À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

 François Coadou
LE CONCERT DE PHILO :
5 exercices en introduction
à une philosophie de la musique

Introduction générale
La musique romantique allemande : problèmes de perspective
Wagner philosophe ?
La musique dégénérée : une catégorie esthétique ?
Adorno : un musicologue-clé des temps modernes
La musique baroque : une musique contemporaine ? L'interprétation chez Harnoncourt.

 

INTRODUCTION GÉNÉRALE
(où on pose quelques hypothèses initiales)

La musique ne se présente pas comme un phénomène isolé - comme un monde dans un monde.  Elle ne consiste pas en un tout fermé, autonome, soumis à ses seules lois, comme une approche abstraite essaie de le faire croire. Sans intériorité, sans lieu propre, la musique se présente, au contraire, comme une pure extériorité - comme une pure immanence aux choses…  

Elle ne se résume pas, non plus, à un ensemble de matériaux techniques (théorie harmonique ou instrumentarium déterminé). La musique ne se compose pas que de musique ; elle se compose aussi de matériaux de pensée. Matériaux de pensée que nous convoquons tous lorsque nous la composons, interprétons ou écoutons. La musique mobilise des idées…

Une philosophie de la musique semble dès lors possible - voire même nécessaire. Une philosophie de la musique qui, dans une approche concrète de celle-ci, concrète au sens hégélien, essaie de la comprendre dans cette complexité constitutive : prise dans le monde, prise dans les choses, dans les choses matérielles en même temps que dans les choses idéelles.

Du moins ferons-nous, ici, cette hypothèse - une hypothèse que nous expérimenterons au cours de ces quelques conférences…   

En conséquence, notre approche ne sera ni celle du musicologue ni celle du mélomane. Ce ne sera ni celle du spécialiste ni celle du dilettante. Mais une approche philosophique au sens large.   

Mais venons-en à ce qui nous occupe…

 

Références / Musicologie.org 2004
site conçu et administré par
jean-Marc Warszawski