À propos du site
Statistiques du site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Iconographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Logiciels
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Rechercher sur rEm

Exact

Résultats/page

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


S'abonner au bulletin (courriel vide)
Liens vers des dictionnaires et des collections de notices en ligne

| a | b | c | d | e | f | g | h |i | j | k | l | m |
| n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

  Strauss Richard
1864-1949

Né à  Munich le 11 juin 1864 — mort à Garmisch-Partenkirchen en Bavière le 8 août 1949.

Son père, Franz Strauss, premier corniste au théâtre de la Cour à Munich, enseigne à partir de 1871 à l'Académie de Musique et en 1873 est en poste comme musicien de la Chambre du roi de Bavière. Richard Strauss lui doit un contexte musical propice. Il reçoit ses premières leçons de piano en 1868 avec August Tombo. Avec son cousin Benno Walter, maître des concerts à la cour de Bavière, qu'il prend des cours de violon dès l'âge de six ans.

Il suit sa scolarité primaire de 1870 à 1874, et accompagne sa mère, Josephine Pschorr aux concerts et spectacles d'opéra. Il entre au Lycée Ludwig de Munich en 1874 et dès 1875, il suit des cours de composition et d'instrumentation avec Fr. W. Meyer, chef d'orchestre à la cour. Hermann Lévi, directeur l'Opéra de Munich, dirige en 1881 sa Symphonie en ré mineur. La même année il publie son premier opus, Festmarsch pour grand orchestre composée vers 1876.

Après l'obtention de son Baccalauréat (Abitur), il entre en 1882 à l'Université de Munich pour y suivre des études de philosophie, d'esthétique et d'histoire de l'art. La même année il assiste à une représentation de Parsifal à Bayreuth en compagnie de son père qui joue dans l'orchestre. Malgré l'aversion de ce dernier pour la musique de Wagner, Richard Strauss est attiré par cette musique.

En 1883, année anniversaire de la mort de Wagner, plusieurs de ses œuvres sont jouées, dont la Sonate pour violoncelle à Dresde et Berlin. En 1884, il dirige sa Suite pour vents à Munich et la Symphonie en fa mineur est donnée à New York.

Il rencontre le chef d'orchestre Hans von Bülow en 1884, qui fera beaucoup pour propager ses œuvres en public. Il dirige cette année-là sa Sérénade pour instruments à vent (opus 7) et l'invite l'année suivante à Meiningen au titre de second chef d'orchestre. À Meiningen, il fait la connaissance de Brahms et d'Alexandre Ritter, premier violon de l'orchestre qui lui ouvre les univers de Liszt et de Wagner.

Après le départ de Hans von Bülow de Meiningen, Richard Strauss est à partir du 1er novembre 1885, directeur de la musique de la cour. Sa sonate pour piano opus 13 reçoit un prix. Il abandonne ce poste en 1886.

Il effectue son premier voyage en Italie en 1886, obtient le poste de troisième chef d'orchestre à l'Opéra de Munich, fait un second voyage en Italie en 1887. Il compose ses premiers poèmes symphoniques : Aus Italien (opus 16) et Don Juan (opus 20) et rencontre la cantatrice Pauline de Ahna qu'il épousera.

Il est quelques temps assistant à l'Opéra de Bayreuth, puis il est nommé en automne 1889, sur l'intercession de Hans von Bülow, second chef d'orchestre au théâtre de la cour. Il est de nouveau à Bayreuth comme chef de chant.

Suite à la maladie,  il part en Grèce en 1892 pur se reposer, puis en 1893 voyage en Sicile et en Égypte. Il compose Guntram, son premier opéra qui est créé à Weimar en 1894, il se marie avec Pauline de Ahna le 10 septembre de la même année.

Pauline de Ahna (1863-1850)
Pauline de Ahna (1863-1850)

La même année il est nommé second chef d'orchestre à l'Opéra de Munich, puis en 1896 il succède à Lévi comme premier chef. Parallèlement, il succède à son protecteur Hans von Bülow à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Berlin. Il fait de nombreuses tournées en Europe, et met régulièrement ses œuvres au programme. Son fils Franz naît en 1897.

