rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bioS'abonner au bulletin

 

 

 

Verroust Stanislas

Louis-Stanislas-Xavier

1814-1863

 

 

Né à Hazebrouck le 10 mai 1814 ; mort à Hazebrouck le 11 avril 1863.

En 1831, il est premier violon à l'orchestre du théâtre du Palais royal (Paris). Parallèlement, il étudie le hautbois au Consarvatoire de Paris, avec Gustave Vogt (1781-1870). En 1833, il est gratifié du Deuxième Prix de hautbois, et en 1834 il obtient le Premier Prix.

Après avoir été hautboïste dans les théâtres parisiens de la Porte-Saint-Martin et de La Renaissance, il entre, en 1839, dans l'orchestre de l'Opéra de Paris.

Il a également été maître de chapelle au Lycée Louis-Le-Grand de Paris.

En 1848, alors lieutenant à la musique de la 2e Légion de la Garde nationale, basée à Lille et composée de professionnels et d'amateurs, il y est élu capitaine, en remplacement du capitaine Barizel qui prend sa retraite.

En février 1849, il dirige la musique de la 2e Légion, aux obsèques de François-Antoine Habeneck,

    [..] et quant à M. Verroust, son hautbois monté en or, de la fabrication de M. Tulou, ce digne hommage de la réputation parisienne à Lille, il a dû éprouver un certain orgueil à tomber en de pareilles mains. M. Verroust joue certainement aussi bien les hautbois de M. Tulou que celui-ci pourrait jouer des flûtes de M. Verroust, si M. Verroust fabriquait des instruments de musique, mais il s'en tient à les animer de ses plus doux chants.

      (« Le ménestrel », 23 décembre 1849, à propos du 29e concert du Ménestrel).

    Le « Ménestrel », 15 février 1852

    Une piquante séance, une lutte musicale, aura lieu demain matin lundi, dans la cour du Palais-Royal : Une musique de lanfare et une musique militaire concourront en présence du général en chef de la garde nationale pour être jugées en dernier ressort par MM. les membres de la section musicale de l'Institut. Il s'agit de décider si, dans la réorganisation de la garde nationale de Paris, il sera définitivement accordé une musique de fanfare ou une musique militaire par quatre bataillons. M. Dufrène propose et soutient les avantages de la fanfare, M. Verroust en nie la réelle possibilité, au cas de réunion de toutes les légions, et de plus revendique les droits de la vraie musique militaire. Ce sera un combat à outrance dans lequel, en tout cas, M. Verroust sera d'autant plus méritant qu'il avait été conservé comme capitaine de musique dans l'une des six fanfares dont M. Dufrène sollicitait la création.

    Tournoi musico-Militaire : (« Le Ménéstrel », 22 février 1852)

    Le lundi, la cour du Palais-Royal avait aussi son concert de musique militaire, qui avait attiré une grande affluence... Il s'agissait de décider si les fanfares de M. Dufrène détrôneraient les musiques d'infanterie.

    Comme nous l'avons déjà dit, M. Verroust avait revendiqué l'honneur, de combattre en champ clos M. Dufrène. Sous une apparence, peut-être frivole, il se débattait là toute une question de vie ou de mort, non- seulement pour les nombreux artistes clarinettistes, hautboïstes et basonnistes, qui composent les musiques militaires, mais aussi pour les fabricants desdits instruments de bois et les nombreux ouvriers occupés à cette fabrication.

    Indépendamment de ces intérêts privés à sauvegarder, une question d'art s'attachait encore subsidiairement à cette lutte musicale qui rappelle, dans un autre genre, la guerre des Gluckistes et des Piccinistes.

    Cette question d'art la voici : Nos orchestres des théâtres de la province ne recrutent leurs instruments à vent, en bois et en cuivre, que dans nos régiments, qui, les tiennent eux-mêmes de notre gymnase musical dirigé par M. Carafa. Or, les fanfares une fois admises dans la garde nationale de Paris, ne tardaient pas à envahit l'infanterie régulière, et alors, nos orchestres de théâtres périssaient faute d'artistes.

    Déjà, à Paris même, on éprouve grande difficulté à réunir des bassons, par exemple, puisque sur trois places de ce genre vacantes à l'Opéra-Nâtional, un seul sujet s'est présenté au concours. Dans cet état de choses on comprendra combien la section musicale de l'Institut a dû s'émouvoir de l'invasion projetée des fanfares dans toutes les légions de la garde nationale de Paris.

