À propos du site
Statistiques du site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Iconographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Logiciels
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Rechercher sur rEm

Exact

Résultats/page

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


S'abonner au bulletin (courriel vide)
Liens vers des dictionnaires et des collections de notices en ligne

| a | b | c | d | e | f | g | h |i | j | k | l | m |
| n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

 

 Scot Érigène
v. 800-v. 870, Irlande/France

Jean Scot, Jean l’Irlandais, Eriugena

Savant et philosophe. Il naît vers  800 en Irlande (Hibernia, Scottia, Eriu, Scot Érigène).

Il suit des études littéraire, philosophique et théologique sur le continent. Il est le plus célèbre des Irlandais qui se fixent à Laon et à Liège, formant une importante école dite «des commentateurs» (on y retrouve Remigius, Hucbald, Réginon de Prüm, l’auteur de la Musica Enchiriadis).

Avant 847, il dirige l’école du palais de Charles le Chauve. Il rédige en 851, De divina praedestinatione liber contre Gondescalc d’Orbais et sa doctrine de la double prédestination.

En 859-860, il écrti Annotationes in Martianum Capellam. En 860-862, il traduit les œuvres du pseudo-Denys et les Ambigua de Maxime le Confesseur et en 862-864, De hominis opificio de Grégoire de Nysse.

En 864-866, il traduit les Quaestiones ad Thalassium de Maxime et l’ Ancoratus d’Épiphane (non retrouvé).

Il rédige de 864 à 866, De divisione naturae (Periphyseon), de 865 à 870, Expositiones in ierarchiam (sic ) caelestem sancti Dionysii, avant 870, Homilia sur le Prologue de Jean et le Commentarius (interrompu) sur cet Évangile. Il laisse divers Versus (Carmina.)

Comme le fait remarquer Émile Brehier, Il y a dans le ton même du raisonnement, dans la manière d’employer des principes généraux sur la nature de la cause, quelque chose d’insolite, à cette époque: C’est la manière de raisonner des Grecs. Sur le plan strictement musi-cal, malgré le fait qu’il remet Boèce sur l’ouvrage, à travers la Consolation philosophique, il n’apporte rien de nouveau à la musique cosmique, musique des sphères -le pourrait-on ?- Mais sa démarche accuse un caractère propre à la France, où l’on part des textes antiques et non pas des textes liturgiques. Un siècle plus tard, Gerbert, à Chartres, reprend cette idée de Jean Scot: Les mystères sont révélés aux yeux de la foi. La discussion des hommes porte sur d’autres révélations. Les XIIe et XIIIe siècles montrent quel riche parti les intellectuels ont su tirer de la séparation de la philosophie et de la théologie.

Jean Scot divise le monde en quatre fonctions;

  1. la nature qui crée et n’est pas créée, le principe de Dieu.
  2. la nature qui est créée et qui crée, les choses qui sont crées de toute éternité, mais inférieures à Dieu parce qu’elles sont créés par lui.
  3. la nature qui est créée et ne crée pas, ou l’ensemble des créatures, invisibles ou visibles qui sont les manifestations de Dieu (Théophanies)
  4. La nature qui ni ne crée ni n’est créée, l’inaccessibilité divine de Dieu.

Mais ce qui vaut à Jean Scot plusieurs condamnations, de son vivant et, quand ses idées seront reprises, au XIIIe siècle, est la place primordiale qu’il accorde à la raison. En effet, pour lui la raison est de toute éternité créée dans le verbe. Droite, saine, vraie, affranchie des préjugés, des passions ou des erreurs elle doit retrouver sa pureté d’avant le péché. Elle est alors identique au verbe. Ainsi, la raison doit juger toutes les autorités. Même celle de l’Écriture qui est provisoire, et dont la raison d’être est le péché de l’homme.

Manuscrits

  • Ms. 12960, Paris, Bibliothèque Nationale [adnotation in Martianum]

Éditions

  • BARBET J., Johannis Scotti Eriugenae Expositiones in ierarchiam caelestem. Dans «Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis» (31) Tournai 1975
  • CAPPUYNS M., Le «De imagine» de Grégoire de Nysse traduit par Jean Scot. Dans «Recherches en Théologie ancienne et médiévale» (32) I, 1965
  • DONDAINE H. F., Les Expositiones super ierarchiam caelestem de Jean Scot Érigène (texte inédit d’après le manuscrit Douai 202). Dans «Archéologie et Histoire doctrinale et littéraire du Moyen-Âge» (28) 1950-1951
  • GODWIN JOSCELYN, The Harmony of the Spheres. A Sourcebook of the Pythagorean Tradition in Music. Rochester 1993 [trad. des passages relatifs à l’harmonie des sphères, dans une optique ésotérique]
  • JEAUNEAU E., Homélie sur le Prologue de Jean et Commentaire sur l’Évangile de Jean, introduction et texte critique. Paris 1969 et 1972 [homélie sur le Prologue de Jean]
  • LUTZ CORA E., Johannis Scotti Adnotationes in Martianum. Cambridge (Mass.) 1939
  • MADEC G., Johannis Scotti De divina praedestinatione liber. Dans «Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis» (50) Tournai 1978
  • MIGNE JACQUES-PAUL (1800-1875), Patrologiae cursus completus. Serie latina [221 v.]. Petit Montrouge 1844-1855; Turnhout 1966, (122) col. 439-1022 [De divisione naturae]
  • SHELDON-WILLIAMS I. P. & BIELER LUDWIG, Johannis Scotti Eriugenae Periphyseon, liber primus, Dublin 1968; liber secundus et liber tertius. Dublin 1972-1981 [De divisione naturae]
  • TRAUBE LUDWIG, Johannis Scotti Carmina. Dans «Poetae latini aevi carolini» (3) Berlin 1896
  • UHLFELDER MYRA L., (trad.) & Potter Jean A. (notes), Periphyseon. On the Division of Nature. Indianapolis 1976

