Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .  

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Theodorákis Míkis
1925-

Michail

Né le 29 juillet 1925, sur l'île de Chios.

Il est issu d'une famille aisée. Son père est haut fonctionnaire, il déplace souvent sa famille au gré de ses postes et de la vie politique. Théodorakis commence à composer à l'âge de 13 ans.

Après l'occupation de la Grèce par les troupes nazies, il est arrêté à Tripoli en 1942 par les italiens. Il est de nouveau arréte et torturé l'année suivante. Relâché, il rejoint la Résistance à Athènes, et adhère au Front national de libération. Il arrive à suivre les cours de  Philoktitis Economidis au Conservatoire.

Après la libération, il milite dans le mouvement émancipateur issu de la Résistance. Il est souvent arrêté et battu.

La 26 mars 1946, au cours d'une manifestation, il est si violemment battu par les forces de l'ordre, qu'il est considéré comme mort et transporté à la morgue. Il est déporté sur l'île d'Icare en 1947, et en 1948 il est transféré au camps de l'île de Macronissos, où les pires sévices sont infligés aux prisonniers politiques. Il est un des rares à survivre aux tortures, mais après sa libération, obtenue grâce aux interventions de son père et d'amis, il en garde les séquelles pendant une dizaine d'années.

Il obtient son diplôme d'harmonie, de contrepoint et de fugue au Conservatoire en 1950.

En 1953, il éppouse Myrto Altinoglou. Ils obtiennent, tous deux, en 1954, une bourse pour étudier à Paris. Au Conservatoire, il suit les cours de d'Eugène Bigot et d'Olivier Messiaen.

Sa suite no 1 pour piano et orchestre est gratifiée d'une médaille d'or au Festival de Moscou, en 1957. Ses musiques pour plusieurs ballets ont un grand écho, à Paris et Londres.

Dans les années 1960, alors qu'il est un jeune compositeur reconnu, il s'intéresse à la musique traditionnelle de la Grèce. Il compose Lipotaktes (Le Déserteur), sur un poème de son frère Yannis, et Epitaphios sur des poèmes de Yannis Ritsos.

Στο περιγιάλι το κρυφό (Sur la plage secrète), poème de Georges Séféris. Odéon d'Hérode Atticus d'Athènes, 6 octobre 2007.

Il a composé en tout, plus de mille mélodies sur des poètes grecs mais aussi sur des poèmes de Pablo Neruda et de Gardia Lorca.

Lorsque le député de gauche Grigoris Lambrakis est assassiné par deux activistes d'extême droite avec la complicité de la police, en mai 1963, Théodorakis prend la tête du mouvementt de la Jeunesse démocratique Lambrakis, qui devient un puissante organisation politique. Élu au parlement, avec les « Lambrakidès », il s'mploie à promouvoir la culture grecque, en insufflant la construction de nombreux centres culturels (plus de 200), et en composant de nombreuses œuvres sur des textes de poètes grecs.

Après le coup d'état des colonels, dirigé par le colonel Papadopoulos, Théodorakis entre à nouveau dans la clandestinité. Il est arrêté le 21 août 1967, puis placé en résidence surveillée, banni à Zatouna, village des Arcadies, déporté au camp de concentration d'Oropos, et exilé, à la suite d'un important mouvement international en sa faveur, où l'on trouve les noms de Dmitri Chostakovitch, Leonard Bernstein, Arthur Miller ou encore Harry Belafonte.

Il arrive à Paris le 13 avril 1970 (sa famille s'échappera clandestinment et le rejoindra peu après), et continue son combat politique à la tête du Front Patriotique, et par de nombreuses tournées de concerts.

Il entre triomphalement en Grèce en 1974, mais ses positions modérées lui valent les critiques de la gauche. Il revient à Paris en 1980, et se tourne de nouveau vers la composition d'œuvres symphoniques.

Extrait de Mauthausen, avec Maria Farantouri. Concert à Athène en octobre 1974, après le chute des colonels.

Il achève la composition du Canto General sur le poème de Pablo Neruda, qu'il a connu lors de son premier exil, compose la musique du film Zorba le Grec, et celle d'Axion Esti, qui lui valent la célébrité mondiale.

Il est de nouveau élu au parlement en 1981, milite pour un large front de la droite au parti communiste, pour s'opposer au gouvernement corrompu d'Andrea Papandreou. Après les élections de 1990, il est ministre d'État sans portefeuille du gouvernement Mitsotakis. Il quitte le gouvernement en 1992, il dirige pendant deux années les chœurs et les orchestres de la des radio et télévision nationales. Il reprend un rythme soutenu de compositions et de créations.

Yannis Kotsiras et Mikis Theodorakis, Της δικαιοσύνης ήλιε νοητέ (Le soleil de la justice)

Il a reçu, dans le monde entier une grande quantité d'honneurs et de Prix. Il est docteur honoris causa des universités de Montréal, de Salonique, de Crète, d'Istanbul. Il a été élevé au grade de Grand officier de l'ordre du mérite du Grand duché de Luxembourg en 2005. En France, au grade de commandeur dans l'ordre de la Légion d'honneur en 2007.

Catalogue des œuvres

Cycles de chansons

Epitaphios, Archipelagos, Politia, Epiphania, L'Otage, Mykres Kyklades, Mauthausen, Romiossini, Le Soleil et le Temps, Chansons pour Andreas, Mythologie, Nuit de Mort, Ta Lyrika, Les Quartiers du Monde, Dionysos, Phaedra, Mia Thalassa, Poetica (Lyricotera, Lyricotata), Erimia, Odysseia…

Écrits

Journal de Résistance. Flammarion, Paris 1971

Culture et dimensions politiques (préface par Roger Garaudy). Flammarion, Paris 1972

Les Fiancés de Pénélope. Entretiens avec Denis Bourgeois (préface par François Mitterrand). Grasset, Paris 1976

Les Chemins de l'Archange (traduction de Pierre Comberousse). Belfond, Paris 1989

Staline, Debussy et Dionysos : Les Chemins de l'Archange (2) (traduction de Pierre Comberousse). Belfond, Paris 1990

Dans les jardins paradisiaques de mon crâne (poèmes). Édition bilingue français-allemand (traduction française par Héraclès Galanakis et Guy Wagner ; traduction allemande par Ina & Asteris Koutoulas. Dessins de Theodorakis). . Éditions Phi, Luxembourg 2001

Bibliographie

 

Jean-Marc Warszawski
2002
Révision 9 novembre 2009
Remise en page, vérification des médias, 7 février 2019.

© Musicologie.org 2018.

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Jeudi 7 Février, 2019