    M. Auber a protesté par écrit, et MM.Halévy, Adam, Carafa, Thomas, etc., se sont bienvite rendus à l'appel du général Lowoestine et du colonel d'état-major Vieyra, pour juger en dernier ressort les champions entrant en lice. C'est le moment de le dire à la confusion des fanfares, non-seulement elles n'avaient pas le bon droit pour elles, sous beaucoup de rapports trop longs à énumérer ici, mais elles ont été complètement distancées par la musique militaire de M. Verroust, qui a été reçue aux acclamations générales.

    En définitive M. Verroust et son auxiliaire, M. Forestier, ont remporté une victoire décisive, incontestable. On doit de sincères félicitations à M. Verroust pour la chaleur et le talent qu'il a su déployer encette circonstance dans l'intérêt de tous. Il est d'autant plus méritant que personnellement il était hors de cause, sa position de capitaine lui ayant été maintenue dans les fanfares. Cela mérite mention.

En 1853, il est nommé premier hautbois à l'Opéra de Paris, et professeur au Conservatoire en remplacement de Gustave Vogt qui part à la retraite.

En mai 1854, il est mis à pied quelques mois en raison de sa dépendance à l'alcool.

En 1863, il est remplacé par Charles Triébert (1816-1878) au Conservatoire impérial.

Il donne de nombreux concerts où il est très prisé (souvent avec son frère au basson), compose, d'après le numérotage, près de 90 œuvres, dont beaucoup sont perdues.

Bibliographie

  • Macke, Jean-Sébastien (1977-....), 200 ans d'Union musicale à Hazebrouck (préface par Jacques Messiant). Union musicale d'Hazebrouck, Hazebrouck 2009 [132 p.]
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur Bodin, 5 janvier 1847. Manuscrit La Verroust Stanislas 10 ( Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur xxx, 25 avril 1854. Manuscrit La Verroust Stanislas 13 ( Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur Denys, 10 avril (1858?). Manuscrit La Verroust Stanislas 17 ( Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur Denys, Lundi 22 septembre. Manuscrit La Verroust Stanislas 9 ( Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur Denys, Lundi.   Manuscrit La Verroust Stanislas 20 ( Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Madame de Queux de Saint Hilaire, 16 novembre 1851. Manuscrit La Verroust Stanislas 2 ( Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur et Madame de Queux de St Hilaire, 1er janvier 1841. Manuscrit La Verroust Stanislas 1 (Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur de Beauchène, (sans date). Manuscrit La Verroust Stanislas 6 (Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur Denys, Samedi. Manuscrit La Verroust Stanislas 8 ( Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur de Beauchène, Samedi. Manuscrit La Verroust Stanislas 4 (Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur de Beauchène, Mercredi. Manuscrit La Verroust Stanislas 5 (Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).
  • Lettre de Stanislas Verroust à Monsieur Denys (sans date). Manuscrit La Verroust Stanislas 22 ( Vm BOB 23686), Bibliothèque nationale de France, département de la musique).