En 1898, il succède à Felix von Weingartner à la direction de l'Opéra de Berlin. En 1900, à Paris, il rencontre Hugo von Hofmannsthal qui sera le librettiste des plus grandes œuvres : Elektra, Le Chevalier à la Rose, Ariane à Naxos, La Femme sans ombre, Hélène d'Égypte, Arabella.

hrista Ludwig dans le rôle de  Klytämnestra
Christa Ludwig dans le rôle de  Klytämnestra
Dans
Elektra en 1992

En 1901, Feuersnot est crée à Dresde par Ernst von Schuch, repris à Vienne en 1902 par Gustav Mahler ; Guntram à Weimar. En 1903, il est Docteur Honoris Causa de l'Université d'Heidelberg.

Il effectue, en 1904,  une tournée de 35 concerts aux États-Unis d'Amérique avec son orchestre de Berlin, au cours de laquelle il donne la Symphonia Domestica (opus 53), qui clôt pratiquement le cycle de ses poèmes symphoniques, si on excepte l' Alpensymphonie de 1914. Il ne se consacre plus qu'aux opéras, et à des soirées de Lieder qu'il compose pour sa femme.

Première affiche de « Salomée » de Richard Strauss

En 1905, il crée Salomé sur un texte d'Oscar Wilde à Dresde en 1905 et publie dans sa propre révision et en allemand, le Grand Traité d'instrumentation de Berlioz.

En 1907 il s'installe à Vienne, où il dirige des concerts populaires.

Arabella. Lucia Popp dans le rôle titre et Bernd Weikl dans celui de Mandryka
Arabella. Lucia Popp dans le rôle titre et
Bernd Weikl dans celui de Mandryka.
Deutsche Oper 1989

Il accumule les fonction. En 1908, il est nommé à la tête de la chapelle de la cour de Berlin.

De 1917 à 1920 il donne des cours de composition à l'Académie des arts, continue les tournée avec l'orchestre philharmonique de Berlin et crée une association de musiciens pour la protection de leurs droits d'auteur.

Richard Strauss en 1917 à La Haye avec Marie-Gutheil Schoder et le ténor Leo Slezac
En 1917 à La Haye avec Marie-Gutheil Schoder et le ténor Leo Slezac,
célèbre pous sa voix et son humour.

En 1917, il contribue avec Hofmannsthal, à la création du festival de Salzbourg. Il prend en 1919, la co-direction de l'Opéra de Vienne aux côtés de Franz Schalk.

Richard Strauss et Franz Schalk
Richard Strauss et Franz Schalk

Il abandonne toutes ses fonctions en 1924 pour se consacrer à la composition. Hofmannsthal meurt en 1929, laissant Strauss assez désemparé. Il fait alors appel à Stefan Sweig qui signe ne 1931 le livret de La Femme silencieuse.

Lorsque les nazis s'emparent du pouvoir en Allemagne, il accepte de diriger « La Chambre de musique du Reich », mais il ne partage pas l'idéologie raciste du régime.

Il remplace en 1933 Toscanini qui refuse de diriger à Bayreuth sous le régime nazi, comme il avait refusé de le faire sous le fascisme italien.

Il exige, en menaçant de scandale, que le nom de Stefan Zweig, qui est de confession juive,  reste sur l'affiche de La Femme silencieuse. Goebbels obtient alors sa démission. « Premier musicien du pays » selon ses termes, il se compromet avec le régime, participant à des manifestation officielles, et enrichissant de sa renommée les images de propagande chères au régime.

Il compose l'Hymne Olympique pour les jeux de 1936. En 1940 il est au Japon pour fêter les 2600 ans de l'Empire.

Toutefois son attitude distante le rend suspect aux autorités, d'autant que sa belle fille est originaire d'un milieu juif.

Après avoir été inquiété par les premiers procès de dénazification, en 1945, il se retire avec sa femme en Suisse. En 1949 il revient habiter sa villa de Garmisch.

