bandeau actu

 

Actualités musicales

jeudi 1er novembre 2013

 

Journée d'études Antoine Tisné (1932-1998)

 

APPEL A COMMUNICATIONS

Élève de Noël Gallon et de Jean Rivier au Conservatoire National de Musique de Paris, puis d'André Jolivet et de Darius Milhaud, Antoine Tisné remporte le Second Grand Prix de Rome en 1962 et plusieurs prix d'écriture, dont le Grand Prix Musical de la Ville de Paris en 1979. Ami de Marcel Landowski, il est, à partir de 1968, Inspecteur principal de la musique au Ministère des Affaires Culturelles, puis Inspecteur de la musique chargé des conservatoires municipaux de la Ville de Paris.

Comportant près de 200 numéros d'opus, son œuvre, aux aspirations variées, n'a suscité jusqu'à présent que peu d'intérêt de la part des musiciens et des musicologues. En dehors de l'ouvrage de David Niemann (1991) et d'un entretien de Myriam Soumagnac avec le compositeur (1994), quelques analyses d'œuvres ont été réalisées par Marie Andrieux (1988), Daniel Matoré (1986) et Delphine Grivel (2010, 2011). La musique pour orgue a fait l'objet d'un article dans le Guide de la musique d'orgue et l'ensemble de l'œuvre dans un autre article de Pierrette Mari (1985). Enfin, un premier catalogue des œuvres d'Antoine Tisné a été élaboré en 1993 par les éditions Billaudot.

Quinze années après la mort du compositeur et à l'occasion d'un nouvel enregistrement de ses œuvres par le Quatuor Hélios, la Journée d'Études consacrée à Antoine Tisné souhaite contribuer à une meilleure connaissance de l'homme et du musicien. Deux axes principaux d'études sont proposés :

1. Les œuvres musicales d'un point de vue analytique et esthétique. Les questions de forme, de genre, de langage, de modèle seront privilégiées. Puisant son inspiration tant dans la littérature, le théâtre, l'architecture et les arts plastiques, que dans l'astronomie, l'archéologie, la spiritualité et les voyages, l'œuvre de Tisné aborde en effet tous les genres et les formations musicales et son langage évolue de la musique sérielle à une atonalité moins formelle, libre de tout mouvement et idéologie : « Ce qui me préoccupe est de trouver les lois et les techniques qui seront les plus proches […] de l'émotion et de l'expression à traduire. »

2. La vie d'Antoine Tisné en ses activités de compositeur et d'Inspecteur. Les aspects biographiques permettront de déterminer les périodes créatrices d'Antoine Tisné, de fixer des repères dans l'évolution de ses œuvres et de mettre à jour les relations qu'il entretenait avec les artistes, toutes disciplines confondues. Les fonctions d'Inspecteur que Tisné remplit seront également définies dans le contexte historique, politique et culturel.

Précisons que le fonds Tisné – constitué de fiches techniques, de notes, de partitions manuscrites –, encore conservé dans des archives privées, est mis à disposition du chercheur sur rendez-vous. Merci de contacter Delphine Grivel. Des notes de programme, enregistrements et partitions peuvent être consultés au Centre de Documentation de Musique Contemporaine et à la Bibliothèque Nationale de France.

Les propositions de communication – constituées d'un titre et d'un résumé d'une dizaine de lignes –, accompagnées d'une brève notice biographique, sont à adresser par courriel avant le 1er octobre 2012 aux deux organisatrices :
Delphine Grivel : delphine.grivel@free.fr
Michèle Barbe : mbarbe@wanadoo.fr

Ces propositions, de préférence en langue française, seront examinées par le comité scientifique composé de Danièle Pistone (Université Paris-Sorbonne), Michèle Barbe (Université Paris-Sorbonne), Delphine Grivel (Université Paris-Sorbonne), David Niemann (écrivain), François Sabatier (CNSM de Lyon), Jean-Claire Vançon (Université Paris-Sorbonne).

