S'abonner au bulletin

 

Autour de 1914 :Orchestre National de France, Alain Altinoglu (direction) et Adam Plachetka (baryton)

 

adam PlachetkaAdam Plachetka

 

Festival de Radio-France Montpellier, Languedoc-Roussillon, Opéra Berlioz, Le Corum, 16 juillet 2014, par Eusebius ——

Un beau prélude de Parsifal, conduit avec gravité, dans une dynamique contenue, par Alain Altinoglu introduit ce concert. Rarement la clarté de la construction, la lisibilité ont été si bien servies. L'orchestre y donne le meilleur de lui-même : des bois splendides, des cuivres pleins, ronds, avec des attaques millimétrées, et des cordes de la même eau.
L'œuvre de Rudi Stefan, disparu au front à 28 ans, est limitée, et, de ce fait rarement jouée. Le Liebeszauber que nous écoutons ce soir porte la marque d'une personnalité hors du commun. Œuvre expressionniste, au charme vénéneux, son orchestration, d'une richesse insoupçonnée, ne peut être confondue avec celles de Richard Strauss ou de Gustav Mahler : tour à tour frémissante, scintillante, ténue ou morbide, massive, luxuriante, elle sollicite d'autant plus l'attention que la partie vocale est fréquemment couverte par l'orchestre, y compris dans les passages les moins denses. Adam Plachetka, grand baryton — au physique comme dans son art — n'est pas dépourvu de moyens, on le sait. Mais sa posture, le tête fléchie vers son pupitre, placé très bas, amoindrit considérablement la projection. Quel dommage, d'autant que la version enregistrée simultanément — pour France-Musique et l'U.E.R. — rectifie la balance et nous offre une magnifique production1

L'orchestration de Lieder de Schubert fut, et demeure, un exercice passionnant. Berlioz et Liszt figurent parmi les premiers à s'y livrer, avec un bonheur exceptionnel, et leur succession est innombrable. Reger y figure en bonne place et nous laisse, entre autres, ces trois chefs-d'œuvre que sont le Gruppe aus dem Tartarus, sur un poème de Schiller D. 583, Prometheus, D. 674, et enfin Erlkönig D. 328, tous deux de Goethe. L'empreinte du Sturm und Drang marque les deux premiers, immenses de révolte, de douleur aussi. Encore une fois, force est de regretter qu'un chanteur de cette envergure, qui connaît ces œuvres depuis ses premières vocalises, demeure rivé à sa partition comme s'il s'agissait d'un déchiffrage. Reger respecte évidemment l'intégralité de la ligne vocale de Schubert. Alors ? À peine Adam Plachetka en sortira-t-il le nez, ponctuellement, pour Erlkönig. Profonde déception donc, qui n'est liée ni aux éminentes qualités de cette grande voix, ni à la direction attentive et efficace d'Alain Altinoglu. Faut-il renoncer au concert pour écouter la radio ?

La Quatrième symphonie de Brahms est, à juste titre, la plus jouée. Si l'allegro non troppo initial est exemplaire, restituant tous les accents, trop souvent amoindris ou gommés, les phrasés et la lisibilité, l'andante moderato commence mal. Une attaque douteuse des cors est inadmissible pour un orchestre de ce niveau et compromet le début2. On l'oublie vite tant les contrastes soulignés par la partition et le chef, entre véhémence et poésie sont bienvenus. La beauté des bois et celle du modelé sont constants. La direction sait ménager l'attente, la tension avant le retour apaisé de la clarinette solo. Le troisième mouvement (allegro giocoso) et la passacaille finale (allegro energico e appassionato) confirment les qualités du chef et de la formation.

 

plume Eusebius
17 juillet 2014

 

1. que l'on peut réécouter sur le site de France-Musique
2. Le lendemain, une belle œuvre de Gérard Grisey ouvrait un concert dédié à la musique spatiale : Accords perdus, pour deux cors en fa. La prodigieuse virtuosité des  solistes (Antoine Dreyfuss et Hugues Viallon) faisait regretter que leurs confrères du National aient gâché cette interprétation, qui sans eux, aurait été une référence.

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Mardi 22 Juillet, 2014 0:00

musicologie

recherche

rectangle

rectangle

rectangle