La maison de Richard Strauss à Garmisch
La maison de Strauss à Garmisch

Catalogue des œuvres

  • 1876 (1), Festmarsch pour orchestre en mi bémol majeur, dédicacée à son oncle Georg Pschorr.
  • 1880 (o. 69), Symphonie  en ré mineur
  • 1880-1881 (5), Sonate pour Pianoforte, en si mineur
  • 1881 (2), Quartett en  la majeur pour 2 violons, alto et violoncelle.
  • 1881 (3) Cinq pianostücke (Cinq pièces pour piano) : si majeur, mi bémol mineur, sol mineur, la bémol majeur, ré bémol majeur.
  • 1881 (8), Concerto en ré mineur pour violon et orchestre
  • 1881 (o.74), Chœur de Sophocle, extrait d'Elektra
  • 1881(7), Serenade en mi bémol majeur, pour instruments à vent, dédicacée à F. W. Meyer
  • 1882 (6), Sonate pour violoncelle et piano, en fa majeur, dédicacée à Hans Wihan
  • 1882 (9) Quatre Stimmungsbilder (quatre évocations) pour piano
  • 1882-1883 (10) Huit Gedichte (Huit poèmes) des « Letzte Blätter » de H. v. Gilm
  • 1882-1883 (11), Concerto pour cor de chasse [en fa] avec accompagnement d'orchestre ou de piano
  • 1883-1884 (12),  Symphonie  pour grand orchestre, en fa mineur.
  • 1884 (13) Quartette pour Pianoforte, violon, alto et violoncelle, en do mineur; dédicacé à Georg II, duc de Sachsen-Meiningen
  • 1884 (14), Wandrers Sturmlied, d'après Goethe, pour chœur à six voix (2 sopranos, alto, ténor, 2 basses) et grand orchestre, dédicacé à Franz Wüllner
  • 1884 (4), Suite en si majeur pour 13 instruments à vent.
  • 1885 (15), Cinq Lieder (Michelangelo, Schack)
  • 1885 (o. 85), Burleske pour piano en ré mineur avec orchestre, dédicacé à Eugen d'Albert
  • 1885-1886 (17), Six Lieder sur des poèmes de A. F. v. Schack
  • 1886 (16) Aus Italien, Fantaisie symphonique pour grand orchestre, dédicacée à Hans von Bülow
  • 1886-1887 (22), Mädchenblumen,  quatre textes de chansons de F. Dahn. München 1886-1887.
  • 1886-1887 (23), Macbeth, poème musical pour grand orchestre, dédicacé à Alexander Ritter [révisé en 1890]
  • 1887 (18) Sonate pour violon et piano, en mi bémol majeur
  • 1887 (19), Six Lieder, d'après « Lotosblätter » de A. F. v. Schack. München 1887.
  • 1887-1888 (20),  Don Juan, poème musical pour grand orchestre, dédicacé à Ludwig Thuille
  • 1887-1888 (21), Schlichte Weisen, Cinq poème de  F. Dahn, dédicacé à sa sœur [Johanna], München 1887-1888.
  • 1889 (24), Tod et Verklärung, poème musical pour grand orchestre, dédicacé à Friedrich Rösch
  • 1890-1897 (32), Cinq Lieder [K. Henckell, Liliencron, « Des Knaben Wunderhorn ».]. Dédicacés à son épouse Meiner
  • 1892-1894 (25), Guntram, en trois scènes, dédicacé à ses parents
  • 1893 (26), Deux Lieder d'après N. von Lenau
  • 1894 [10 septembre] (27), Quatre Lieder, dédicacés à Pauline
  • 1894-1895 (28), Till Eulenspiegels lustige Streiche, d'après une ancienne farce, en forme de rondo, pour grand orchestre, dédicacé à Arthur Seidl gewidmet
  • 1894-1895 (29), Trois Lieder d'après des poèmes de 0. J. Bierbaum. München 1894-1895.
  • 1896 (30), Also sprach Zarathustra, poème musical d'après Friedrich Nietzsche, pour grand orchestre
  • 1896-1897 (31), Quatre Lieder de Carl Busse et Richard Dehmel
  • 1897 (33), Quatre chants pour une voix avec accompagnement d'orchestre [Mackay, Bodmann, Schiller, Goethe]
  • 1897 (34), Deux chants pour chœur mixte à seize voix a cappella [1. Der Abend d'après Schiller — 2 Hymne d'après Rückert
  • 1897 (35), Don Quixote [Introduzione, Tema con variazioni e Finale]. Variation fantasique sur un thème au caractère de cavalerie pour grand orchestre
