musicologie.org —— 21e année, mardi 19 mai 2020.

Biographies musicales . Encyclopédie . S'abonner au bulletin . Annonces . Textes . Recherche et annuaire . ?...

La Gazette musicale

Cinq cédés jazz pour déconfiner en mai

Alain Lambert —— Cinq titres aux mots dans l'air du temps, le duo Blesing Tocanne, guitare batterie, pour L'impermanence du doute, le quartet Robbe Gloaguen pour Gardez votre sang froid, un ensemble de compositions de François Tusques, le duo Bastien Boni, Nicolo Terrassi, contrebasse, guitare et field recording pour Les partitions invisibles, le Big Funk Brass pour Higher et, à paraitre fin mai, le quintette de Pierre Marcus pour Following the right way.

Nouvelle Aquitaine : subventions en baisse pour la musique

La Bohème à l'Opéra de Monte-Carlo : épisode 3

Jazz sous les pommiers : un festival virtuel

▉(Bordeaux Gazette) Opéra National de Bordeaux : « entre rééquilibrage et ajustement »

▉(Musiq 3) Une fugue à quatre voix sur le nom de… Covid-19 !

▉(Midi Libre) Sète : fausses notes au conservatoire de musique

▉(France musique) Le Festival du Printemps de Prague fête ses 75 ans

▉L'Opéra de Rome fait le pari d'une saison estivale en plein air

Thomas d'Aquin (1227-1274)

Thiele Johannes Christoph (v. 1638-v. 1703)

La 8e symphonie de Franz Schubert

Michel Rusquet —— Cette œuvre célébrissime conserve sa part de mystère : on sait que Schubert en commença la composition le 30 octobre 1822, mais on ne saura probablement jamais pourquoi il n’en acheva que les deux premiers mouvements, ne laissant par ailleurs qu’une ébauche de scherzo. Peut-être fut-il accaparé par d’autres priorités, mais sans doute eut-il parfaitement conscience d’avoir atteint là une sorte d’idéal en terme de lyrisme : à n’en pas douter son dessein était « de projeter

Modest Moussorgski (1839-1881)

Modest Petrovitch Moussorgski est issu d'une famille de Hoberaux, dont la langue culturelle est le français, comme souvent dans la noblesse russe. Il manifeste tôt une attirance pour la musique et les contes que sa nourrice lui raconte. Il commence les leçons de piano avec sa mère à l'âge de six ans.

Christelle Séry en guitare héroïne électrifiée

Jean-Marc Warszawski —— Une pochette genre démo, dans une autre pochette stylée (Olivier Degabriele), un livret illisible où l’on apprend qu’il existe une casse de caractères plus petite que la patte de mouche que cela est dommage en raison d’un texte précis et juste de Lê Quan Ninh qui nous enlève une partie

La 6e symphonie de Franz Schubert

Michel Rusquet —— Composée entre octobre 1817 et février 1818, voici la dernière des symphonies de jeunesse, et la première en ut majeur. Schubert la qualifia de « grande symphonie », mais on a pris l’habitude le l’appeler « la petite symphonie en ut majeur »pour mieux l’opposer à l’autre (« la grande ») qui allait voir le jour dix ans plus tard. Cet ut majeur est celui de la première symphonie de Beethoven, et de fait c’est à nouveau sous la bannière du grand sourd que Schubert se range à nouveau ici, en essayant de s’exprimer de façon plus large, plus soutenue, avec de nouvelles ambitions dans ses développements. Volonté qui se manifeste de façon éclatante à l’arrivée du troisième mouvement car, pour la première fois, celui-ci

Toutes les chroniques

Frédéric Norac
Alain Lambert
Michel Rusquet
Jean-Luc Vannier
Jean-Marc Warszawski

Biographies musicales
Encyclopédie
Articles et études
Annonces

 

Soft Machine, Hidden Details, Roy Babbington (basse), John Marshall (batterie) et John Etheridge (guitare), Theo Travis (saxophones, flûte, clavier), Moonjune Records (2018).

