S'abonner au bulletin

 

Makis Solomos : De la musique au son

 

de la musique su son

 

Solomos Makis, De la musique au son : L'émergence du son dans la musique des xxe et xxie siècles. « Æsthetica », Presses Universitaires de Rennes, Rennes 2013 [548 p. ; ISBN 978-2-7335-2638-9 ; 24 €]

 

Par Jean-Marc Warszawski ——

 

Makis Solomos part de deux constatations qu'il relie l'une à l'autre : la société est envahie de sons autant dans la sphère privée que dans l'espace public, de la sonorisation des grandes surfaces à l'écoute individuelle à partir de baladeurs. Pour lui cela est un des aspects du fait qu'en musique le son (avec le bruit) est devenu le premier paradigme compositionnel, au point de transcender, de dépasser dialectiquement la notion de timbre.

Avec un plan systématique structuré à la manière des philosophes et une exceptionnelle érudition, l'auteur explore minutieusement tous les aspects de sa thèse, histoire, esthétique, politique, tant d'un point de vue théorique qu'en s'appuyant sur un très grand nombre d'exemples musicaux et d'analyses dépassant le cadre des musiques savantes ou académiques.

La démarche amène à constater que l'oreille musicale n'est pas une fidèle lectrice, il y a des effets acoustiques comme il y a des effets d'optique (d'ailleurs cela même dans la musique des gammes majeures et mineures), mettant ainsi en cause l'analyse thématique ou des notes.

Paradoxalement la lecture même des démonstrations de ce livre nous porte à être moins catégorique, ou à en demander plus pour ce qui concerne la thèse centrale. Nous avons du mal à imaginer cette emprise paradigmatique première du son, mais il est sûr que le rendu sonore est un de premiers paramètres de la composition et de la diffusion musicales. De ce point de vue, par sa largeur et profondeur de vue, ce livre s'impose comme une source centrale de réflexion sur l'esthétique musicale depuis le début du xxe siècle, mais pourrait être aussi une formidable entrée pour réviser nos approches sur les musiques à gammes ou à modes, qu'on aborde peut-être trop du point de vue de l'école professionnelle au détriment du résultat esthétique.

On peut de demander si Bach se souciait si peu de l'instrumentation et du son comme on le pense aujourd'hui, ou si l'analyse thématique ne vise pas en fin de compte les outils du compositeur sans vraiment atteindre la musique elle-même dans ses effets sonores globaux, qui sont faits pour impressionner l'auditeur. On pourrait alors prolonger la période envisagée Par Makis Solomos. Dans le même ordre d'idées, on peut évoquer les instruments à bruiteurs des musiques populaires.

La variété, peu abordée dans ce livre et peut-être plus influente qu'on ne le croit pourrait élargir le champ des investigations, depuis les romances de Paul Delmet aux voix granuleuses à la Tom Wait, des voix projetées des grandes salles aux microphones enregistrant souffle et bruits buccaux.

Malgré le grand nombre d'exemples musicaux, ce livre est abordable par l'honnête citoyen.

Makis Solomos, spécialiste de la musique de Yannis Xenakis, est professeur de musicologie à l'Université Paris 8.

Lire la présentation de l'éditeur

Jean-Marc Warszawski
7 janvier 2014

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales  


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2013

musicologie

Thursday 9 January, 2014 5:41

recherche

 

rectangle

rectangle

rectangle