slobodeniouk transcendent l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo

Jean-Louis Grinda signe un étincelant « Rheingold » à l'Opéra de Monte-Carlo (23 novembre 2013)

La désignation de Kazuki Yamada « Chef Principal invité » amorce une transition à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo

Un « Freischütz » à la française ouvre la saison lyrique à l'Opéra de Nice (18 novembre 2013)

« Aschenputtel » (Cendrillon) « pour les plus de six ans » au Staatsoper de Berlin (Berlin, 5 novembre 2013)

Christopher Maltman ovationné pour la dernière de « Don Giovanni » au Staatsoper im Schiller Theater de Berlin (Berlin, 4 novembre 2013)

Le « Couronnement de Poppée » version « trash » au Neuköllner Oper de Berlin (Berlin, 2 novembre 2013)

« Don Carlo » éblouissant de voix wagnériennes au Deutsche Oper de Berlin (31 octobre 2013).

Placido Domingo, subtil maestro de « The Telephone » et « Amelia al ballo » de G. C. Menotti, ouvre la saison lyrique à l'Opéra de Monte-Carlo (25 octobre 2013).

« Marco Polo » entre père et fils aux Ballets Nice Méditerranée (5 octobre 2013)

Jeroen Verbruggen et sa fascinante « Arithmophobia » chorégraphient un au-delà de la mort aux Balletsde Monte-Carlo, par Jean-Luc Vannier

Bernice Coppieters, « Shéhérazade » féline aux Ballets de Monte-Carlo

« L'histoire de Manon » par le Royal Ballet de Londres au Grimaldi Forum : un classicisme désuet émaillé de trivialités

La soprano Irina Ionescu et le ténor Augustin Hotea victorieux contre les choix — discutables — du Grand Prix de l'Opéra de Bucarest

Un magnifique « Il ritorno d'Ulisse in patria » de Monteverdi en fin de saison à l'Opéra de Nice

« Kocktales » au Theater der UDK de Berlin : les jeunes artistes allemands et les fantômes du IIIe Reich.

Tout

 

 

rectangle

rectangle

rectangle