Catalogue partiel des œuvres

  • sans n° d'opus (s.d.), Méthode pour le hautbois précédée des principes de musique. Costallat et Cie, Paris 18..
  • sans n° d'opus (1847), Mosaïque théâtrale : 20 fantaisies brillantes sur des motifs de Verdi, Bellini, Balfe, Proch, etc., pour hautbois seul.
  • sans n° d'opus (s.d.), Mélodies favorites tirées des opéras de Bellini, Donizetti et Mercadante.
  • sans n° d'opus (s.d.), Capriccio pour hautbois et piano
  • sans n° d'opus (s.d.), Souvenir du vieux Québéc  :  Andante, Rondo et Finale pour hautbois et piano
  • sans n° d'opus (s.d.), 24 Valses favorites de Johann Strauss, pour 2 flûtes (3e livre : Gracieuses valses ; Valses favorites d'Alexandre ; Pfennig ; Le charme de la valse ; La belle Gabrielle ; Les hommages ; Le bon goût).
  • sans n° d'opus (s.d.), Fantaisie sur « Don Pasquale », pour hautbois et piano.
  • Opus 1 [sic], Fantaisie pour le cor anglais avec accompagnement de piano. (cotage 5589 R)
  • Opus 1, Premier air varié pour basson avec accompagnement de piano.
  • Opus 3, Introduction et polonaise brillante pour piano et violoncelle de Chopin, arrangées pour hautbois et piano.
  • Opus 12, Fantaisie, sur l'opéra « Le Planteur » de Monpou, pour le hautbois avec accompagnement de piano.
  • Opus 13, Fantaisie, sur des motifs de l'opera La testa di bronzo, de Mercadante, pour le hautbois, avec accompagnement de piano.
  • Opus 15, Caprice sur des motifs de François Schubert, dédié à Monsieur Clochar, membre du Conseil des bâtiments du domaine du Roi. (Richault, Paris; cotage 3915 R)
  • Opus 22, Variations sur un thème de Bellini, pour le basson avec accompagnement d'orchestre ou de piano.
  • Opus 23, Thème et variations, pour cor anglais.
  • Opus 24, Fantaisie sur des motifs de Burgmüller exécutés dans Giselle, pour flûte avec accompagnement de piano.
  • Opus 26, Variations sur un thème de J. N. Hummel, pour le hautbois avec accompagnement de piano. (cotage 4889 R)
  • Opus 40, Le Ranz des vaches, suivi d'un Air suisse favori varié, pour hautbois ou violon ou clarinette Si ou saxophone Siou Mi avec accompagnement de piano.
  • Opus 54 (1857) Fantaisie et variations sur «Il corsaro » de Verdi, pour hautbois et piano. [partie de piano ; partie de hautbois]
  • Opus 65, 24 Études mélodiques, pour le hautbois. (Costallat, Paris, cotage 13061 R)
  • Opus 66bis, Grande valse, pour hautbois et piano; dédiée à son élève et ami Véchot Delhoye. Richault, Paris, cotage 13160bis R)
  • Opus 72, Trio sur des motifs favoris, pour hautbois, basson et piano.
  • Opus 73, Premier solo de concert, pour hautbois et piano, dédia à Madame Deltéral. (Costallat, Paris, cotage 13231 R)
  • Opus 74, 2e solo de concert, pour hautbois et piano. (Costallat, Paris, cotage 13292 R)
  • Opus 76, 3e solo de concert, pour le hautbois avec accompagnement de piano, dédié à son élève Fernand Magnien (Costallat, Paris, cotage 13306 R)
  • Opus 77 (après 1850), 4e solo de concert, pour hautbois et piano, dédié au Général Mellinet. (costallat, Paris, cotage 13311 R)
  • Opus 78, 5e solo de concert, pour hautbois et piano, dédié à M. Victor Magnien, Directeur du Conservatoire de Lille. (Costallat, Paris, cotage 13337 R)
  • Opus 79, 6e solo de concert, pour le hautbois avec accompagnement de piano ou de quatuor, dédié à son élève Théophile Lalliet. (Costallat, Paris, cotage R 13338)
  • Opus 81, 7e solo de concert, pour hautbois et piano; dédié à Madame Émile de Taverne.
  • Opus 82 (1858), 8e solo, pour le hautbois, avec accompagnement de piano ou de quatuor, dédié à son ami Wdouard de Saint Mihiel. (Costallat, Paris, cotage 13239 R)
  • Opus 83, 9e solo de concert, pour le hautbois avec accompagnement de piano ou de quatour, dédia à son ami Victor Rémy-Paillot. (Costallat, Paris, cotage 13417 R)
  • Opus 84, 10e solo de concert, pour le hautbois avec accompagnement de piano ou de quatuor, dédié à son ami Charles Hutin. (cotage 13454)
  • Opus 85, 11e solo de concert, composé pour le hautbois avec accompagnement de piano ou quatuor. (cotage 13741 R)
  • Opus 86 (posthume), 12e solo de concert, pour hautbois avec accompagement. de piano ou de quatuor, dédié à sa Majesté Guillaume iii, roi des Pays-Bas. (Costallat, Paris, cotage 13698 R).

Discographie

Le hautbois au salon romantique. Laurent Hacquard (hautbois), Laure Cambau (piano), Isabelle Marie (harpe), Raymond Gratien (guitare). Enregistré en 2010 au Studio Sequenza, à Montreuil (93) par Thomas Vingtrinier. Hybrid'Music Label 2010 (H1819).
Stanislas Verroust (1814-1863), Fantaisie sur « Don Pasquale », de Donizetti ; Charles-Marie Widor (1844-1937), Pavane ; Napoléon Coste (1805-1883), Consolation et Rondeau montagnard ; Gabriel Verdalle (né en 1847), Méditation ; Mauro Giuliani (1781-1829), Andante de la Grande Sonate ; Stanislas Verroust (1814-1863), Capriccio ; Robert Schumann (1810-1856), Trois Romances ; Charles Oberthür (1819-1895), La Prière ; Johann-Wentzel Kalliwoda (1801-1866), Morceau de Salon.
Lire une présentation détaillée de ce disque

Jean-Marc Warszawski
8 septembre 2010

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie.org

Jeudi 15 Janvier, 2015 20:58