bandeau actu

 

Actualités musicales
dimanche 4 avril

Bataclan
Boulevard Voltaire

 dimanche 15 avril 2012

______________________________
appel à contributions :
l'expérimentation en question

Dossier dirigé par Matthieu Saladin
IDEAT (Université Paris 1/ CNRS)
Le Quai École supérieure d'art de Mulhouse

Selon l'une des définitions données par John Cage des musiques expérimentales, l'expérimentation aurait pour tâche de poser des questions plutôt que d'apporter des réponses toutes faites. Ce numéro de TACET voudrait retourner cet adage à l'expérimentation elle-même en interrogeant ses principes, ses manifestations et ses enjeux aussi bien historiques (pour autant qu'ils questionnent notre contemporanéité) qu'actuels.

L'expression « musique(s) expérimentale(s) » sert habituellement à désigner, du point de vue historique, les pratiques de musiciens et compositeurs, principalement anglo-saxons, réunis autour de la musique et des idées de Cage, du moins s'en réclamant directement ou indirectement. L'indétermination, le processus et l'intérêt pour les « nouveaux » sons y constituent des axes de recherche majeurs. Mais cette expression renvoie également à des courants musicaux et/ou artistiques antérieurs (le futurisme avec Russolo et l'émergence de la poésie sonore, les premiers travaux de musiques électroniques en Russie, etc.) qui ont contribué à remettre sur le chantier les normes qui régissaient la création sonore. De manière contemporaine aux premières expériences de Cage avec le hasard, l'appellation « musique expérimentale » a pu tout aussi bien être utilisée par Pierre Schaeffer dans un sens sensiblement différent. À partir des années 1970, le champ que recouvre l'expression s'élargit sous la dynamique des musiques improvisées, d'expériences menées dans la nébuleuse rock, du minimalisme et des musiques électroniques. Aujourd'hui, son application apparaît d'autant plus variée que son sens n'a plus rien d'évident, rassemblant finalement, faute de qualificatif approprié, toute pratique musicale aux bruits « suspects ».

Toujours est-il que cette expression « définit » un champ de pratiques sonores particulièrement hétérogènes, voire aux enjeux et aux modalités quelquefois antagonistes. Si l'expérimentation a pu chercher à remettre en cause une pensée progressiste de la modernité, elle a su également y contribuer dans son exigence de nouveauté. De même, alors qu'une certaine tradition expérimentale réclame le retrait de l'individu dans son projet, d'autres formes visent, aussi bien chez les musiciens que chez les auditeurs, l'expérience des limites, ou encore s'attachent à questionner les rapports au collectif. Mais les ambitions de l'expérimentation se retrouvent également dans le vœu de troubler les frontières entre l'art et la vie – sinon entre les arts (dimension polyartistique) –, d'investir les possibilités offertes par les nouvelles technologies, tout comme de questionner leur domination et d'en exploiter les failles. À cette diversité insaisissable répond pourtant l'aspect situé et local de l'expérimentation en tant que telle, à même d'interroger la prétention d'une expérimentation générale ou continue, voire l'ontologie de courants musicaux définis en soi comme expérimentaux. Où se situe alors l'expérimentation dans les musiques expérimentales comprises dans leur diversité ? Quand y a-t-il expérimentation ? Quels sont les procédés utilisés ? Quelles peuvent être les différences et les tensions entre les multiples usages du terme, qui varient en outre selon les cultures et les contextes sociohistoriques ? Quelles sont les formes de l'expérimentation sonore aujourd'hui ? Quels déplacements peut-on observer, d'une génération à l'autre, dans les problématiques musicales, mais aussi sociales et politiques, que pose l'expérimentation ?

Prendre comme point de départ pour la réflexion l'hétérogénéité des musiques expérimentales implique également de repenser l'étendue des pratiques qu'elles peuvent concerner. En effet, si l'expérimentation est bien souvent identifiée, au moins pour la modernité, comme relevant des musiques d'avant-garde, elle ne saurait s'y réduire et peut tout aussi bien être repérée dans des pratiques qui ne sont pas d'emblée « rangées » sous l'étiquette « musiques expérimentales » et en premier lieu dans les musiques populaires. Quelles formes d'expérimentation se trouvent à l'œuvre dans ces musiques ? Quels dispositifs mobilisent-elles ? Quelles sont les influences des musiques populaires sur les musiques dites expérimentales et inversement ?

Une autre perspective de recherche pourrait interroger les discours qui justifient les pratiques. Nombre de musiciens voués à l'expérimentation ont pu, notamment dans les années 1960, s'inspirer, de manière plus ou moins critique, de courants de pensée philosophiques et/ou spirituels, comme la philosophie de l'expérience, les théories de l'information ou encore les philosophies orientales. Quels usages les musiciens peuvent-ils faire de ces théories dans leur pratique ? En quoi ces lectures peuvent-elles nous renseigner sur les enjeux et les postulats des expérimentations entreprises ? Quelles sont celles qui circulent dans les pratiques contemporaines ? De telles lectures dépassent bien souvent le seul champ de l'expérimentation et révèlent, dans leurs préoccupations, des phénomènes culturels plus larges : de quoi, dès lors, ces discours paramusicaux qui nourrissent l'expérimentation seraient-ils le symptôme ?