Bibliographie

Études musicales

  • BEIERWALTES WERNER, Der Harmonie-Gedanke im frühen Mittelalter. Dans «Zeitschrift für philosophische Forschung» (45) 1991, p. 1-21
  • HÜSCHEN HEINRICH, Eriugena. Dans Blume Friedrich (éd.), «Die Musik in Geschichte und Gegenwart», Bärenreiter Verlag, Kassel 1946-1986
  • COALLIER CHRISTINE, Le vocabulaire des arts libéraux dans le Periphyseon. Dans G. H., Allard (éd.), «Jean Scot écrivain», Actes du IVe colloque international Montréal 1983, Montréal-Paris 1986, p. 343-360
  • DUCHEZ MARIE-ÉLISABETH, Jean Scot Érigène premier lecteur du «De institutione musica» de Boèce? Dans Werner Beierwaltes (éd.), «Eriugena Studien zu seinen Quellen», Vorträge des III. Internationalen Eriugena-Colloquiums, Freiburg/B., 27-30 August 1979. Heidelberg, Carl Winter, Universitätsverlag 1980, p. 165-87
  • –,      L’émergence acoustico-musicale du terme «sonus» dans les commentaires carolingiens de Martianus Capella. Dans «Documents pour l’histoire du vocabulaire scientifique» (7) 1985, p. 97-149
  • EGGEBRECHT H. H., Handwörterbuch der musikalischen Terminologie. Stuttgart 1972
  • ERICKSON RAYMOND, Eriugena, Boethius and the Neoplatonism of Musica and Scolica enchiriadis. Dans «Musical Humanism and its Legacy: Essays in Honor of Claude V. Palisca», Stuyvesant (NY) 1992, p. 53-78
  • GROUT D. J. & PALISCA CLAUDE V., A History of Western Music. New York 1988
  • HANDSCHIN JACQUES, Die Musikanschauung des Johannes Scotus (Eriugena). Dans «Deutsche Vierteljahresschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte. (5) 1927, p. 316-346
  • JONES PERCY, The Glosses de Musica of Scot Eriugena. Rome 1957
  • LIEBESCHÜTZ HANS, Zur Geschichte der Erklärung des Martianus Capella bei Eriugena. Dans «Philologus» (104) 1960, p. 127-137
  • LUTZ CORA E., Martianus Capella. Dans «Catalogus Translationum et Commentariorum» (2), Washington 1971, p. 367-381; (3) 1976, p. 371
  • MANITIUS MAX, Zu Dunchads und Iohannes Scottus’ Martiankommentar. Dans «Didaskaleion» (1) 1912, p. 138-172
  • MARKOVITS MICHAEL, Das Tonsystem der abendländischen Musik im frühen Mittelalter. Dans «Publikationen der Schweizerischen Musikforschenden Gesellschaft» (II/30), Bern-Stuttgart 1977, p. 47, 54, 106
  • MÜNXELHAUS BARBARA, Aspekte der Musica Disciplina bei Eriugena. Colloques internationaux du Centre National de la Recherche Scientifique 561, Paris 1977, p. 253-262
  • NIEMÖLLER KLAUS WOLFGANG (*1929), Die Musik im Weltbild des Johannes Scotus Eriugena. Dans F. Hentschel (éd.), «Musik und die Geschichte der Philosophie und Naturwissenschaft im Mittelalter», Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters (62), Leiden. 1998, p. 293-304
  • ONOFRIO G. D’, Giovanni Scoto e Remigio di Auxerre: a proposito di alcuni commenti altomedievali a Boezio. Dans «Studi Medievali» (3e s. 22, II) 1981, p. 587-693
  • RAND E. K., How Much of the Annotationes in Marcianum is the Work of John the Scot? Dans «Transactions and Proceedings of the American Philological Association» (70) 1939, p. 501-523
  • SMITS VAN WAESBERGHE JOSEPH, La place exceptionnelle de l’ars musica dans le développement des sciences au siècle des carolingiens. Dans «Revue grégorienne», 1952, p. 81-104
  • TEEUWEN MARIKEN, Harmonie der hemelsferen. Een klassiek thema geinterpreteerd door Johannes Scotus Eriugena. Dans «Millennium» (9) 1995, p. 117-132
  • WAELTNER ERNST LUDWIG, Die Lehre vom Organum bis zur Mitte des 11. Jahrhunderts. Dans «Münchener Veröffentlichungen zur Musikgeschichte» (13), Tutzing 1975
  • –, Organicum Melos. Zur Musikanschauung des Johannes Scotus (Eriugena). Dans «Veröffentlichungen der Musikhistorischen Kommission» (I), München 1977 [viii-40 p.]
  • WHITE ALISON, Boethius in the Medieval Quadrivium. Dans M. Gibson (éd.), «Boethius. His Life, Thought and Influence», Oxford 1981, p. 164
  • WIORA WALTER, Das vermeintliche Zeugnis des Johannes Eriugena für die Anfänge der abendländischen Mehrstimmigkeit. Dans «Acta Musicologica» (43) 1971, p. 33-43

