Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Smetana Bedřich
1824-1884

smetana

Né à Litomyšl, 2 mars 1824, mort à Prague, 12 mai 1884.

Son père, František Smetana (1777-1857) , est un brasseur prospère qui joue en amateur dans un quatuor à cordes. Sa mère est Barbora Lynková (1792-1864).

František initie son fils, dès l'âge quatre ans, à la musique, puis le confie aux soins d'un marchand, Jan Chmelík (1777-1849) qui organise des événements musicaux pour le comte de Waldstein, propriétaire de la brasserie louée par František Smetana.

František SmetanaFrantišek Smetana (1777-1857)

Barbora Lynková (1792-1864)

Bedřich Smetana étudie tout d'abord le violon, mais sa préférence va au piano. Il peut se produire dès l'âge de six ans, dans un concert d'élèves, avec un arrangement de l'ouverture de La muette di Portici d'Auber.

Son père a d'autres projets que la musique pour son fils. Après l'école primaire, il continue sa scolarité dans différents lycées, au gré des déménagements de la famille, en suivant également des cours de piano : Jindřichův Hradec (Neuhaus) en 1834-1835, Jihlava (Iglau) en 1835-1836, Havlíčkův Brod (Deutschbrod) en 1836–1839, enfin à Prague en 1839–1840. Là il se montre plus attiré par la vie culturelle et finit par abandonner ses médiocres études.

Avec ses camarades d'étude, il joue dans un quartette pour lequel il arrange les pièces jouées par les harmonies militaires, entendues au cours de leurs promenades. Il en fera la liste dans son journal en 1841, seule subsiste sa Luisen-Polka pour piano.

Après la rupture avec son père, son cousin Josef František Smetana, professeur au lycée de Plzeň (Pilsen), lui évite un emploi de commis. Sous sa conduite, Smetana complète  ses études. En octobre 1843, avec l'assentiment de son père, il retourne à Prague et décide de se consacrer à la musique. On peut lire dans son journal, à la date du 23 janvier 1843 : « Avec l'aide de Dieu,  un jour je serai Liszt pour la technique et Mozart pour la composition ». Au cours de son séjour à Plzeň, il a fait la rencontre de Kateřina Kolářová (1827-1859) qui étudie le piano avec Joseph Proksch.

Kateřina Kolářová (1827-1859)Kateřina Kolářová (1827-1859)

Suite à un revers de fortune, son père ne peut guère lui venir en aide, mais au début de l'année 1844, sur la recommandation de Johann Friedrich Kittl, le directeur du conservatoire de Prague, il obtient une place de professeur de musique au sein de la famille du comte Leopold Thun. Par ailleurs, Anna Kolářová, la mère de Kateřina, le présente à Joseph Proksch, qui dirige l'école de musique la plus importante de Prague. Il prend Smetana comme élève particulier.

En 1847, il présente sa sonate pour piano en sol mineur à Clara et Robert Schumann de passage à Prague, qui jugent l'œuvre trop imitée de Berlioz. La même année, désirant faire une carrière internationale de virtuose et de chef d'orchestre, voire de professeur et de chef de chœur, il quitte le service des Thun. Il fait une tournée en Bohême avec un répertoire d'œuvres de Beethoven, Mendelssohn, Chopin, Liszt, mélangées à propres compositions, qui se solde par un échec.

Le 28 janvier 1848, il fait une demande auprès du gouvernement provincial afin d'obtenir l'autorisation d'ouvrir une école de musique. Par une lettre du 23 mars, il  se tourne également vers Liszt, connu pour aider les jeunes musiciens, afin d'obtenir son soutien et une aide financière (de 400 guldens). Liszt accepte d'être le dédicataire des Six morceaux caractéristiques, recommande l'œuvre à l'éditeur Kistner qui publie l'œuvre en 1851, mais il n'octroie pas l'aide financière.

