S'abonner au bulletin

 

L'Académie Princesse Grace célèbre le Directeur des Ballets de Monte-Carlo avec « Surprise à Jean-Christophe Maillot »

 

académie princesse GraceSurprise à Jean-Christophe Maillot. Monte-Carlo. Photographie © Alice Blangero.

12 décembre 2013, par Jean-Luc Vannier ——

Ils sont les solistes internationaux de demain. Ils et elles possèdent déjà un talent d'une exceptionnelle qualité,  une rare distinction gestuelle, une fine expressivité du visage : un amour profond de la chorégraphie. Sous l'autorité de Lucas Masala, Directeur de l'Enseignement Artistique et de la Pédagogie, les jeunes danseurs et danseuses de l'Académie Princesse Grace rendaient, mercredi 11 décembre à la salle Garnier de l'Opéra, un hommage d'une émouvante noblesse artistique à leur mentor, le chorégraphe Jean-Christophe Maillot. Un hommage en forme de « surprise » chorégraphique offerte en témoignage de leur gratitude à celui qui dirige depuis vingt années les Ballets de Monte-Carlo.  Répétitions secrètes et dossier de presse vide : le public de l'opéra tout comme le chorégraphe ignoraient jusqu'au moindre détail du programme de la soirée.

Balmlets de Monte CarloSurprise à Jean-Christophe Maillot. Monte-Carlo. Photographie © Alice Blangero.

Celle-ci débutait par un défilé de mode égrenant à chaque passage des élèves membres de l'Académie, le nom et l'année de création des œuvres, des plus anciennes aux plus récentes, de Jean-Christophe Maillot. Une introduction qui laissait ensuite la place à une petite dizaine d'extraits de ses superbes réalisations : de « Home Sweet Home » à « Vers un Pays Sage », spectacle conçu en 1995 en hommage à son père Jean Maillot, artiste peintre et repris sur le Rocher en décembre 2012,  le spectacle exposait l'immense variété de son travail : ses évolutions significatives entre audacieuses inspirations et réminiscences classiques.

Surprise à Jean -Christophe Maillot. Monte-Carlo. Photographie © Alice Blangero.

Cette représentation permettait en outre de prendre conscience de l'infatigable génie créatif de l'auteur pour lequel la danse ne saurait se réduire aux mouvements des corps, fussent ils savamment coordonnés, mais s'étendrait bien au-delà, dans l'exploitation absolue de son environnement humain, spatial et temporel. Et ce, jusqu'à solliciter la moindre des lumières et ombres du plateau, la moindre des saccades ou haltes dans le rythme, la moindre des notes et silences de la musique. Avant d'atteindre le public d'une flèche imparable de l'émotion décochée par un « pas de deux » d'une infinie subtilité, un saut ou une élévation en léger décalé, voire une simple main tendue, un sourire réservé, un regard fugace. Epoustouflants de fraîcheur et d'intensité affective, les magnifiques interprètes de « Roméo et Juliette » ou bien encore, pour ne citer que ces deux exemples parmi tant d'autres, ceux du « Men's dance » marqués par un investissement physique éprouvant et néanmoins parfaitement harmonieux, ont reçu une ovation amplement méritée du public. Tous et toutes furent longuement applaudis, salle debout, à l'issue de la performance. Pas de doute : en raison de cette pépinière de danseurs et de danseuses, les prestigieux Ballets de Monte-Carlo s'assurent de leur inaltérable succès.

 

Nice, le 12 décembre 2013
Jean-Luc Vannier

À propos .  . Bulletin . Liste de discussion . Collaborations .  


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2013

grenouillz

Samedi 14 Décembre, 2013 1:05

musicologie.org

 

 

rectangle

rectangle

rectangle