musicologie.org —— 19e année, mercredi 6 juin 2018.

    Biographies musicales . Encyclopédie . S'abonner au bulletin . Annonces . Textes . Recherche et annuaire

La Gazette musicale

La chanson polyphonique françaiseLa chanson polyphonique française au temps de Debussy, Ravel et Poulenc

Par Jean-Marc Warszawski —— Le temps de Claude Debussy, Maurice Ravel et Francis Poulenc s’étend de 1878 (les premières compositions de Debussy) à 1962 (les dernières compositions de Francis Poulenc). Un laps de temps au cours duquel on a l’habitude de mettre en valeur trois dynamiques esthétiques distinctes :

●Nous apprenons avec beaucoup de tristesse le décès, à l'âge de 37 ans, d'Ina Rheber, directrice d'International Networking Artists (INA).

Maria CallasMaria Callas (1923-1977)

En 1937, sa mère retourne en Grèce avec ses deux filles. Maria Callas étudie le piano et le chant avec Maria Trivela puis avec Elvira de Hidalgo, avec laquelle elle sera très liée.
Elle fait ses débuts à athènes en 1938, elle est âgée de 15 ans, dans le rôle de Santuzza, du Cavallera Rusticana de Leocavallo.
En 1940 elle chante le rôle de sœur angelica dans Boccace de Franz von Suppé. Deux ans plus tard, toujours à Athènes, elle tromphe dans La Tosca de Puccini. Elle incarne plusieurs rôles jusqu'en 1945

 

 

 

 

 

Les quatre suites (ou ouvertures) pour orchestre de Johann Sebastian Bach

Par Michel Rusquet —— On s'accorde à dire que ces quatre suites BWV 1066 à 1069 ne sont pas ce que Bach a laissé de plus personnel dans sa production pour orchestre. Et, de fait, il est tentant de voir avant tout dans ces musiques d'apparat et de divertissement un hommage du musicien à la suite lulliste.
Ne seraient-elles que cela, ces Ouvertüren (car telle est leur véritable appellation) mériteraient considération. Mais tout en restant très fidéle

LouisRobyn Orlin, Oh Louis... avec Benja-min Pech et Loris Bar-rucand : en-thousiasmant !

Par Alain Lambert —— Un comédien danseur cabotin, Benjamin Pech,  en gilet plastique bleu et pantalon de survêt rouge nous accueille avec humour dans le théâtre, nous dispose autour de son trône, le fauteuil central de la première rangée sur lequel s'évase un bout de la grande feuille dorée qui s’épand sur la scène. Elle se reflète en vidéo sur un grand écran rond suspendu devenu solaire. Puis il nous fait déguster une orange à l'africaine

broken land

Initiative H, Broken Land. Neuklang 2018.

BelooussovaDécès de Macha Belooussova

Par Jean-Marc Warszawski —— Notre amie Macha Beloousova nous a quittés ce matin, achevant une vie qui aurait dû être bien plus longue, laissant en plan bien des projets tant personnels que musicaux.
Avant que ce foutu cancer qui à peine diagnostiqué foudroya sa vie, elle avait enregistré des œuvres de Reinhold Glière et de Sergueï Rachmaninov en compagnie de sa complice, la violoncelliste Maja Bogdanovic, prévoyait d'enregistrer

madirossianMalher, Strauss, Schönberg sous la baguette de Vahan Mardirossian : trois musiques en marge du cinéma

Par Alain Lambert —— Malher bien sûr et d'abord son adagietto de la 5e Symphonie devenue inséparable du film Mort à Venise de Visconti, à tel point qu'il finit par exister comme œuvre à part entière, comme le joue ce soir l'orchestre de Caen n'ayant pas trop l'habitude de mettre des extraits à son programme. Tout un jeu sur la lenteur mélancolique et la masse sonore ondoyant comme la lagune vénitienne une berceuse qui ne mènerait pas au seul sommeil.
La fantaisie baroque du Duet-Concertino pour clarinette et basson, cordes et harpes de Richard Strauss raconte une version burlesque de La belle

André-Ernest-Modeste Grétry André-Ernest-Modeste Grétry (1741-1813)

Son père est violoniste à l'église Saint-Martin de Liège puis à l'église Saint-Denis de Liège où André Grétry est enfant de choeur à l'âge de neuf ans, lequel, dans ses mémoires, se plaint de la sévérité de Wenick, son premier maître de chant à Saint-Denis. Après la mue, il prend des cours de clavecin

MozartLes symphonies 35 à 38 de Mozart

Par Michel Rusquet —— Avec ces trois premières symphonies des années viennoises (trois seulement, car la 37e, K 444 en sol majeur, est en réalité une œuvre de Michael Haydn que Mozart se contenta de préfacer d’un Adagio maestoso de son cru), le compositeur nous a laissé

Modernités de la musique américaine au XXe siècle

Par François Coadou —— En 1876, poussé par les soucis financiers qui l'accablent depuis le début de la décennie 1870, Offenbach accepte de faire une tournée de concerts aux États-Unis. L'année suivante, en 1877, paraissent en forme de récit ses notes de voyage et la chronique de ses concerts sous le titre : Offenbach en Amérique. On retrouve dans ce livre toute la finesse d'observation et toute la finesse d'esprit qui caractérise Offenbach dans ses opéras bouffe — finesse, hélas, si souvent réduite, depuis, si souvent détruite, même, par le manque d'observation ou par la grossièreté d'esprit de ses interprètes. Toujours est-il que ce livre, Offenbach en Amérique, grâce à cette finesse, se révèle riche de sens aux yeux de l'historien. Il se présente, aux yeux de l'historien, comme un témoignage de premier plan sur la situation des États-Unis en 1876 : un siècle après l'Indépendance. De même, un siècle après