Au cours des événements révolutionnaires de mars-juin 1848, il prend fait et cause pour les émeutiers et compose un chant choral révolutionnaire et deux marches, puis sa première grande œuvre orchestrale la Jubel-Ouvertüre (1848/1849).

 Il ouvre son école le 8 août 1848. Il complète les revenus de son institution qui n'est pas très prospère par des leçons privées dans les milieux aristocratiques, et en jouant notamment à la cour de l'empereur Ferdinand Ier d'Autriche, qui a abdiqué le 2 décembre 1848.

Le 27 août 1849, il épouse  Kateřina Kolářová.

Leur première fille, Bedřiška, naît le 7 janvier 1851, la seconde, Gabriela, en février 1852 et décède des suites de la tuberculose en juillet 1854. Žofie naît en 1853.

Dans les années qui suivent son institution, qui organise des concerts, et lui-même gagnent quelque notoriété. Le 26 février 1855, il organise son premier concert privé au cours duquel il dirige avec succès sa symphonie « Triomphe ».

Après la mort de sa fille Bedřiška des suites de la scarlatine, en 1855, il compose son tragique trio avec piano en sol mineur.

Trio avec piano en sol mineur, Svyatoslav Knushevitsky, Lev Oborin ,David Oistrakh

Sa quatrième fille, Katerina naît en 1855 et décède quelques mois plus tard en 1856.

Se sentant peu reconnu à Prague, il accepte l'invitation du pianiste Alexander Dreyschock. En octobre 1856, il gagne Göteborg en Suède où il dirige les concerts de l'association musicale (Harmoniska Sällskapet). Il donne également des leçons privées, ouvre une école de musique, puis une école de chant pour les femmes. Ce qui s'avère financièrement plus rentable qu'à Prague.

Smetana juge que Göteborg est musicalement passéiste et peu éduquée (lettre à Liszt du 10 avril 1857), mais considère cela comme une opportunité. C'est pour le compositeur, dont les activités sont appréciées, une période faste.

Son père décède le 20 juin 1857.

Son épouse Kateřina Kolářová décède à Dresden le 20 avril 1859. À cette époque il participait à la rencontre de l'Allgemeiner Deutscher Musikverein et était l'invité de Liszt à Weimar.

Au cours d'un séjour d'été en Bohême, il épouse le 10 juillet, 1860 Bettina Ferdinandiová (1840-1908), avec laquelle il retourne pour une année en Suède. Leur fille Zdeňka naît en septembre 1861 (elle vivra jusqu'en 1936).

Bettina FerdinandiováBettina Ferdinandiová.

Bedřich Smetana et Bettina Ferdinandiová. Bedřich Smetana et Bettina Ferdinandiová.

La défaite de l'Autriche dans la guerre de Sardaigne met fin à l'absolutisme de l'Empire. Pensant que de nouvelles perspectives étaient ouvertes, Smetana regagne Prague en mai 1861. À l'automne, il fait une tournée de concerts en Allemagne et aux Pays-Bas, il fait un dernier séjour à Göteborg au printemps 1862.

À Prague, son espoir d'être engagé comme maître de chapelle au théâtre ne se concrétise pas, mais il déploie par ailleurs une grande activité.

La seconde fille du couple Smetana, Bożena, naît en 1863 (elle vivra jusqu'en 1941)

Le 1er octobre 1862, il ouvre avec Ferdinand Heller une nouvelle école de musique.

Ferdinand HellerFerdinand Heller (1824-1912)

En 1863, il est représentant de la section musicale de la nouvelle association artistique (Umelecká beseda), il est chef de chœur de l'association chorale Hlahol, co-fondée avec Heller (1863-1865), pour laquelle il compose ses œuvres pour chœurs masculins, il est correspondant du journal « Národní listy » de 1864 à 1865, se produit dans des concerts comme pianiste et chef d'orchestre.

Le périodique musical « Dalibor » publie sa biographie en 1863.

Ses premiers opéras, fruit de ses réflexions sur la culture populaires Branibori v Cechách et Prodaná nevěsta, créés en 1866 sont des succès qui changent le cours de sa carrière.