  • 1897 (38), Tennysons Enoch Arden «. Un méloframe pour pianoforte d'après une traduction d'Adolf Strodtmann. Dédicacé à Ernst von Possart
  • 1898 (36), Quatre Lieder. [Wunderhorn, Rückert, Klopstock]
  • 1898 (39), Cinq Lieder pour voix aigüe [Dehmel, Bierbaum.]
  • 1898 (40), Ein Heldenleben, poème musical pour grand orchestre. Dédicacé à Wilhelm Mengelberg et à l'oechestre du Concertgebouw d'Amsterdam
  • 1898 [6 avril]  (37) Six Lieder [Liliencron, Falke, Dehmel, Bodmann, A. Lindner], dédicacé à son épouse
  • 1899 (41), Cinq Lieder [D ehmel, Mackay,Liliencron, Morgenstern.]
  • 1899 (42), Deux pièces pour chœur d'hommes : 1. Liebe — 2. Altdeutsches Schlachtlied d'arpès « Stimmen der Völker » de Herder
  • 1899 (43), Trois chants d'anciens poètes allemands [Klopstock, Bürger, Uhland]
  • 1899 (44), Deux chants pour une voix de basse avec accompagnement d'orchestre : 1. Notturno d'après Richard Dehmel, dédicacé à Anton van Roy — 2. Nächtlicher Gang d'après Friedrich Rückert, dédicacé à Karl Scheidemantel
  • 1899 (45), Trois pièces pour chœur d'hommes : 1. Schlachtgesang — 2. Lied der Freundschaft — 3. Der Brauttanz, d'après « Stimmen der Völker » de Herder
  • 1899 (92), Das Schloß am Meer, mélodrame pour piano, sur un poème de Ludwig Uhland, édité en 1911
  • 1899-1900 (20), Feuersnot, Romance sur un poème de Ernst von Wolzogen. Dédicacé ç son ami Friedrich Rösch
  • 1900 (46), Cinq poèmes de Friedrich Rückert
  • 1900 (47), Cinq Lieder d'après des poèmes de Ludwig Uhland
  • 1900 (48), Cinq Lieder d'après des poèmes de K. Henckell et J. Bierbaum
  • 1900 (51), Deux chants pour une voix de basse accompagnement d'orchestre [1. Das Tal de Uhland ; 2. Der Einsame de Heine]
  • 1901 (49), Huit Lieder [Dehmel, Henckell, Panizza u. a.] 1901.
  • 1903 (52), Taillefer, Ballade sur un poème de Uhland, pour chœur mixte, soli et orchestre. Dédicacé à la faculté de philosophie de l'Université d'Heidelberg gewidmet
  • 1903 (53), Sinfonia domestica, pour grand orchestre. Dédicacé à son épous eet à son fils.
  • 1903-1905 (54), Salomé, Drame en un tableau d'après le poème d'Oscar Wildes, livret originla en français de Romain Rolland et Richard Strauss, traduit en allemand par Hedwig Lachmann. Dédicacé à son ami Sir Edgar Speyer. Créée le 9 décembre 1905 au Staatsoper de Dresden.
  • 1905 (55), Bardengesang (chants de bardes), pour trois chœurs d'homme et orchestre
  • 1905 (56), Six Lieder [Goethe, Henckell, K. F. Meyer, Heine.]
  • 1905 (57), Deux Marches militaires pour grand orchestre (1. Marche militaire en en mi bémol ; 2. Marche guerrière en do mineur)
  • 1906-1908 (58), Elektra, Tragédie en un tableau sur un livret de Hugo von Hofmannsthal d'apès une de ses pièves de théâtre. Dédicée à ses amis Natalie et Willy Levin, créée le 25 janvier 1909 au Staatsoper de Dresden.
  • 1909-1910 (59), Der Rosenkavalier (le Chevalier à la rose), . Komödie pour Musik en Trois Aufzügen von Hugo von Hofmannsthal d'après une chronique viennoise du XVIIIe siècle. Dédicadé à sa famille, les les Pschorr, créé le 26 janvier au Staatsoper de Dresden.
  • 1912 (o. 60 (IIIa), Suite d'orchestre extraite de « Bürger als Edelmann »
  • 1912 et 1915 (60), Ariadne auf Naxos (Ariane à Naxos), opéra en un tableau de Hugo von Hofmannsthal, d'après une interprétation libre du Bourgeis Gentilhomme de Molière, première version créée le 25 octobre 1912 au Théâtre royal de Stuttgart, la seconde au Hofoper de Vienne le 4 octobre 1916.
  • 1913 (62), Motets allemands pour quatre solistes et 16 voix mixtes a cappella, d'après Friedrich Rückert. Dédicacés au professor Hugo Rüdel et au chœur du théâtre de la cour à Berlin.