Enfin, alors que l'on insiste souvent sur les processus de création que mettent en œuvre les musiques expérimentales, la réception de l'expérimentation apparaît peu questionnée. Nombre de performances historiques se sont pourtant soldées par des scandales ou ont été accueillies avec une certaine réserve, tandis que d'autres ont donné lieu à des expériences collectives dépassant le seul moment du concert. Quelles sont les conditions (sociales, institutionnelles, culturelles) de réception de l'expérimentation ? Qu'implique l'expérimentation chez les auditeurs ? Qui concerne-t-elle ? Quelles peuvent être les expériences de l'expérimentation du point de vue de différents publics ?

D'autres axes de réflexions pourront concerner :

Les concepts qui définissent l'expérimentation, mais aussi les apories et les mythes qui entourent les pratiques.

Les rapports aux technologies, du bricolage et du détournement à l'intérêt, parfois proche du scientisme, pour les nouvelles technologies ; les différences et similitudes entre l'expérimentation scientifique et l'expérimentation sonore.

L'analogie politique de l'expérimentation ; les ambitions sociales et critiques de certaines pratiques musicales expérimentales, leur récupération potentielle ou effective ; les modalités et les enjeux d'une expérimentation collective.

Le problème des catégories et des distinctions dans les musiques expérimentales. Les remises en cause qu'elles occasionnent et les nouvelles cartographies et généalogies qu'elles dessinent.

L'impact et le développement des musiques expérimentales en dehors de l'Occident. Et en retour, les influences d'autres traditions musicales sur les musiques expérimentales occidentales.

Les rapports à la subjectivation et à l'identité qui se jouent dans l'expérimentation.

La question du genre dans des traditions et des courants musicaux encore largement masculins.

Les manières dont des subcultures, des communautés, des scènes ou des réseaux peuvent se solidariser et se forger autour d'une ambition expérimentale (le bruit et les volumes extrêmes dans la noise, les rencontres impromptues dans l'improvisation libre, etc.)

Ce prochain numéro de TACET voudrait aborder ces questions dans une perspective interdisciplinaire (esthétique, philosophie, musicologie, histoire culturelle, cultural studies, gender studies, sociologie, sciences politiques, littérature, psychanalyse, etc.) et entend réunir un ensemble d'études où l'expérimentation sera interrogée dans la diversité de ses formes et l'hétérogénéité de ses problématiques. Sont attendues des analyses générales, de cas particuliers comme des études transversales.

Les questions proposées par cet appel à contributions ne sauraient être exhaustives. Elles représentent quelques pistes de recherche d'ordre général suggérées aux potentiels contributeurs. Elles souhaitent néanmoins rappeler que la revue TACET attend des études de fond nourries d'un propos argumenté. Le comité de rédaction sera de plus particulièrement attentif à la qualité rédactionnelle des contributions, estimant que les dimensions littéraire et poétique ont toute leur place dans l'articulation et la transmission d'une pensée. Il est également rappelé aux auteurs que la revue s'adresse à un lectorat élargi.

Les auteurs doivent informer au préalable le comité de rédaction de TACET de leur projet d'article par courriel en précisant le titre de leur contribution et en joignant un résumé de leur proposition. Les articles sont quant à eux à envoyer par courriel avant le 15 avril 2012 aux adresses suivantes : redaction@tacet.eu et matthieu.saladin@gmail.com

Il convient de joindre à l'article, un résumé, quelques mots-clés et une biographie succincte de l'auteur. Nous prions les auteurs de suivre les instructions (format des articles, normes bibliographiques) disponibles à l'adresse suivante ; leur respect facilitera le processus éditorial et écourtera ainsi les délais.

Le comité de rédaction
redaction@tacet.eu

Vous pouvez télécharger l'appel à contribution en français et en anglais à l'adresse : http://www.tacet.eu/2

N'hésitez pas à le faire circuler, en n'oubliant pas qu'il s'agit d'une parution bilingue (FR/EN) http://www.tacet.eu

 dimanche 15 avril 2012

______________________________
L'album posthume d'Etta James

The Dreamer, un disque d'Etta James, vient de paraître chez Universal. Depuis l'enregistrement d'un disque, cette légende soul est décédée le 20 janvier à 73 ans des suites d'une leucémie.

Née à Los Angeles, d'une mère tombée enceinte à l'âge de 14 ans et d'un père inconnu, Jamesetta Hawkins avait rencontré à 14 ans l'impresario Johnny Otis, qui lui donna son nom d'artiste et la lança avec les Peaches. Son morceau d'anthologie demeure « At Last » enregistré en 1960.