Sa mère meure le 20 novembre 1863.

Il est nommé le 15 septembre 1866 premier maître de chapelle du théâtre de Prague, puis en 1872 directeur musical.

Il y institue un répertoire qui valorise les œuvres nationales, slaves, allemandes, françaises, au détriment des œuvres italiennes.

Son troisième opéra, Dalibor, créé le 16 mai 1868, pour les fêtes de la pose de la première pierre du Théâtre national,  est sévèrement critiqué comme antinational et wagnérien.

Bedřich Smetana, Dalidor, orchestre et chœur de la radio bavaroise, 1969. Milada (Felicia Weathers), Jitka (Elsie Morison), Dalibor (Sandor Konya), Vítek (Horst Wilhelm), Vladislav II (Gerd Nienstedt), Beneš (Franz Crass), Budivoj (Heinz Friedrich), A Judge (Theodor Nicolai).

Les attaques furent encore plus dures contre Libuse, composé pour la fête  nationale de l'opéra en 1872 , et en 1874 contre Dve vdovy, opéra comique  créé le 27 mars 1874.

Depuis juillet 1874, il souffre de troubles de l'audition et devient complètement sourd dans la nuit du 20 octobre. Il doit abandonner ses engagements, mais reste compositeur attaché au théâtre, et perçoit une pension de 1200 guldens par an, contre l'autorisation de monter ses opéras sans autre contribution.

Après avoir consulté des sommités de la médecine, dont les frais furent couverts par un concert de solidarité, organisé par amis et élèves, et une colletcte à Göteborg, il s'installe en mai 1876 auprès de sa fille Žofie à Jabkenice.

Tout en continuant à composer, il perd peu à peu la mémoire, l'usage de la parole, et la raison. Le 22 avril 1884, il est placé à l'asile d'aliénés de Kateřinky à Prague. Il meurt le 12 mai. Ses obsèques eurent lieu à Vysèhrad.

Smetana

Catalogue des œuvres

1829-1831 (vers), Valse, pour piano [perdue].

1831 (vers), Galop en re majeur, pour piano.

1835-1840 (vers), Œuvres pour piano [perdues].

1839-1841, Adagio en la majeur, pour piano.

1840, Der Pilgrim (Poutník), Lied sur un texte de F. von Schiller [perdu].

1840, Erinnerung an Neustadt (Vzpomínka na Nové Město nad Metují), polka [perdu].

1840, Galopp di bravoura, en si bémol majeur, pour piano.

1840, Georginenpolka (Jiřinková Polka), en re majeur, pour piano.

1840, Louisen-Polka (Louisina Polka), en mi bémol majeur, pour piano.

1840, Variationen über ein Motiv aus der Oper Montecchi e Capuletti (Variace na thema z Belliniho opery Montecchi e Capuletti).

1841, 2 valses en la bémol majeur, pour piano.

1841, Elisabethen-Galopp, en fa majeur, pour piano [perdu].

1841, Grosse Polka (Velká Polka) (Polčinka), en si bémol mineur [esquisse].

1841, Hymne zum h. Johannes von Nepomuk, Lied [perdu].

1841, Katharinen-Polka, pour piano [perdue].

1841, Marien-Polka (Mariina Polka), en fa majeur, pour piano [fragment].

1841-1842, 3 Impromptus en mi bémol mineur, si mineur et la bémol majeur, pour piano.

1842 ( ?), Menuet, Galop Bayadère, œuvres de jeunesse pour orchestre.

1842, Aus dem Studentenleben (Ze studentského života), polka en do majeur, pour piano.

1842, Duo sans mots (Duo beze slov) en mi majeur, pour piano.

1842, Étude en do mineur, pour piano.

1842, Ouverture, en do mineur, pour piano quatre mains.

1842, Ouverture, en la majeur, pour piano quatre mains.