Études historiques, philosophiques, religieuses

  • ALLEGRO C., Giovanni Scoto Eriugena. I. Fede e ragione. Città Nuova, Roma 1974
  • BEIERWALTES W., Eriugena. Studien zu seinen Quellen. Dans «Vorträge des III. Internationalen Eriugena-Colloquiums», Fribourg-en-Brisgau, 27-30 août 1979, Heidelberg 1980
  • BETT H., Johannes Scotus Eriugena. A Study in Mediaeval Philosophy. New York 1964
  • BRÉHIER ÉMILE, La philosophie au Moyen-Âge. Dans «L’évolution de l’humanité», Albin Michel Paris 1971 (1937) p. 50 et suiv., 71, 73, 76, 78, 105, 121, 126, 127, 131, 168, 183, 369-373, 426
  • BRENNAN M., A Bibliography of Publications in the Field of Eriugenian Studies. Dans «Studi Medievali» (3e s., 18, fasc. I) 1977, p. 401-447
  • CAPPUYN M., Jean Scot Érigène, sa vie, son œuvre, sa pensée, Louvain-Paris 1933; Bruxelles 1965
  • GREGORY T., Giovanni Scoto Eriugena: tre studi. Dans Giuseppe de Robertis (éd.), «Quaderni di letteratura e d’arte» (21) 1963
  • –,      Note sulla dottrina delle Teofanie in Giovanni Scoto Eriugena.Dans «Studi medievali» (3, 4) 1963
  • HUBER J., Johannes Scotus Erigena. Ein Beitrag zur Geschichte der Philosophie und Theologie im Mittelalter. Munich 1861
  • LE GOFF JACQUES, Les intellectuels au Moyen-Âge. Dans «Points Histoire» (38), Seuil, Paris 1985 (1957)
  • LUCENTINI P., Honorius Augustodunensis Clavis Physicae.Dans «Temi e Testi» (21), Roma 1974
  • –,      Platonismo medievale: contributi per la storia dell’Eriugenismo. Florence 1980
  • O’MEARA J. J. & BIELER LUDWIG, The Mind of Eriugena. Dans «Papers of a Colloquium Dublin 14-18 July 1970», Dublin 1973
  • PRA M. dal., Scoto Eriugena, 2e éd., Milan 1951
  • ROQUES R., Explication de «De divisione IV». Dans «Annuaire E. P. H. E. Ve section (1978-1979, 87) p. 341-358; (1979-1980, t. 88) p. 387-400; (1980-1981, t. 89) p. 485-496; (1981-1982, t. 90) p. 359-367
  • –,      Genèse I, 1-3 chez Jean Scot Érigène. Dans «Principio: interprétations des premiers versets de la Genèse», Centre d’études des religions du livre, Paris 1973, p. 173-212
  • –,      Histoire des théologies médiévales. Dans «Problèmes et méthodes d’histoire des religions» E. P. H. E., Paris 1968
  • –,      Jean Scot Érigène et l’histoire de la philosophie. Dans «Colloques internationaux du C. N. R. S.» (561), Laon 7-12 juillet 1975 ; Paris 1977
  • –,      Libres Sentiers vers l’érigénisme. Rome 1975
  • –,      Remarques sur la signification de Jean Scot Érigène. Dans «Miscellanea», Combes, Rome 1967
  • –,      Tératologie et théologie chez Jean Scot Érigène. Dans «Mélanges offerts à M.-D Chenu.», Paris 1967
  • –,      Valde artificialiter: le sens d’un contresens (à propos de Scot Érigène, traducteur de Denys). Dans «Annuaire E. P. H. E. Ve section» (77, 1969-1970) 1970
  • SCHRIMPF G., Das Werk des Johannes Scottus Eriugena im Rahmen des Wissenschaftsverständnisses seiner Zeit. Eine Einführung zu Periphyseon. Dans «Beiträge zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters», Münster 1982
  • TROUILLARD J., L’Unité humaine selon Jean Scot Érigène. Dans «L’Homme et son prochain», Paris 1956

 

Jean-Marc Warszawski
Novembre 1995-juion 2006


Références / musicologie.org 2006