bandeau actu

 

Actualités musicales

jeudi 16 octobre 2014

 

La transnationalisation du religieux par la musique

Colloque international

16 au 18 octobre 2014, Faculté de musique, Université de Montréal

Langues du colloque : français / anglais

Comité organisateur : Hugo Ferran (Université de Montréal, Boursier Banting) , Nathalie Fernando (Université de Montréal)

Laboratoire de musicologie comparée et d'anthropologie de la musique de l'Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique

La transnationalisation du religieux se traduit par une délocalisation et une relocalisation des croyances, rituels et pratiques religieuses qui se réalise au-delà du cadre national étatique, dans des espaces réels ou symboliques, et le plus souvent au moyen de nouveaux imaginaires et récits identitaires (Capone 2005). Si l'analyse de cette transnationalisation religieuse a permis de mettre en lumière divers processus par lesquels le religieux transcende les frontières, il est frappant de constater que la musique est rarement appréhendée pour le rôle qu'elle y joue. Or, ce dernier est essentiel dans la transnationalisation des religions à vocation universelle comme l'Islam ou le Christianisme. La musique contribue aussi activement à la migration des religions de terroir, des mouvements néo-traditionalistes et des cultes associés à une localité d'origine, tels que le vodou haïtien, la santeria cubaine ou le candomble brésilien. Ces phénomènes musicaux, loin d'être nouveaux, ont d'abord donné le jour à des proto-mondialisations religieuses (Irving 2010). Aux XVIe et XVIIe siècles, les Jésuites ont par exemple utilisé la musique baroque européenne pour implanter le catholicisme romain en Chine (Picard 2002), en Éthiopie (Damon 2009) et dans la Cordillère des Andes (Carme 1989).

Au cours du XXe siècle, l'émergence de nouveaux moyens de transports et supports de communication a accéléré les transferts musicaux qui se réalisent désormais à des échelles plus globales. Conséquence de ces changements, les répertoires religieux transnationaux revêtent aujourd'hui une multiplicité de formes, qui va du gospel noir américain (Williams-Jones 1975) au rock chrétien japonais (Stevens 2004), en passant par le hip hop musulman suédois (Ackfeldt 2012), la musique hindoue de Martinique (Desroches 1996) et les hymnes pentecôtistes de Tanzanie (Barz 2003) et de Papouasie-Nouvelle-Guinée (Webb 2011).

Si la transnationalisation musicale du religieux est historiquement liée à l'évangélisation, l'esclavage et la colonisation, elle s'observe aussi dans le contexte de la migration et, plus largement, lors du déplacement des musiciens, de la circulation des recueils de chants et de la diffusion des enregistrements, sur des supports matériels (disques, cassettes, CDs, DVDs) et immatériels (radio, télévision, Internet). Dans tous ces contextes, les rythmes, mélodies, paroles des chants, répertoires, danses et instruments circulent et véhiculent des significations qui participent à la recomposition des univers de sens, des identités religieuses, des rituels, des prières et des modes d'incarnation du divin.

En étudiant ainsi la mobilité musicale et sa réception dans des contextes localisés, ce colloque se donne pour objectif de comprendre comment et sous quelle forme la musique "migre" conjointement aux cultes qu'elle accompagne, comment elle participe à la fabrique de sociétés plurielles et le rôle fondamental qu'elle joue dans l'invention et la réinvention des idées, des identités et des pratiques religieuses en contexte transnational. Il deviendra alors possible de faire ressortir les positionnements, malentendus et postures musicales ambivalentes qui résultent de ces processus transnationaux et qui s'articulent autour de choix religieux, esthétiques ou politiques. Par ailleurs, en engageant ainsi un dialogue entre musicologues, historiens de la musique, ethnomusicologues, anthropologues et sociologues des faits musicaux, ce colloque a pour ambition d'apporter de nouveaux éclairages à un phénomène souvent étudié d'un point de vue essentiellement religieux.