Elle était connue pour ses attitudes provocantes sur scène. Avec ce disque elle reprend des classiques soul et rhythm'n blues, tels « Cigarettes & Coffee », d'Otis Redding, « Dreamer », de Bobby Bland, « Misty Blue », de Bob Montgomery, où elle atteint des sommets d'émotion.

 dimanche 15 avril 2012

______________________________
Chick Corea & Gary Burton en
tournée

Chick Corea et Gary Burton fêtent le 40e anniversaire de leur collaboration avec Hot House, leur septième album studio en duo.

Ces complices musicaux seront en concert à Amiens le 16 avril, Salle Pleyel de Paris le 17, Mulhouse le 18 et Metz le 21.

 

 dimanche 15 avril 2012

______________________________
Daniel Guichard à l'Olmympia
pour ses 40 ans de carrière

Daniel Guichard est jusqu'au 22 avril sur la scène de l'Olympia, avant une tournée en France et en Belgique. Il fêtera ainsi ses quarante ans de carrière.

Accompagné par vingt musiciens dont un ensemble de cordes et de cuivres, Daniel Guichard, qui a toujours défenduson indépendant par rapport aux maisons de disques, interprétera ses chansons les plus célèbres et 14 nouveaux titres.

Ils seront réunis dans son prochain album — le premier depuis 20 ans — Notre Histoire.

« La Tendresse», chanson refusée par l'imprésario de Mireille Mathieu, a été son premier grand succès. En 1974, « Mon Vieux », titre mis en musique par Jean Ferrat, l'installe définitivement parmi les grands chanteurs français.

 

 

 

 dimanche 15 avril 2012

______________________________
Christophe Rousset et l'humanité de la musique baroque

Cclaveciniste et chef d'orchestre, Christophe Rousset dirige depuis 20 ans des Talens lyriques.

Pour lui, ma musique du xviiie siècle cherche la conversation avec le public, tandis que celle du xixe cherche le surhumain.

Il vient d'enregistrer deux albums, des airs de Purcell, et des oeuvres pour clavecin de Louis Marchand et Jean-Philippe Rameau.

Après un concert à l'Opéra Comique avec Véronique Gens, il sera à Toulouse du 4 au 15 mai, pour une nouvelle production des Indes Galantes, de Rameau.

Il participera au festival Mozart au Théâtre des Champs-Elysées, à Paris, avec Diana Damrau, le 25 mai, donnera Alcina, en juin, au Festival Haendel de l'Opéra Royal de Versailles. Il jouera Monteverdi au festivals de Namur (Belgique) et de Sorèze, puis interprétera Phaéton de Lully à celui de Beaune.

 dimanche 15 avril 2012

______________________________
Concert de rock au chantier naval
du Titanic

Environ 16.000 personnes se sont réunies vendredi soir à Belfast, sur la cale de lancement du Titanic pour assister à un concert gratuit, pour la commémoration du 100e anniversaire du naufrage du paquebot.

Parmi les musiciens figuraient le Jamaïcain Sean Paul et la chanteuse londonienne Katy B.

Le Titanic a sombré dans la nuit du 14 au 15 avril 1912 après avoir heurté un iceberg lors de son premier voyage transatlantique.

 dimanche 15 avril 2012

______________________________
Revue de presse musicale,
culturelle et citoyenne du 15
avril 2012

(L'Union) Carla Bley, une grande dame du jazz contemporain, en concert
(Médiapart) Musiques au pays de Loti
(France Info) Un jour inhabituel pour l'Orchestre national de France
(L'Italie à Paris) La petite messe solennelle de Gioachino Rossini à l'Opéra Comique
(Le Nouvel Observateur) Hold-up de Sarkozy sur la musique ?
(AFP/Le Point) Robin Gibb des Bee Gees hospitalisé dans un état critique à Londres
(Accents on line) Arnold Schönberg : Suite opus 29
(Télérama) Présidentielle : la filière musicale présente ses doléances
(20 minutes, Suisse) Pour fêter cette 30e édition, le festival de jazz de Cully qui commence ce vendredi promet chaque jour une surprise musicale
(Le Figaro) Classique: l'audace des orchestres indépendants
(La Presse, Québec) Stéphane Tétreault bien entouré !
(La Voix du Nord) La voix, le geste, le corps : à l'opéra, des stagiaires inhabituels
(La Dépêche) Natalie Dessay au Metropolitan Opera de New York retransmis dans les salles toulousaines
(Le Figaro) Nixon in China, irrésistibles !
(La Dépêche) Bertrand Chamayou : « Je rêvais d'être compositeur »
(France musique) Le pianiste Wibi Soerjadi doit payer 175.000 euros à un magasin de musique à Alkmaar, au Pays-Bas
(Canoë, Québec) Grève étudiante : Deux autres injonctions émises
(Le Bien public) L'Opéra de Dijon publie son premier ouvrage : Le Violon Italien. La seconde voix humaine
(France 24) La vidéo d'une jolie blonde chantant son amour pour Mélenchon est un canular
(AFP/NVI) L'Unef organise un concert gratuit contre le racisme mardi à Bastille

2012
<<  avril   >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

 

Presse internationale
Annonces & annuaires

À propos du site
S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Téléchargements

Colloques & conférences
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41