S'abonner au bulletin

 

Inusable Tosca !

 

Tosca

 

Venise, Teatro La Fenice, 22 mai 2014, par Eusebius ——

Qui n'a rêvé d'écouter Tosca dans un splendide écrin à l'acoustique aussi rare1 que celui de la Fenice ? Comment la vénérable institution aborde-t-elle un des piliers du répertoire, fonds de commerce des grandes scènes lyriques italiennes ? Adulé ou détesté, cet ouvrage majeur ne laisse jamais indifférent et remplit toujours les salles. Mélodrame flamboyant, en trois actes resserrés, efficaces, avec une orchestration luxuriante, où les voix sont magnifiquement servies, malgré une difficulté moindre que dans Madame Butterfly et Turandot.

Le joyeux désordre des clameurs de l'orchestre qui s'accorde couvre l'annonce que l'on suppose relative à l'utilisation des portables et des appareils photo… Les trois accords qui ouvrent le premier acte en perdent leur force, à moins que l'orchestre ne donne pas toute sa puissance. Le rideau s'ouvre sur un décor surprenant : un plancher brisé en son centre — conséquence ou attente du cataclysme ? — quelques éléments dans cet univers de ruine rappellent que l'on se trouve dans l'église Santa Maria della Valle, à Rome (morceaux de grille de clôture du chœur, petit autel, grand chevalet couvert où l'on devine la toile que peint Mario…). Ce sol torturé sera conservé durant les trois actes, ingénieusement déstructuré, meublé, aménagé. Cette nouvelle mise en scène  dépouillée, efficace et ingénieuse de Serena Sinigaglia a le mérite de centrer l'attention sur les chanteurs, même si — parfois — les éclairages trop mouvants, redondants, dérangent.

ToscaSvetla Vassileva.

La belle Tosca de Svetla Vassileva est passionnée, fragile, mais fière, volontaire, jamais vulgaire, ni cabotine surjouée. Son apparition au 1er acte ne convainc pas toujours, trop neutre, mais la progression depuis son duo avec Mario jusqu'au dénouement sera exemplaire. Voix ample, longue, aux aigus splendides, et aux pianissimos sensuels : son Vissi d'arte est chanté avec grâce, dépourvu de tout sentimentalisme superflu tout en étant chargé d'une émotion contenue. La ligne est soutenue par un souffle extraordinaire qui confère une ampleur rare à la phrase (on pense à Anja Harteros !).

Le Mario de Steffano Secco est ardent, poète, avec du caractère, de l'autorité. Ses deux airs (Recondita armonia, et Lucevan le stelle) sont chantés sans affectation, dans un équilibre remarquable avec un orchestre à la fois chambriste et somptueux.

Scarpia (Roberto Frontali) est ici un salaud très ordinaire qui perd en noirceur ce qu'il gagne en humanité. Il échappe ainsi à la caricature du méchant d'opérette, sadique et pervers. L'éloquence est là, sinon la couleur. Mais pourquoi l'avoir affublé d'une monumentale perruque, hors de propos, les autres costumes relevant clairement de l'Empire ? Belle projection d'un sacristain savoureux et ambigu (Enric Martinez-Castignani). Angelotti est servi par la voix puissante et chaude de Cristian Saitta.

Le drame est tout entier à l'orchestre et exige autorité et ardeur. Élégance, fluidité qui relèvent autant de Mozart que de Ravel d'un côté, rafales, tensions et attentes cinématographiques avant l'heure d'autre part. L'équilibre entre la fosse et la scène est constant : on ne sait qui admirer le plus. Puccini, pour son écriture infaillible ? Les solistes pour leur puissance, le chef (Daniele Callegari) pour ce subtil dosage, millimétré ?

Le Te Deum sur lequel s'achève le premier acte, bien qu'attendu, surprend par sa force tragique à laquelle les superbes chœurs participent.

Le public où se mêlent habitués et amoureux exigeants comme touristes plus ou moins amateurs semble partagé tant par les choix dramaturgiques et les prestations vocales que par une mise en scène novatrice. C'est, évidemment, à la Tosca de Svetla Vassileva que vont les acclamations les plus fournies.

 

plume Eusebius
25 mai 2014

                                                                 

1. Précise, claire, chaude et ample.

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Lundi 26 Mai, 2014 18:04

musicologie

recherche

rectangle

rectangle

rectangle