1842-1843, Fantaisie sur un air Bohémien, pour violon et piano.

1843, Erinnerung an Pilsen (Vzpomínka na Plzeň), piolka en mi bémol majeur.

1843, Pièce (Mazurkové capriccio), en do dièse mineur, pour piao.

1843, Pièce (Rhapsodie), en la majeur pour piano.

1843, Quadrille (Kadryla, Čtverylka) en si bémol majeur, pour piano.

1843-1844, Quadrille en fa majeur, pour piano.

1844, Bagatelles et Impromptus, pour piano : 1. L'innocence (Nevinnost), en do majeur ; 2. L'abattement (Sklíčenost), en la mineur ; 3 Idylle (Idyla), en sol majeur ; 4. Le desir (Touha), en mi mineur ; 5. La joie (Radost), en re majeur : 6. Le conte (Pohádka), en si mineur ; 7 L'amour (Láska), en la majeur ; 8. La discorde (Nesvár), en fa dièse mineur.

1844, Feuille d'album pour K. Kolářová], Moderato (Lístek do památníku Kateřině Kolářové), en si bémol majeur pour piano.

1844, Pièce en la bémol majeur, pour piano

1844, Pièces en si bémol et en do majeur pour piano.

1844, Valses (Valčíky),1. do mineur/mi majeur ; 2. la majeur ; 3. mi majeur/sol majeur ; 4. do mineur ; 5. la majeur (fragment).

1844-1849, Acht rhythmische Übungen, en do majeur et en do mineur, pour piano..

1844-1849, Fingerübungen auf der Grundlage der Tonleiter, en do majeur, pour piano.

1844-1849, Thema mit Veränderungen, sol majeur, pour piano.

1845, Allegro (Alžbětě Felicii Thunové), en la bémol majeur, pour piano.

1845, In ein Stammbuch dem Ulwer (Václavu Ulverovi), en mi bémol mineur, pour piano.

1845, In ein Stammbuch der Fräulein Josephine Finke (Josefině Finkeové), en mi majeur, pour piano.

1845, Ins Stammmbuch dem Jean Kunz (Jeanu Kunzovi), en do majeur, pour piano.

1845, Pensée fugitive, en re mineur, pour piano.

1845, Pièce en sol mineur, pour deux pianos, huit mains.

1845, Pièces pour piano en fa majeur et en fa mineur.

1845-1849, Höhere Bildungen (1-16), pour piano [1–12 lperdus]

1846, 6 Préludes, do majeur, si mineur, sol majeur, sol mineur, re majeur, fa majeur, pour piano quatre mains.

1846, Einladung (Vyzvání), Lied sur un poème, J. G. Jacobi.

1846, Lebewohl!, Lied sur un poème de W. Melhop.

1846, Liebchens Blick, Lied sur un poème de B. Breiger.

1846, Polka mi bémol majeur, pour piano.

1846, Umelecká bese- da ; Schmerz der Trennung, Lied sur un poème de Ch. M. Wieland.

1847, Fantasie na narodní písně (Fantaisie sur un chant national), en mi majeur, pour piano.

1847, Lesní city a dojmy: nocturno (Pays des forêts et impressions), en fa mineur pour piano.

1847, Romanza, en si bémol majeur, pour piano.

1847, Rondo capriccio (Allegro capriccioso), en si mineur pour piano.

1847, Charakterstück (Charakteristická skladba), en do bémol majeur, pour piano.

1847-1848, opus 1, Six morceaux caractéristiques (Šest charakteristických skladeb), pour piano. 1. Im Walde (V lese), en do majeur, 2. Erwachende Leidenschaft (Vznikající vášeň), en si mineur, 3. Das Schäfermädchen (Pastýřka), en sol majeur, 4. Die Sehnsucht (Touha), en sol mineur, 5. Der Krieger (Válečník), en re majeur, 6. Die Verzweiflung (Zoufalství), en re mineur.