ENIM 2013 : Encontro nacional de investigação em música // National Conference of music Research

1-3 novembre 2013, Beja (Portugal)

Spim-Sociedade Portuguesa de nvestigação em música.

CALL FOR PAPERS

The Third National Conference of Music Research (ENIM 2013) is to take place in Beja (Portugal), in collaboration with the Departamento do Património Histórico e Artístico da Diocese de Beja, from Friday, 1 to Sunday, November 3 2013.

Researchers from all over the world are invited to submit proposals for papers in Portuguese, Spanish, French, Italian or English. Proposals for panel sessions featuring three or four papers (maximum) in a shared field of interest are also encouraged. All topics relevant to the field of music research will be considered.

In addition to an abstract (ca. 300 words), please send a short biographical note (ca. 150 words), and indicate audio-visual requirements. For panels, please include the title of the session, the organizer's name, plus a 300-word proposal outlining the topic of the panel, followed by abstracts of the individual papers (ca. 300 words for each).

Individual papers should not exceed 20 minutes in duration, to be followed by 10 minutes' discussion.

No more than one proposal per candidate is permitted (including both individual papers and panels).

Please send your proposals to the following email address:spimenim2013@gmail.com

The deadline for the reception of proposals is Saturday, June 15 2013.

Please provide your full name, institutional affiliation, full mailing address, telephone number and email address.

Acceptance of proposals will be notified personally via email before the end of June 2013.

For further information about the conference, please contact:spimenim2013@gmail.com

The Scientific Committee, Paulo Ferreira de Castro, Paula Gomes Ribeiro, Rui Vieira Nery, Susana Sardo, Manuel Deniz Silva

Leslie Lewis et le Gérard Hagen Trio au River Café

 

Leslie Lewis

 

Leslie Lewis : Vocal
Gérard Hagen : Piano
Bernt Reiter : Batterie
Nicola Sabato : Contrebasse

Arrivée récemment des USA dont elle est originaire, Leslie Lewis, chanteuse de jazz, perpétue la tradition et le langage musical des grandes divas du jazz comme Ella Fitzgerald, Carmen Mc Rea ou Sarah Vaugahn. En tant que leader elle a publié 3 albums salués par la critique, (5 étoiles dans le Swing Magazine Journal). Leslie très présente sur les radios FM aux Etats-Unis a effectué de nombreuses tournées avec plusieurs grands orchestres, le Cleveland Jazz Orchestra, le Duke Ellington Orchestra ou le Jazz Tap Ensemble. Elle a collaboré avec plusieurs artistes parmi lesquels les pianistes Gérard Hagen ou John Butch, le tromboniste Britt Woodman, le trompettiste Joe Wilder ou le saxophoniste Harry Allen… Ce soir Leslie se produira avec Gérard Hagen, son pianiste, arrangeur, producteur et directeur musical.

River Café, 146, quai de Stalingrad, Issy-les-Moulineaux. http://rivercafe.fr/river-cafe/lieu

Trois siècles de musique instrumentale, un parcours découverte: Domenico Scarlatti (1685-1757)

 

Par Michel Rusquet ——

Ne faudrait-il pas préciser « alias Domingo Escarlatti », à la fois pour rappeler qu'il vécut la seconde moitié de son existence en terre ibérique et pour souligner d'entrée à quel point sa musique doit à diverses influences espagnoles ?

On ne sait pas grand chose de l'enfance de ce Napolitain né la même année que Bach et Haendel, mais on imagine aisément qu'appartenant à une dynastie de musiciens presque comparable à celle des Bach ou Couperin, le jeune Domenico avait sa voie toute tracée dans l'ombre de son père, le grand Alessandro. Celui-ci se chargea de sa formation et fit de lui, dès l'âge de seize ans, l'organiste et compositeur de la chapelle royale de Naples, avant de l'envoyer quatre ans plus tard à Venise où le jeune homme aurait semble-t-il bénéficié de l'enseignement d'un professeur prestigieux, Francesco Gasparini, et fait la connaissance d'un certain Haendel, avec lequel il allait développer des liens étroits.