  • 1913 (63), Josephslegende, sur un poème de Harry Keßler et Hugo von Hofmannsthal
  • 1913 [19 octobre] (61) Prélude de fête (Festliches Präludium), pour grand orchestre et orgue, à l'occasionde l. Zur Einweihung des Wiener Konzerthauses [19. Oktober 1913].
  • 1914-1917 (65), Die Frau ohne Schatten (La Femme sans ombre), opéra en trois actes sur un livret de Hugo von Hofmannsthal (insprirée des « Mille et une nuits »), créée le 10 octobre 1919 à l'Opéra narional de Vienne
  • 1915 (64), Eine Alpen Symphonie, pour grand orchestre. Dédicacée à Nicolaus Seebach et à la chapelle royale de Dredeb en remerciements.
  • 1917-1918, Musique de scène pour le « Bourgeois gentilhomme de molière » (Der Bürger als Edelmann), nouvelle version.
  • 1919 (67), Sex Lieder, aus den Büchern des Unmutes des Rendsch Nameh (Livre des malheur de Rendsch Nameh)
  • 1919 (68) Six Lieder d'après Brentano
  • 1919 (69), Cinq petits Lieder [Arnim, Heine]
  • 1920 (71), Trois hymne de Friedriche Hölderlin pour voix haute et grand orchestre (1. Hymne an die Liebe ; 2. Rückkehr en die Heimat ; 3. Die Liebe), dédicacés à Mrs. Minnie Untermayr
  • 1921 (66), Krämerspiegel, Douze romancessue des poèmes d'Alfred Kerr (imprimé en 120 exemplaires de luxe, avec des dessins de M. Fingesten et signés par le compositeur), Éditions Paul Cassirer, Berlin 1921.
  • 1921 (70), Schlagobers, Ballet « viennois s en deux tableaux
  • 1922-1923 (72), Intermezzo, Comédie avec intermèdes symphoniques eb deux tableux; Dédicacé à son fils Franz
  • 1924 (Trenner 249), Die Ruinen von Athen, ein Festspiel mit Tänzen und Chören nach Die Geschöpfe des Prometheus von Ludwig van Beethoven
  • 1925 (73), Parergon zu Sinfonia domestica, pour piano main gauche, et orchestre, pour le pianiste manchot Paul Wittgenstein (inédit)
  • 1927 (74), Panathenäen-Zug, étude symphonique en forme de passacaille pour piano maisn gauche et orchestresinfonische Etüden en Form einer Passacaglia pour piano
  • 1927,  (76), Die Tageszeiten, de J. von Eichendorff ( Der Morgen ; Mittagsruh ; Der Abend ; Die Nacht ). Cycle lyrique pour chœur d'hommes et orchestre
  • 1928, (77), Gesang des Orients et Aus dem Chinesischen, de Hans Bethge ( Ihre Augen ; Schwung ; Liebesgeschenk ; Die Allmächtige ; Huldigung)
  • 1929, (78), Austria, Lieder autrichiens de Anton Wildgans pour grand orchestre avec chœur d'hommes
  • 1933,  (75) Die ägyptische Helena, (Hélène l'Égyptienne), opéra en deux tableaux sur un livret de Hugo von Hofmannsthal.
  • 1933, (79), Arabella, Comédie lyrique en trois actes sur un livret de Hugo von Hofmannsthal d'après une de ses nouvelles, créée le 1er juillet 1933 au Théâtre nationale de Dresden.
  • 1935 (80) Die schweigsame Frau (La Femme silencieuse), opéra comique en trois tableaux, sur un livret de Stefan Zweig d'après Ben Jonson, créée le 24 juin 1935 au théâtre national de Dresden
  • 1938, (81), Friedenstag, opéra en un acte sur un livret de Joseph Gregor.
  • 1938, (82), Daphne, ytagédie bucolique en un tableau sur un livret Joseph Gregor.
  • 1940 (84), Japanische Festmusik, pour grand orchestre, à l'occasion du 2600e anniversaire de l'empire japonais
  • 1940, (83), Die Liebe der Danae, (l'amour de Danaé), mythologie en trois actes sur un livret de Joseph Gregor. Dédicacé à son ami le conseiller d'état Heinz Tietjen, créé en 1952
  • 1940-1941 (86) Divertimento,pour petit orchestre d'après une pièce pour clavier de François Couperin
  • 1941 (85) Capriccio : « Ein Konversationsstück für Musik » en un tableau, sur un livret de Clemens Krauß.