Theophilus (v. 1080-v. 1145)

Théoger de Metz (v. 1050-après 1120)

Theodonus de Caprio (v. 1289-v. 1354)

Theinred of Dover (XIIe siècle)

al-Thaalibi (961-1038)

Guevara Pedro de Loyola (v. 1537-v. 1602)

Macé Bénédic (v. 1537-v. 1602)

Yssandon Jean (v. 1537-v. 1602)

La 5e symphonie de Franz Schubert

Michel Rusquet —— Écrite en 1816, cette cinquième symphonie est l’incontestable chef-d’œuvre symphonique de la période juvénile de Schubert. Celui-ci revient à un effectif orchestral modeste en même temps qu’à ses premières amours. « L’esprit des trois premières y est porté à sa perfection. Son incursion prématurée dans le domaine beethovénien, il ne l'a pas faite en vain. Elle lui permet […] de s’exprimer avec plus de perfection aisée dans le langage de Haydn et de Mozart. Il sait maintenant ce qu’il est capable de composer dans un genre qu’il a l’intention de dépasser, qu’il dépasse déjà. Dans sa cinquième symphonie, il dit adieu aux maîtres de sa jeunesse. On a déclaré, à propos de cette œuvre qui fait charnière, qu’elle était la symphonie « Haffner » de Schubert : elle parachève un genre, elle en annonce un autre. »

La 4e symphonie de Franz Schubert

Michel Rusquet —— « Si Haydn, et surtout Mozart, se profilaient derrière les trois premières symphonies, c’est à Beethoven que fait penser la quatrième, achevée en 1816 et baptisée plus tard « tragique » par le compositeur lui-même (un qualificatif qui laisse perplexe, malgré une gravité à laquelle la période pessimiste que traverse Schubert n’est sans doute pas étrangère). Ne serait-ce que par la tonalité choisie, ut mineur, Beethoven est présent : c’est, en effet, la tonalité de la cinquième Symphonie. » C’est également la

Gabriel Bacquier (1924-2020)

Le claveciniste Pierre Gallon en réunion chez Charles Fleury de Blancrocher

Jean-Marc Warszawski —— Après deux premiers Prix du Conservatoire national supérieur de Paris,  Pierre Gallon mène une carrière de claveciniste soliste et de continuiste dans de très nombreux ensembles avec lesquels il apparaît dans une abondante discographie. En soliste il a enregistré, pour le label Lancelade,   des œuvres de Pierrre Attaingnant (2014), de Joseph Haydn (2017) et du même pour le label Diapason (2019). Pour ce quatrième en soliste, il présente un programme autour de Charles Fleury sieur de Blancrocher.
On ne sait pratiquement rien de ce personnage qui vécut dans la première moitié du dix-septième siècle. On conserve sous son nom une allemande pour luth, le père Marin Mersenne, centre de la vie

La musique symphonique de Franz Schubert

Michel Rusquet —— Avec Schubert, point n’est besoin d’ouvrir un chapitre spécifique consacré aux œuvres concertantes : voilà en effet un genre auquel le musicien semble ne s’être jamais réellement intéressé. Il connaissait certainement les grands exemples mozartiens ou beethovéniens mais, avec Brigitte Massin, il faut croire que c’est l’esprit même du genre concertant, la virtuosité alliée à la compétition, qui lui est resté totalement étranger toute sa vie, puisque finalement il n’inscrira jamais un seul vrai concerto dans le catalogue de

Les trois premières symphonies de Franz Schubert

Michel Rusquet —— Ces trois premières symphonies, écrites entre 1813 et 1815, « parais-sent marcher de pair et former une suite. Elles se ressemblent par la composition classique, par l’entrain, par l’allure vive et légère, par la brièveté. On y trouve déjà un chromatisme surprenant et de ces audaces harmoniques dont Schubert sera plus tard coutumier. Au rebours de ce que font les débutants, elles offrent plus de charme et d’invention dans les mouvements rapides que dans les andante et les

 

Les cédés

Poèmes d'un jour, Stéphane Degout (baryton), Simon Lepper (piano), œuvres de Gabriel Fauré, Johannes Brahms, Robert Schumann. B-Records 2019 (LBM 17).

André Jolivet, Complete works for Flute, Hélène Boulègue (fl.), François Dumont (p.), Olivier Dartevelle (clar.), David Sattler (bn), Jean-Christophe Garzia (alto) [...] Cordes de l'Orchestre phi-lharmonique du Luxembourg. Naxos 2019-2020 (2 v. 8-57-3885 ; 8-574079).