BachLes inventions à 2 et 3 voix de johann Sebastian Bach

Par Michel Rusquet —— Quinze Inven-tions à deux voix (BWV 772 à 786) et quinze Inventions ou Sinfonias à trois voix (BWV 787 à 801), classées dans les deux cas en suivant les degrés de l'échelle chromatique de la gamme — d'ut majeur à si mineur — mais en évitant le

Générations LullyLes enfants de la République chez le Roi Soleil

Par Frédéric Norac —— Générations Lully est un ambitieux projet qui associe depuis 2016, à l'initiative et sous l'égide du Centre de musique baroque de Versailles, plusieurs collèges, conservatoires, écoles de musique et de danse et des associations de Trappes en vue de produire

Les cédés

Ivan Jevtic, At the turn of the Century, Complete flute works, Vincent Lucas (flûte), Maja Bogdanović (violoncel-le), Natalija Mladenović (piano), Orchestre Stanislav Binički, sous la direction de Stanko Jovanović. Indésens 2017 (INDE 100).

Seisme-Jishin, David Seves-tre (saxophone), Jérôme Da-mien (piano), Nicolas Le Moullec (basse), Adrien Chen-nebault (batterie). Musique et équilibre 2018.

9 pièces pour duo, Pierre Diaz (saxophones) et Gilles Dalbis (percussions). Dalbis-Diaz 02, 2017.

Le clavecin pour les yeux du père Castel

Par Jean-Marc Warszawski —— En novembre 1725, paraissait au Mercure de France, un article du père Louis-Bertrand Castel : Clavecin pour les yeux, avec l'art de peindre les sons et toutes sortes de pièces de musique. Dès les premières lignes, il affirmait clairement son projet : Il ne s'agit pas de réveiller simplement l'idée de parole et de son par des caractères arbitraires et imaginés, tels que sont les lettres de l'alphabet ou les notes de musique ; mais de peindre ce son et toute la musique dont il est capable ; de les peindre, dis-je réellement, , ce qui s'appelle peindre, avec des couleurs , et avec leurs propres couleurs ; en un mot, de les rendre sensibles et présents aux yeux, comme ils le sont aux oreilles de manière qu'un sourd puisse jouir et juger

Anton Webern

Anton Webern (1883-1945)

Il forme avec Alban Berg et Arnold Schönberg, ce qu'on nomme la seconde école de Vienne.
Fils de fonctionnaire, il fréquente les écoles à Vienne, Graz et à Klagenfurt.
En 1902, il s'inscrit à l'Université de Vienne, en musicologie, et en 1904, suit les cours de composition de Schönberg, chez lequel il reste jusqu'en 1908.
En 1906, il obtient son doctorat avec une thèse dirigée par Guido Adler : Heinrich Isaacs Choralis Constantinus.

Pḧilippe JarouskyNoir, c'est noir : Orfeo ed Euridice de Gluck

Par Frédéric Norac —— Le chœur qui vient enterrer la dépouille d’Eurydice dans la terre grise et aride de la Thrace ressemble à s’y méprendre à une communauté paysanne en grand deuil. Ce sont eux qui, enveloppés dans leur linceul et prisonniers d’un cercle de feu, incarneront les Furies infernales puis les Ombres heureuses dans le ballet du deuxième acte devenu ici une simple pantomime d’ombres chinoises. L’Amour lui-même, qu’il soit cet adolescent androgyne du premier acte ou cette jeune fille du dernier

Tubeuf André, Bach ou le meilleur des mondes. Le Passeur, Paris 2017 [254 p. ; ISBN 978-2-36890-507-4, 19,50 €]

 Agenda 

rectangle

 

rectangle

 

rectangle_actu

trait Les livres trait

Le rire en musique

Joubert Muriel et Le Touzé Denis (direction), Le rire en musique. « méloto-nia », Presses universitaires de Lyon, Lyon 2017 [328 p. ; ISBN 978-2-7297-0918-1 ; 20 €].

Houbart François-Henri, Histoire de l'orgue en Orléanais et dans le Loiret : inventaire des orgues, fac-teurs, organistes, composi-teurs. Delatour France Samp-zon 2016 [480 p. ; ISBN 978-2-7521-0302-4 ; 59 €]

Feneyrou Laurent, De lave et de fer. Une jeunesse allemande : Helmut Lachen-mann. « Répercussions », Éditions MF, Paris 2017 (286 p. ; ISBN 978-2-915794-97-7 ; 22 €].

 

Qui sommes nous ?
Bulletin d'information
Recherchedans le site et +
Presse internationale

Petites annonces
Téléchargements

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Analyses musicales
Cours d'harmonie et d'écriture

Articles et documents

Articles et documents
Nouveaux livres
Nouveaux disques

Colloques & conférences
Universités en France

Soutenir musicologie.org

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil.

☎ 06 06 61 73 41

@Contact

SIRET 533 035 408 00012 - Enregistrement à la CNIL no 1122478

ISSN 2269-9910

2017 : 887 548 lecteurs. Classement Alexa ; 7 883 pages publiques indexées dans le moteur de recherche. 3 229 abonnés au bulletin. Les compteurs Xiti sont homologués par Diffusion et Contrôle (OJD)