1848, Caprice, en sol mineur, pour piano [fragment]

1848, Marche de la Garde nationale (Pochod národní gardy), en re majeur, pour piano.

1848, Marsch der Prager Studenten-Legion, Nationalgarde-Marsch (Pochod pražské studentské legie), en fa majeur, pour piano.

1848, opus 2 no 7, Polka, en fa mineur, pour piano.

1848, Písen svobody (Chant de la liberté), sur un texte de J. J. Kolár, pour vois à l'unisson.

1848, Polka en do majeur, pour piano.

1848, Polka en mi mineur, pour piano (esquisse).

1848, Zdráv budiž Josefe (Hymna ku cti českého krále) [Je vous salue Joseph (Hymne en honneur du roi tchèque), sur un texte d'H. Poděbradský (esquisse).

1848-1849, Deux feuilles d'album en majeur, pour piano.

1848-1849, Feuilles d'album en sol majeur, sol mineur, si mineur.

1848-1849, Hochzeitsszenen (Svatební scény), pour piano : 1. Der Hochzeitszug (Svatební průvod), en do majeur, 2. Das Brautpaar (Ženich a nevěsta), en la bémol majeur, 3. Das Hochzeitsfest: der Tanz (Svatební veselí: tanec), en la majeur.

1848-1849, Nehleď bolně dívko na mne (Ne ragarde pas ma fille, ma douleur) ; Smutně včela v poustí (Tristesse des abeilles dans le désert) ; Když se slunko zas usmívá (Quand le soleil sourit à nouveau), esquisses et fragments de Lieder sur des textes de F. B. Květ.

1848-1849, Ouverture du Jubilée, pour orchestre.

1848-1849, Übungen in den ersten rhythmischen Bildungen, en do majeur et en do mineur, pour piano.

1848-1850, Feuilles d'album (lístky do památníku), en re mineur, sol majeur, fa dièse majeur.

1848-1852, Feuille d'album, pour piano en si bémol mineur.

1848-1854, opus 7, Trois polkas de salon (Tři salonní polky), en fa dièse majeur, fa mineur et mi majeur.

1848-1854, Trois polkas poétiques (Tři poetické polky), pour piano, en mi bémol majeur, sol mineur, et la bémol majeur.

1848-1857, opus 3, 3 Stücke (Tři skladby) (Lístky do památníku), 1. An Robert Schumann (Robertu Schumannovi), en mi majeur, 2. Wanderlied (Píseň pocestného), en la majeur, 3. Es siedet und braust (Je slyšet sykot, hukot a svist), en do dièse majeur, d'après Der Taucher de Schiller.

1848-1857, Skizzen (Črty), pour piano : 1. Preludium, en fa dièse mineur, 2. Idylle (Idyla), en si bémol, 3. Erinnerung (Vzpomínka), en la bémol majeur, 4. Beharrliches Streben (Vytrvalá snaha), en sol dièse mineur.

1848-1857, opus 5, Skizzen (Črty), pour piano : 1. Scherzo-Polka, en fa dièse majeur, 2. Schwermut (Zádumčivost), en sol dièse mineur, 3. Freundliche Landschaft (Přivětivá krajina), re bémol majeur, 4. Rhapsodie, en fa mineur.

1849, Feuilles d'album, pour piano en la majeur (opus 5 no 1), et en si bémol majeur.

1849, Sonatensatz, en mi mineur, pour deux pianos, huit mains.

1849-1850, Melodien-Schatz (Poklad melodií) I, pour piano, 1. Preludium, en do majeur, 2. Capriccio, en la mineur, 3. En sol majeur.

1849-1850, Melodien-Schatz (Poklad melodií) II, pour piano, 1. Moderato, en do majeur, 2. En sol majeur, 3. Toccata, en re majeur, 4. Moderato, en la majeur, 5. Tempo di marcia, en mi majeur.

1849-1850, opus 2, Stammbuch-Blätter (Lístky do památníku). 1. Prélude, en do majeur, 2. Chanson, en la mineur, 3. En sol majeur, 4. En do mineur, 5. En re majeur, 6. En si mineur.