A partir de 1709, on le retrouve à Rome où il restera une dizaine d'années, exerçant ses talents au service de la reine Maria Casimira de Pologne, puis comme maître de chapelle à Saint-Pierre de Rome, en y ajoutant une fonction de maître de chapelle de l'ambassadeur du Portugal. Et, ceci expliquant cela, voilà qu'en 1720 il s'embarque pour Lisbonne à l'appel du roi Jean V qui cherchait un brillant maître de chapelle en même temps qu'un professeur de clavecin pour sa fille Maria Barbara. On connaît mieux la suite, où tout se fonde sur l'attachement du maître pour sa brillantissime élève : lorsqu'en 1728  celle-ci épouse l'héritier du trône d'Espagne, Scarlatti la suit à la cour de Madrid où il vivra tout bonnement les trois dernières décennies de son existence. Une existence qu'on imagine calme et équilibrée pour cet homme qui entre temps a fondé une famille ; pourtant il aura tendance à défrayer la chronique par sa passion du jeu qui, malgré les libéralités de Maria Barbara, le conduira trop souvent à faire appel à la générosité d'un autre Napolitain venu à son tour rejoindre la cour de Madrid : le célèbre castrat Farinelli.

(+) Suite...

« Ori » et « Caandides » à Nördik Impakt Caen Magic Mirrors

 

Par Alain Lambert ——

Je sais, j'ai honte car malgré l'annonce depuis trois mois de Nördik Impakt sur le site de Musicologie.org, j'avoue n'avoir pas suivi cet événement musical caennais en 15 ans. Sauf une fois pour Taylor McFerrin, le fils de Bobby, par curiosité... Une voix agréable, des machines rythmiques et quelques phrases de clavier minimaliste... Un bon souvenir musical.

En fait, l'electro, comme le rock, c'est la question du volume sonore. Surtout quand on vous propose des bouchons à l'entrée, ou quand le sonorisateur en a plein les oreilles,  y a un problème.

Si le groupe joue sur l'énergie volontairement trashy, pourquoi pas, c'est leurs oreilles. Mais si les arrangements sont nuancés et sophistiqués, pourquoi tout gâcher. Mon dernier concert pop ? Au Cargö en septembre, « Clockwork of the Moon », du beau boulot polyphonique avec de jolies ambiances un peu floydiennes, mais un son trop fort qui brouille les voix et les guitares. Dommage !

(+) Suite...

Hilary Hahn et le Chamber Orchestra of Europe

 

Par Eusebius ——

HIlary Hahn

Le programme s'ouvrait sur la Nuit transfigurée de Schönberg, dans sa version pour orchestre à cordes. L'Orchestre de Chambre d'Europe y fait montre de qualités rares, avec des sonorités chambristes, favorisées par une division des cordes, et des solistes — l'alto en particulier — d'une grande beauté. La dynamique est amplifiée par cette orchestration, qui prend une profondeur singulière. Cependant, la version originale, pour sextuor à cordes, garde mes faveurs : plus intime, plus directement héritière des deux sextuors de Brahms. Il faut dire que ce post-romantisme viennois, avec sa morbidité, ses effusions d'un lyrisme déliquescent, s'il a marqué l'histoire, a perdu une large part de sa capacité d'émotion. L'ambiguïté de l'écriture et du projet — entre musique à programme1 et musique « pure » n'y est pas étrangère.

(+) Suite...

À propos du site    S'abonner au bulletin  Liste  Collaborations


© musicologie.org 2013

ISSN  2269-9910

  Novembre 2013 

L

M

M

J

V

S

D

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

4

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

 

flux rss

Presse internationale

Petites annonces

Recherche dans musicologie.org

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

  rectangle

rectangle

rectangle