Richard Strauss à sa table de travail

Discographie

01 / 145

Deutsche Grammophon, 449 584 (3 volumes) [Polydor, 1964]

 Richard Strauss
Die Frau ohne Schatten
La femme sans ombre

Opéra en trois actes sur un livret de Hugo von Hofmannsthal

Inge Borkh - Ingrid Bjoner - Martha Mödl - Jess Thomas - Dietrich Fischer-Dieskau

Bayerisches Staatsorchester
Joseph Keilberth, dir.

02 / 145

Philips 422 084 (3 volumes)

Richard trauss
Ariadne auf Naxos
Opéra en 1 actes et prologue sur un livret de Hugo von Hofmannsthal

Jessye Norman - Julia Varady - Edita Gruberova - Paul Frey - Dietrich Fischer-Dieskau - Rudolf Asmus - Wolfgang Millgramm - Martin Finke - Egber Junghanns - Rolf Wollrad - Olaf Bär - Gerd Wolf - Eva Lind - Marianne Rorholm - Julie Kaufmann.

Gewandhausorchester Leipzig
Kurt Masur, dir.

Enregistré en janvier 1988 à Leipzig

05 / 145
 
Deutsche Grammophon 471 323

Richard trauss
Ariadne auf Naxos
Opéra en 1 actes et prologue sur un livret de Hugo von Hofmannsthal

Ariadne, Deborah Voigt — Le Compositeur, Anne Sofie Von Otter — Zerbinetta, Natalie Dessay — Bacchus, Ben Heppner — Un professeur de musique, Albert Dohmen — Le Majordome, Romuald Pekny — Un officier, Klaus Florian Vogt — Un maître de dance, Michael Howard — Le perruquier, Matthias Henneberg — Un laquais, Jorgen Commichau — Harlekin, Stephan Genz — Scaramouche, Ian Thompson — Truffaldino, Sami Luttinen — Brighella, Christoph Genz — La Naïade, Christiane Hossfeld — Dryade, Angela Liebold — Echo,  Eva Kirchner

Staatskapelle Dresden
Giuseppe Sinopoli, dir.