1849-1852, Andante, en mi bémol majeur, pour piano.

1849-1854, Feuille d'album, pour piano en sol mineur.

1849-1854, Toccatina, en si bémol majeur, pour piano.

1849-1854, Feuille d'album (lístek do památníku), en mi bémol mineur, pour piano.

1850, Jugend-Rondo (Rondo pro mládež), en do majeur, pour deux pianos, huit mains.

1850, Polka, en sol majeur, pour piano.

1850, Sonata, en mi bémol majeur, pour deux pianos (esquisse)

1850-1853, Pièce pour piano en fa mineur.

1850-1853, Polkas pour piano en mi majeur, sol mineur, la majeur.

1853 (avant 1853), Polka, en fa dièse majeur, pour piano.

1853, Liebesfrühling (Jaro lásky), Lied sur un poème de F. Rückert, créé à Prague en 1885.

1853-1854, Symphonie triomphale en mi majeur, créée en 1855 à Prague.

1853-1855, Polka en fa mineur, pour piano.

1855, opus 15, Trio avec piano, en sol mineur, créé le 3 décembre 1855 à Prague.

1856, Cadence pour le concerto pour piano en do mineur K 491 de Mozart (1er mouvement).

1856, Cadence pour le concerto pour piano en re mineur K 466 de Mozart (1er et 3e mouvements).

1857, Erinnerung an Weimar, en la bémol majeur, pour piano.

1857-1831 et 1872, Cadence pour le concerto en do mineur opus 37, de Beethoven (2 versions)

1857-1858, Cid campeador – Ximene, poème pour piano (esquisse).

1858, Ball vision, Polka-Rhapsodie (Vidění na plese), la mineur/do majeur, pour piano.

1858, Ballade, pour piano (esquisse). 1858, Konzert-Etüde (Koncertní etuda), en do majeur, pour piano.

1858, Polka en do majeur, pour piano.

1858, Richard III, poème symphonique, créé le 17 juillet à Särö en Suède.

1858, Transcriptions pour piano, Schubert, Die schöne Müllerin 1. « Trockne Blumen » (perdu), 2. « Der Neugierige » (Zvědavý).

1859, Bettina Polka, en do majeur (2e version), pour piano.

1859, Macbeth (Skica ke scéně Macbeth a čarodějnice ze Shakespeara) (esquisse pour la scène Macbeth et les sorcières de Shakespeare), pour piano.

1859, Valdstýnuv tábor (Le camp de Wallenstein), poème symphonique, créé le 5 janvier 1862 à Prague.

1859-1860, opus 12, 13, Souvenir de Bohême en forme de polkas (Vzpomínky na Čechy ve formě polek), pour piano, opus 12 : 1. la mineur, 2. mi mineur, opus 13, 1. mi mineur, 2. mi majeur,

1860, Píseň česká (Chanson tchèque), sur un texte de J. z Hvězdy), pour chœur mixte (plusieurs versions dont avec orchestre) [cf. 1878]

1861, Am Seegestade - eine Erinnerung (Na břehu mořském - Vzpomínka), étude de concert, en sol dièse mineur, pour piano.

1861, Hakon Jarl, poème symphonique, créé le 24 février 1864 à Prague.

1862 (avant 1862), Grosse Fantasie (Skladba a moll), en la mineur, pour piano.

1862, Cantabile, en la mineur, pour piano.

1862, Doktor Faust, pour orchestre.

1862, Fantasie na české národní písně (fantaisie sur des chants populaires tchèques), en si bémol majeur, pour piano.

1862, Ins Stammbuch des Fräulein Marie Proksch (Marii Prokschové), en do majeur, pour piano.

1862, Tri jezdci (Les trois cavaliers), chœur TTBB, sur un texte de J. V. Jahn.