Quatre axes thématiques seront retenus pour orienter les propositions :

1. La transnationalisation au prisme de l'histoire. La notion de transnationalisation est-elle pertinente pour décrire les premières phases de la mondialisation religieuse ou doit-on la remplacer par les concepts de globalisation ou d'internationalisation ? Les phénomènes de recontextualisation du religieux ayant subi de profondes mutations au XXe siècle, il conviendra d'en rendre compte par la musique, à travers notamment le développement des nouvelles technologies et le déplacement accru des musiciens. On pourra aussi se demander dans quelle mesure ces transformations sont réellement inédites ou si elles ne reproduisent pas des phénomènes plus anciens. Cet axe concerne donc la dimension diachronique de ce phénomène mais envisage conjointement la modélisation possible de processus s'étant produit et/ou répétés sous des formes similaires dans des contextes et des époques différents.

2. Nouveaux terrains, nouvelles problématiques. La nature transnationale des musiques étudiées conduit le chercheur à mener des enquêtes de terrain à la fois localisées et multi-situées (Marcus 1995). Si l'observation participante, la conduite d'entretiens et le recueil de récits de vie restent pertinents pour son étude, l'enquêteur est parfois amené à recouper ses données de terrain avec des sources de secondes mains (écrites, sonores). Dans certains cas, il doit combiner des enquêtes en milieu urbain et rural, alors que le "cyber-terrain", auquel il est inévitablement confronté, pose de nombreux problèmes méthodologiques. Cet axe a pour ambition d'interroger la façon dont l'étude des musiques transnationales religieuses peut renouveler le travail de terrain dans les sciences sociales.

3. Analyse des processus à l'œuvre. En analysant les processus de réception, d'appropriation, de création et de remise en circulation des pratiques et objets musicaux localisés, cet axe vise à mieux comprendre les différentes phases de la transnationalisation religieuse et les différentes formes et fonctions qui affectent la musique au cours de ce processus. À titre d'exemple, on pourra s'attacher à analyser les processus de sacralisation des musiques séculières, ou encore la sécularisation des musiques religieuses. L'analyse pourra aussi porter sur le déplacement des musiciens, ainsi que sur les réseaux, les parcours ou les trajets dans lesquels ils s'inscrivent. Enfin, les aspects esthétiques sont à considérer dans leur stabilité ou leur évolution.

4. Échelles et pôles d'identification. On sait depuis longtemps que la transnationalisation religieuse implique un double processus d'homogénéisation des pratiques cultuelles et de réaffirmation des identités locales (Hervieu-Léger 2001). À partir d'exemples localisés, on se demandera dans quelle mesure l'articulation du musical et du religieux participe de ces mouvements d'uniformisation et de diversification du monde. On interrogera aussi la manière dont les musiques religieuses transnationales contribuent à la fabrique d'identités multiples. En s'appuyant sur une analyse croisée des paramètres musicaux et des discours des musiciens, cet axe cherchera à révéler comment chacune des dimensions musicales est associée à des aspects différents de l'identité, tels que la religiosité, la nationalité, l'ethnicité et l'appartenance à diverses communautés imaginées.

En se focalisant sur les phénomènes de transnationalisation musicale dans un contexte spécifique, celui du religieux et de la diversité des pratiques et des croyances que l'on rencontre dans le monde, ce colloque souhaite provoquer la mise en regard de différents horizons disciplinaires et de répertoires historiquement et géographiquement éloignés.

Présentation des propositions

Chaque proposition de communication, en français ou en anglais, comprendra les éléments suivants :

Nom et prénom de l'auteur ;

Affiliation institutionnelle (veuillez indiquer si vous êtes étudiant);

Adresse postale, téléphone et adresse électronique ;

Courte notice biographique (maximum 150 mots) ;

Liste des diplômes obtenus incluant la discipline, dans l'ordre chronologique inversé (max. 5);

Liste des postes occupés récemment si pertinents, dans l'ordre chronologique inversé (max. 5);

Liste de publications récentes pertinentes, dans l'ordre chronologique inversé (max. 5);

Titre proposé de la communication ;

Résumé, d'une longueur de 750 à 1000 mots. Le résumé doit être divisé en trois parties :

1) sujet (thématique(s) abordée(s));

2) méthodologie de recherche et

3) résultats. Le texte soumis doit impérativement être accompagné d'une bibliographie sélective. La durée des présentations est fixée à 20 minutes.

Les dossiers devront être envoyés pour le 1er décembre 2013 au plus tard en fichiers joints (format WORD) à info@oicrm.org.

Les résumés seront évalués de manière anonyme par un jury constitué d'experts internationaux.

