S'abonner au bulletin

 

La Compagnie « Les 7doigts de la main »
ovationnée au Monaco Dance Forum

par Jean-Luc Vannier

Ils jonglent avec d'insaisissables objets, grimpent comme des geckos au sommet d'un lampadaire, virevoltent avec aisance dans les airs. Leurs corps adroits, élastiques et souples exécutent d'ardus mouvements de salto, de trapèze, d'anneaux ou d'équilibriste sur une barre russe. Ils dansent par surcroît à merveille, jouent une saynète silencieuse fondée sur la seule expiration du souffle ou improvisent avec talent un rythme nourri d'onomatopées. De la pitrerie délirante à la parole grave, heureuse sanction d'un exigeant labeur en art dramatique et en expression corporelle, chacun de leur accomplissement dynamique — c'est sans doute le plus exceptionnel dans leur exhibition — soutient une pensée intimiste, une ambassade conceptuelle.

Les sept doigts de la main
Photographie © Sept doigts de la main/Séquence 8

Autant dire que, vendredi 20 juillet à l'invitation du Monaco Dance Forum, Eric Bates, Ugo Dario, Colin Davis, Devin Henderson, Alexandra Royer, Maxim Laurin, Camille Legris et Tristan Nielsen, tous membres pour le moins « actifs » de la Compagnie « Les 7 doigts de la main », ont littéralement scotché le public du Grimaldi Forum dans leur nouveau spectacle « Séquence 8 ».

Les sept doigts de la main
Photographie © Sept doigts de la main/Séquence 8

Les remarquables performances physiques de cette gymnique chorégraphique ne sauraient en effet occulter l'intensité et la finesse émotionnelles de leurs prestations. Dans la magnifique danse collective de l'introduction, le morcellement des figures où les corps semblent se rejeter à peine entrés en contact, expriment l'impossible rencontre binaire. Cette belle exécution illustre l'un des messages sociologiques volontairement portés par les artistes. Lesquels sont aussi quelque peu philosophes. Ou psychanalystes : en témoigne cette superbe scène où le simple fait d'ôter un vêtement leur permet de rappeler avec éclat la prééminence de l'enveloppe psychique corporelle, le « moi-peau ». Un geste banal qui, sous la créativité artistique de Shana Carroll et de Sébastien Soldevila, revêt une dimension fantasmatique doublée d'une sensualité épurée.

Les sept doigts de la main
Photographie © Sept doigts de la main/Séquence 8

Ce n'est pas le moindre de leur génie de post-adolescent que d'avoir su créer une osmose immédiate, attachante, avec la salle. Celle-ci le leur a bien rendue à l'issue de la soirée en les honorant d'une ovation debout et particulièrement enthousiaste.

Les sept doigts de la main
Photographie © Sept doigts de la main/Séquence 8

 

Nice, le 23 juillet 2012
Jean-Luc Vannier

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org

 

Les articles
de Jean-Luc Vannier

« Il Tigrane de Scarlatti » clôt en beauté la saison lyrique à l'Opéra de Nice.

Turandot mis en espace à l'Opéra de Bucarest

Grâce spirituelle et corps meurtris aux Ballets de Monte-Carlo.

Un Tristan und Isolde de qualité à l'Opéra de Nice

Francesca Da Rimini à l'Opéra de Monte-Carlo

Émouvante Bohème de Puccini à l'Opéra de Nice

Un Mazeppa saisissant de terreur et de beauté à l'Opéra de Monte-Carlo

Densité dramaturgique pour « Il Trovatore » à l'Opéra de Nice

Le hauboïste Marc Lachat et le chef Paul Goodwin jouent Mozart et Haydn à l'Opéra de Monte-Carlo

L'enfant et les sortilèges, fantasmatique — et superbe —  Ravel à l'Opéra de Monte-Carlo

Mozart victime d'un Enlèvement au sérail à l'Opéra de Nice.

La violoniste Arabella Steinbacher et le chef Dima Slobodeniouk magnifient Prokofiev et Tchaïkovski à Monte-Carlo

Les Ballets de Monte-Carlo et ceux du Bolchoï rivalisent de fraternité autour du Lac des cygnes

3 O'Clock In The Afternoon d'Ina Christel Johannessen : l'esthétisme norvégien de la séparation à l'Opéra de Monte-Carlo.

Nathalie Stutzmann et son Ensemble Orfeo 55 envoûtent l'Opéra de Monte-Carlo

La Symphonie « Résurrection » de Gustav Mahler par l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo

Erwin Schrott, diablement Mefistofele à l'Opéra de Monte-Carlo

Le maestro Ion Marin et l'Orchestre philharmonique de Nice jouent l'émotion avec Mendelssohn et Tchaïkovsky

Les Ballets de Monte Carlo et le Ballet Nice Méditerranée ouvrent brillamment leur saison chorégraphique

Poulenc et Bartók réunissent Eros et Thanatos à l'Opéra de Nice

Les concerts-conférences de Matthieu Peyrègne : faire découvrir et aimer le baroque à Nice

Magie wagnérienne à l'Opéra Nice Côte d'Azur

La damnation de Faust  ouvre la saison lyrique à l'Opéra Nice Côte d'Azur

Maillot, Inger, Greco / Scholten :  expériences conceptuelles  aux Ballets de Monte Carlo

Le contre-ténor Matthieu Peyrègne, la relève du Baroque à Nice

Le Ballet Nice Méditerranée danse américain à l'Opéra de Nice

Éblouissant Orlando furioso à l'Opéra de Nice

Un Elixir d'amour sans alcool à l'Opéra de Nice

Jean-Guihen Queyras et deux Concertos de Haydn envoûtent l'Opéra de Nice

Le Batsheva Ensemble d'Ohad Naharim électrifie le Monaco Danse Forum

Boris Godounov à l'Opéra de Nice

Un ballo in maschera à l'Opéra de Monte Carlo

Opéra de Nice : La Cenerentola, plus musicale que vocale

Concert de Noël  en la cathédrale de Strasbourg

L'âme russe d'Eugène Onéguine ouvre la saison à l'Opéra de Monte Carlo.

Opéra de Nice : Philippe Auguin et Christiane Libor ovationnés dans Fidelio.

Tout