1862-1863, Branibori v Cechách (Les Brandebourgeois en Bohême), opéra historique en 3 actes sur un livret de K. Sabina, créé le 5 janvier 1866 au théâtre provisoire de Prague.

1863, Odrodilec (Le renégat), pour chœur T,T,B, sur un texte d'A. Metlinsky (plusieurs versions).

1863, Oldrich a Bozena, pour orchestre, créé le 31 décembre 1863 à Prague.

1863, Polka en re majeur, Nasim devám (Nos filles), pour orchestre.

18631866, Prodaná nevesta (La fiancée vendue), opéra-comique en 2 puis 3 actes, sur un livret de de K. Sabina, créé le 30 mai 1866 et 258 septembre pour la version finale au Théâtre provisoire de Prague.

1864, Cadence pour le concerto pour piano en si bémo majeur K 595 de Mozart (1er et 3e mouvements)

1864, Pochod k slavnosti Shakespearove (Marche pour le festival Shakespeare), créée le 23 avril 1864 à Prague, pour orchestre.

1866-1867, Dalibor, opéra tragique en 3 actes sur un livret de J. Wenzig et E. Spindler, créé le 16 mai 1868, au Nouvceau théâtre municipal de Prague.

1867, Fanfáry k Shakespearovu dramatu Richard III. (Fanfares pour Richard III de Shakespeare), créées le 23 avril 1867 à Prague.

1867, Písen do tragedie « Baron Goertz » (Lied pour le tragédie « Baron Goertz » d‘E. Bozděch.

1868, Rolnická (Hymne paysan), chœur TTBB, sur un texte de V. Trnobranský).

1868, Slavnostní predehra (ouverture de fête), en re majeur, pour orchestre, créée le 16 mai 1868.


Slavnostní predehra (ouverture de fête), en re majeur
Janáček Philharmonic Orchestra, Theodore Kuchar (2008)

1869-1872, Libuse, opéra de fête sur un livret de J. Wenzig et E. Spindler, créé au Théâtre national de Prague le 11 juin 1881.

1870, Slavnostní sbor (chœur de fête), pour chœur TTBB, sur un texte d'E. Züngel.

1872-1884, Viola, opéra-comédie, sur un livret du compositeur d'après Shakespeare, seulement des fragments du 1er acte, créé en concert le 15 mars 1900 à Prague, en version scénique, 11 mai 1924, au théâtre national de Prague.

1873-1874, Dve vdovy (Les deux veuves), comédie opéra en 2 actes sur un livret d'E. Züngel, d'après, pour Mallefille, créé le 27 mars 1874 au théâtre provisoire de Prague.

1874-1879, Má vlast (Ma Patrie), cycle de 6 poèmes symphoniques

1875, 1. Vyšehrad, créé le 14 mars 1875, à Prague.

1875, 2. Vltava (La Moldava), créée le 4 avril 1875 à Prague.

1877, 3. Sárka, créé le 17 mars 1877 à Prague.

1875, 4. Z českých luhů a hájů (Par les prés et les bois de Bohême), créé le 10 décembre 1876 à Prague.

1878, 5. Tábor, créé le 4 janvier 1880 à Prague.

1879, 6. Blaník, créé le 4 janvier 1880 à Prague.

-- --

Vyšehrad.


Z českých luhů a hájů
(Par les prés et les bois de Bohême),

1875, Rêves (Sny), pièces caractéristiques pour piano : 1. Le bonheur éteint (Zaniklé štěstí), en mi bémol majeur, 2. La consolation (Útěcha), en la bémol majeur, 3. En Bohême, scène champêtre (V Čechách: vesnický výjev), en la mineur et la majeur, 4. Au salon (V saloně), en mi mineur, 5. Près du château (Před hradem), en si bémol, 6. La fête des paysans bohémiens (Slavnost českých venkovanů), en sol mineur.

1875-1876, Hubicka (Le baiser), Opéra populaire en 2 actes sur un livret d'E. Krásnohorská d'après K. Svetlá, créé le 7. novembre 1876 au théâtre provisoire de Prague.