Deux bourses de déplacement offertes par l'OICRM seront remises aux deux meilleures candidatures étudiantes (hors Montréal).

Comité scientifique

Nathalie Fernando (Université de Montréal) , Hugo Ferran (Université de Montréal, Boursier Banting), Deirdre Meintel (Université de Montréal), François Picard (Université de Paris-Sorbonne), Kay Kaufman Shelemay (Harvard University).

Université de Montréal, Faculté de musique; Laboratoire de musicologie comparée et d'anthropologie de la musique Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique

C.P. 6128, succ. Centre-Ville
Montréal (Québec) H3C 3J7, Canada
T (514) 343-6111 poste 2801
C info@oicrm.org
http://www.oicrm.org

Tramages : Matalon, Hurel, Cavanna par l'ensemble Mesostics (Hortus)

 

TramagesEnsemble Mesostics, Tramages (œuvres de Martin Matalon, Philippe Hurel, Bernard Cavanna). Hortus 2014 (HORTUS 104).

L'ensemble Mesostics*, fondé en 2010 par la pianiste Anne de Fornel, a choisi d'enregistrer les œuvres de trois compositeurs contemporains reconnus : Martin Matalon (né en 1958), Philippe Hurel (né en 1955), Bernard Cavanna (né en 1951).

La notice évoque la diversité des styles musicaux et des principes d'écriture de ces trois compositeurs. Certes. Mais toutes les œuvres présentes dans cet enregistrement (un cédé et un dévédé) sont des œuvres libertaires dont les notes ont trouvé le chemin de la sensualité sonore, d'une musique aux pleins vivants qui ne sont ni passés ni futurs. Il y a de l'écriture, de l'invention, de l'intuition, des effets de spontanéité. On passe avec ce disque un bon moment musical, à la réalisation et interprétation soignées.

Des 11 Trames, composées par Martin Matalon entre 1997 et 2011, L'ensemble a choisi les I, IV, VII,VIII. Inspirées par un poème de Jorge Luis Borges (La trame), ces œuvres de chambre concertantes, chacune à l'effectif musical diversifié, nous plongent dans des propositions musicales particulières, comme des exercices de style ou des explorarions jouissives. Elles sont toutes le fruit de commandes et ont été publiquement créées, certaines sont déjà enregistrées.

Interstices, de Philippe Hurel, pour piano solo et trois percussionnistes ont été composés en 2009, ils sont dédiés à la pianiste et grande propagandiste du piano contemporain Françoise Thinat, pour le célèbre concours qu'elle dirige à Orléans. Il s'agit d'une œuvre concertante pour piano face à un orchestre de trois percussions. Le compositeur a souhaité réaliser une œuvre tout en tensions, où l'espoir d'apaisement serait à chaque fois déçu.

Le concerto pour violon de Bernard Cavanna a été composé en 1998-1999 pour Radio-France. Il a été enregistré lors de la création publique par l'Orchestre de Radio-France, et sa dédicataire, la violoniste Noemie Schindler. Dans cette partition le compositeur a pris le parti de l'affrontement entre la parties soliste et l'ensemble orchestral. Ici, Amaryllis Billet tient la partie de violon solo (enregistrement vidéo).

La direction musicale de l'ensemble a été confiée à Jean Geoffroy. Le dévédé comporte également des entretiens avec les compositeurs et des extraits de répétitions.

jmw

 

* Ce terme prisé par John Cage, désigne une rhétorique poétique de la famille de l'acrostiche, mais dans ce cas, ce ne sont pas les premiers caractères alphabétiques des lignes qui forment le ou les mots à lire verticalement, mais un caractère au sein des lignes.

Création du Conseil Parisien de la Musique

 

Bruno Julliard, premier adjoint à la Maire, annonce à l'occasion de la soirée d'ouverture du MaMA, la création du Conseil Parisien de la Musique, engagement phare d'Anne Hidalgo en faveur de la filière musicale.

Le Marché des Musiques Actuelles (MaMA) s'est ouvert aujurd'hui à Paris. Pendant trois jours, 100 concerts et 50 conférences se tiendront dans la capitale. Les quartiers de Pigalle et de Montmartre vont vibrer au rythme d'une programmation pointue dans une vingtaine de salles et de lieux atypiques. En parallèle, plus de 200 intervenants s'exprimeront sur les thématiques des musiques actuelles.