Anna Kavalerova, Thèmes & variations, œuvres de Robert Schumann, Sergueï Rachmaninov et Nikolaï Kaputsin. Solo Musica 2019 (SM 324).

Little Richard (1932-2020)

 

Pierre Baillot (1771-1842)

Né à Passy le 1er octobre 1771, mort à Paris le 15 septembre 1842. Selon Fétis, il reçoit ses premières leçons de violon d'un certain Polidori, originaire de Florence, et d'un certain Sainte-Marie.
À la mort de son père en 1783, il est recueilli par M. de Boucheporn, un haut serviteur de l'État, peut-être est-ce Bertrand de Boucheporn (1741-1794), Conseiller honoraire au Parlement de Metz en 1780, et intendant de Pau et de Bayonne en 1785, qui envoie Pierre Baillot à Rome en compagnie de ses propres enfants.

Claude Ballif (1924-2004)

Né à Paris 22 mai 1924, mort à Poissons (Haute-Marne), 24 juillet 2004.
Il suit ses premières études musicales au Conservatire de Bordeaux. Au Conservatoire national il suit les classes de Noël Gallon, Tony Aubin et Olivier Messiaen. Puis, en 1954, à Berlin, il étudie avec Boris Blacher, Joseph Rufer et Hans-Heinz Stuckenschmidt.
Il est lecteur aux Instituts Français de Berlin et de Hambourg. Il suit les cours d'été à Darmstadt (avec Luigi Nono, Bruno Maderna, Luciano Berio et Karlheinz Stockhausen).

Petites annonces

Recherche trompettiste ou tromboniste ou soubassophoniste dans le lot
Groupe dans l'Oise cherche batteur débutant
Notre studio d'enregistrement professionnel  à Goussainville
Pianiste cherche à accompagner stage vocal
Stage de musique baroque à Pont-Saint-Esprit en août
Violoncelle à louer à Paris
Stage de chant choral à Puycelsi dans le Tarn
L'orchestre symphonique D'Oc Orchestra Montpellier recherche des musiciens amateurs
Chanteuse de chansons françaises dans le 78 cherche pianiste accompagnateur
Chorale à Châteaudun  cherche chef pour janvier 2021

Le Vot Gérard, Les troubadours, les chansons et leur musique (xiie-xiiie siècles). « Musique ouverte », Minerve 2019 [ 396 p. ; ISBN : 978-2-86931-155-8 : 33,00 €]

rectangle_actu

Agenda

⏪⏪mai 2020 ⏩⏩

L M M J V S D
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

2016.. 2017.. 2018.. 2019

       

recangle_textes

rectangle

rectangle

Les livres

Brison Élisabeth, Alban Berg au miroir de ses œuvres. Ædam Musiæ, Paris 2019 [360 p. ; ISBN 978-2-919046-53-9 ; 28 €]

Brisson Élisabeth, Fournier Bernard, Tual François-Gildas, Beethoven et après. Fayard, Paris 2020 [240 p. ; ISBN 978-2-213-71658-9 ; 15 €]

Tango argentin

Saféris Véronique, Tan-go argentin et psychanalyse : inovations thérapeutiques. (Espaces théoriques), L'Har-mattan, Paris 2019 [286 p., ISBN 978-2-343-17120-3 ; 29 €).

Qui sommes nous ?
Bulletin d'information
Recherchedans le site et +
Presse internationale

Petites annonces
Téléchargements

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Analyses musicales
Cours d'harmonie et d'écriture

Articles et documents
Bibliohèque
Nouveaux livres
Nouveaux disques

Colloques & conférences
Universités en France

Soutenir musicologie.org

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil.

☎ 06 06 61 73 41

@Contact

SIRET 533 035 408 00012 - Enregistrement à la CNIL no 1122478

ISSN 2269-9910

2019 : 851 657 lecteurs (1 522 439 pages lues). 9 938 pages publiques indexées dans le moteur de recherche. 3 330 abonnés au bulletin. Les compteurs Xiti sont homologués par Diffusion et Contrôle (OJD)