S'abonner au bulletin

 

Philippe Manoury
La musique du temps réel

Manoury, la musique du temps réel

Manoury Philippe, La musique du temps réel (entretien avec Omer Corlaix et Jean-Guillaume Lebrun). Éditions MF, Paris 2012 [164 p. ; ISBN 9-782915-794564 ; 13 €]

Il faut lire ce livre, car Philippe Manoury est l'âme de l'Ircam, donc au coeur d'un des grands lieux mondiaux de recherche, de réflexion et d'expérimentation des technologies du son, il est l'initiateur de la musique électronique en temps réel (jouée directement lors du concert), il est aussi; pour une grande part, au centre des esthétiques musicales — querelles et polémiques comprises — de la seconde moitié du xxe siècle. Mais ce livre est au départ et ici ou là agaçant, car on y est encore baigné du positivisme — serait-il structuraliste, qui a fait croire un moment que tout était mathématisable, qu'on pouvait même maîtriser la subjectivité, dire ce qu'est le beau ou le sentiment esthétique, alors que nous sommes ici dans un monde qui produit cette subjectivité essentielle au libre arbitre et à l'émotion, qui. Mais c'est assez marginal.

Ce livre est passionnant, parce que Manoury parle avant tout de son métier de compositeur, de ses instruments électroniques, des problèmes qui lui sont posés, notamment celui de passer de compositeur de musiques expérimentales à celui de compositeur d'œuvres pérennes, car l'électronique est une lutherie rare, souvent sans avenir commercial, rapidement obsolète, ou encore la question de la diffusion du son, car le haut-parleur n'est pas un instrument acoustique.

Plus anecdotique — bien que le lecteur y peut tirer des sources de réflexion pour lui-même, au-delà d'être ou de ne pas être d'accord — Manoury s'exprime longuement sur le monde musical contemporain, sur ce qu'il trouve réussi ou pas.

Enfin, si la conception de la culture de la clique sarkozyste était lamentable, que celle qui s'annonce avec la coalition rose-verte n'est pas engageante, je ne partage pas le pessimisme que Manoury cultive sur les évolutions des pratiques musicales. Mais encore faudrait-il ici revoir les hiérarchies, peut-être plus artificielles qu'on ne le croit, entre passé et contemporain, et entre savant et populaire.

Jean-Marc Warszawski
23 novembre 2011

 

Invité à la première édition du festival de L'Ircam « Manifeste » en juin dernier, il est en août 2012 le compositeur en résidence du Festival de Lucerne. Prix du Président de la République de l'Académie Charles Cros en 2011, « Compositeur de l'année » aux Victoires de la musique classique 2012, Philipe Manoury, né à Tulle en 1952, est reconnu comme l'un des compositeurs majeurs de ce début de xxie siècle. Dès 1981, pionnier de la musique du temps réel, il compose à l'Ircam une musique mixte mêlant sons acoustiques et sons de synthèse. Depuis 2004, il poursuit son oeuvre tout en enseignant la « computer music » à l'Université de Californie à San Diego. Ce second volume d'entretiens, La Musique du temps réel, est une introduction aux nouveaux enjeux de la musique contemporaine dans une langue à la portée de tous.

À propos   Statistiques   S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    


Références / musicologie.org 2012

recherche