Cette instance rassemblera, l'ensemble de la filière musicale parisienne : les fédérations représentatives des producteurs, des salles, des labels, des éditeurs et des disquaires parisiens, mais aussi les syndicats, les sociétés civiles, les associations musicales parisiennes, les conservatoires municipaux, ainsi que la Région Ile-de-France et l‘Etat.

En appui sur les actions engagées par la Ville et les outils dont elle dispose, elle sera force de propositions au bénéfice des publics et des professionnels des musiques actuelles. Organisée en groupes de travail thématiques et réguliers, elle pourra se prononcer sur des sujets tels que le soutien à l'emploi artistique, les besoins en investissement des salles de concert parisiennes, ou encore le soutien de la collectivité en termes de communication et d'affichage. Elle se réunira en instance plénière au moins une fois par an, la première rencontre étant programmée dès ce mois de novembre.

Chaque année, Paris accueille déjà plus de 36.000 concerts, dans près de 700 lieux. Elle abrite aussi 300 labels de musique.

Rihm compose pour la Frauenkirche de Dresde

 

DresdenFrauenkirche, Dresden, avril 2014. Photographie Jean-Marc Warszawski.

Wolfgang Rihm composera une œuvre pour la Frauenkirche de Dresde, un double concerto pour violon et violoncelle. L'œuvre devrait être livrée dans l'année qui vient.

Complètement détruite par les bombardements superflus de la seconde guerre mondiale, elle a été relevée en 2005 après une campagne mondiale de levée de fonds.

Dresden, FrauenkircheFrauenkirche, Dresden, avril 2014. Photographie Jean-Marc Warszawski.

Cet édifice baroque flambant neuf n'a pas grand intérêt architectural et historique. Il y avait certainement mieux à faire à Dresde, mais il semble, comme à Berlin, qu'on se passionne pour relever les fastes de l'ancien régime, certainement plus obscur et dictatorial que le socialisme de caserne qu'on pense ainsi enterrer. Au moins est-ce un point de chute pour des touristes, pour occuper leur journée.

Bref en 2015, le lieu fêtera ses dix ans avec la musique de Wolfgang Rihm.

Dresden, FrauenkircheFrauenkirche, Dresden, avril 2014. Photographie Jean-Marc Warszawski.

« Kirbo », par le grand ensemble Mazel combo

 

klirbo

Mazel Combo, Kirbo (musiques populaires des Balkans et de ses environs). MAZEL 2013.

Par Alain Lambert ——

Si vous passez par Caen, ou dans le coin, vous pouvez les rencontrer lors d'un rendez-vous associatif, un vide grenier, une fête de quartier, et vous ne pouvez pas les louper avec les multiples guitares, les contrebasses, les cuivres, violons, flûtes, clarinettes, accordéon... Pas besoin d'amplification, le groupe tout terrain et écolo par connivence. Et un cédé multicolore avec une belle pochette sérigraphiée à l'atelier associatif l'Encrage.

(+) lire la suite

Des fleurs pour la mariée : Myrthen, opus 25 de Schumann (13 octobre 2014)

 

Par Frédéric Norac ——

Programme très original pour ce premier concert d'une série de quatre qui marque le retour des lundis musicaux de l'Athénée, dans un registre plus modeste que dans les années glorieuses où ils étaient programmés par Pierre Bergé mais non moins prometteur. Placés par Alphonse Cemin leur directeur artistique sous le signe de la mélodie et du Lied, ils permettront d'entendre tout au long de la saison de jeunes interprètes français ou formés en France, dans des programmes de grande qualité.

Damien PassDamien Pass. Photographie DR.

(+) lire la suite

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41
Contacts

À propos

S'abonner au bulletin
Liste

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Analyses musicales
Cours de musique

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale

Soutenir musicologie.org

Articles et documents
Bibliothèque
Nouveaux livres
Nouveaux cédés

Colloques & conférences
Universités en France

Collaborations éditoriales

logo musicologie
ISSN  2269-9910

© musicologie.org 2014

truite

Jeudi 16 Octobre, 2014 1:34

 

 octobre 20140 

L M M J V S D
01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

 

musicologie

flux rss

Recherche dans musicologie.org

rectangle

rectangle

 

rectangle