1876, Quatuor à cordes en mi mineur, Z mého zivota (De ma vie), créé le 29 mars 1879 à Prague.


Quatuor à cordes en mi mineur
Quatuor Stamitz

1877, Píseň na moři (Chant de la mer), pour chour TTBB, sur un texte de V. Hálek.

1877-1878, Tajemství (Le secret), opéra-comique en 3 actes, sur un livret d'E. Züngel, créé le 18 septembre 1878 au nouveau théâtre tchèque de Prague.

1877-1881, České tance (danses tchèques), [I] 1. Polka, en fa dièse mineur, 2. Polka, en la mineur, 3. Polka, en fa majeur, 4. Polka, en si bémol majeur [II] 1. Furiant, en la mineur, 2. Slepička (la petite poule), en si bémol majeur, 3. Oves (avoine), en la bémol majeur, 4. Medvěd (l'ours), en do majeur, 5. Cibulička (le petit oignon), en sol mineur, 6. Dupák, en re majeur, 7. Hulán (Uhlan), en la majeur, 8. Obkročák, en mi bémol majeur, 9. Sousedská, en si majeur, 10. Skočná, en fa majeur.

-- --

Hulán (Uhlan), en la majeur, par Jan Bartoš

1878, Česká píseň (Chanson tchèque), pour chœur SSAATTBB et orchestre, sur un texte de z Hvězdy,

1878-1881, Sbory trojhlasné pro ženské hlasy (Chœur en trois parties pour voix féminines), SSA, 1. Má hvězda (Mon étoile), texte de B. Peška ; 2. Přiletěly vlaštovičky (Retour des hirondelles), texte de J. V. Sládek ; 3. Za hory slunce zapadá (Le soleil est derrière la montagne), texte de J. V. Sládek.

1879, Polka « Venkovanka » (La compatriote), pour orchestre, créée le 28 décembre 1879 à Prague.

1879-1880, Večerní písně (Lieder du soir), Cycle de 5 Lieder, sur des textes de V. Hálek, créé le 4 janvier 1880, à Prague. 1. Kdo v zlaté struny zahrát zná (qui peut jouer les cordes d'or ?) 2. Nekamenujte proroky! (Ne lapidez pas les prophètes), 3. Mně zdálo se (Il me semblait), 4. Hej, jaká radost v kole (Hé, quelle joie dans la ronde) 5. Z svých písní trůn ti udělám (Je vous construit un trône de mes chansons).

1879-1882, Certova stena (Le mur du Diable), opéra-comédie romantique en 3 actes, sur un livret livret d'E. Züngel, créé le 29 octobre 1882 au nouveau théâtre tchèque de Prague.

1880, Andante, en fa mineur, pour piano.

1880, Heslo (Le mot de passe), pour chœur TTBB, sur un texte de Josef Srb-Debrnov.

1880, Modlitba (Prière), pour chœr TTBB, sur un texte de Josef Srb-Debrnov

1880, Veno (Le don), pour chœur TTBB, sur un texte de Josef Srb-Debrnov.

1880, Z domoviny (De a Patrie), 2 Duos, en la majeur et en sol mineur, pour violon et piano.

1881, Romanza, en sol mineur, pour piano.

1881, Naše píseň (Notre chant), pour chœur TTBB, sur un texte de de Josef Srb-Debrnov.

1883, Prazský karneval (Carnaval de Prague), pour orchestre : Introduction, Polonaise, créé le 2 mars 1884 à Prague.

1883, Quatuor à cordes en re mineur, créé le 3 janvier 1884 à Prague.(esquisse)

Smetana

Bibliographie

Jean-Marc Warszawski
30 juin 2014
Révision du miroir de page 8 octobre 2017

TéléchargementsPresse internationale - Universités.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil, 06 06 61 73 41

Références / musicologie.org 2016

ISSN 2269-9910

Mardi 10 Octobre, 2017