Enregistré à l'église Saint-Luc (Lukaskirche) de Dresde et septembre de décembre 2000.

03 / 145

Telarc 2001

 Strauss
Die Liebe der Danae
D'aorès un scenario de Hugo von Hofmannsthal

Lauren Flanigan - Peter Colemen-Wright - Hugh Smith - William Lewis - Lisa Saffer - Michael Hendrick - Tamara Mesic - Jane Jennings - Mary Philipps - Elisabeth Canis - Rodne Brown - James Archie Worley - William Berges - Richard Crist

American Symphonie Orchestra
Leon Botstein, dir.

 

04 / 145

Deutsche Grammophon 453 429

 Straus
Elektra
Tragédie en un acte sur un livret de Hugo von Hofmannsthal - Créée le 25 janvier 1909 à Dresde

Klytämnestra, Hanna Schwarz — Elektra, Alessandra Marc — Chrysothemis, Deborah Voigt — Aegisth, Siegfried Jerusalem — Orest, Samuel Ramey — Le précepteur d'Orest, Goran Simic — La confidante,  Christiane Hossfeld — La porteuse de traîne, Karin Wieser — Un jeune serviteur, Michael Howard — Un vieux serviteur, Walter Zeh — Le surveillante, Helga Termer — Cinq servantes, Annette Jahns ; Gabriele Sima ; Elisabeth Wilke ; Anne Schwanewilms ; Katerina Beranova — Servantes, Maria Bierbaumer, Renate Gutsch, Gertrude Lemberg, Elisabeth Kudrna-Schrei, Ingrid Sieghart, Karin Wieser, Hyon-Sook Back, Johanna Graupe, Marina Parzer

Konzertvereinigung Wiener Staastsopernchor
Wiener Philharmoniker
Giuseppe Sinopoli, dir.

Enregitré en public à Vienne en septembre 1995

06 / 145

EMI 1957 / 1987 CDC 7 49355-57 (3 volumes)

 Richard Strauss
Der Rosenkavalier
Le Cavalier à la rose
Opéra en trois actes sur un livret de Hugo von Hofmannsthal

Elisabeth Schwarzkopf (Soprano) — Christa Ludwig (Mezzo Soprano) — Nicolai Gedda (Tenor) — Eberhard Wachter (Baritone) — Otto Edelmann (Bass) — Teresa Stich-Randall (Soprano) — Ljuba Welitsch (Soprano) — Paul Kuen (Tenor) — Kerstin Meyer (Alto) — Franz Bierbach (Bass) — Erich Majkut (Tenor) — Gerhard Unger (Tenor) — Harald Proglhof (Baritone) — Karl Friedrich (Tenor) — Anny Felbermayer (Soprano)

Choeur d'enfants : Loughton High School for Girls & Bancroft's School
Philharmonia orchestra & Chorus
Herbert Karajan, dir.

Enregistré en décembre 1956 au Kingsway Hall de Londres.
 

Liens

Richard Strauss online, le site le plus complet :
http://www.richardstrauss.org/  

Médiathèqie de l'IRCAM, par Marc Texier, http://mac-texier.ircam.fr/textes/c00000097/

Une biographie et la liste des opéras, http://perso.club-internet.fr/t1thantr/Opera/RStrauss.html

Une biographie en français, http://andros.multimania.com/b/rstra.htm

Richard Strauss Institut http://www.richard-strauss-institut.de/ Bien entenu en allemand (Garmisch-Partenkirchen)

The Richard Strauss Page, des liens en pagaille vers des sites anglophones, mis à jour le 21 novembre 2000; http://people.unt.edu/~dmeek/rstrauss.html  [12.07.01]

Les pages de Classical Music Online, http://w3.rz-berlin.mpg.de/cmp/strauss_r.html

Discographie des opéras à l'Université de  Stanford, http://opera.stanford.edu/opera/Strauss/

Sur Classical Net, http://www.classical.net/music/comp.lst/straussr.html

Références / musicologie.org 2005