Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

rss

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Schumann Clara
1819-1896

Clara Josephine Wieck

Née à Leipzig, 13 septembre 1819, morte à Frankfurt, 20 mai 1896

Son père, Friedrich Wieck (1785-1873) étudia la théologie a l'université de Wittenberg. Il s'installa à Leipzig vers 1814, devint un professeur de piano réputé, marchand de musique et de pianos.

Sa mère, Mariane Tromlitz-Wieck (1797-1872), qui se produisait comme pianiste et soprano et issue d'une d'une dynastie de musiciens. Elle fut l'élève de Friedrich Wieck, avant de l'épouser en 1816. Ils eurent cinq enfants et divorcèrent en 1824. Les enfants restèrent avec le père.

Marianne Tromlitz de remaria avec Adolph Bargiel (1783-1841) et s'installa à Berlin. Ils eurent 4 enfants, dont le compositeur et chef d'orchestre Woldemar Bargiel (1828-1897).

Wieck Friedrich.

 

Mariane Bargiel.

Clara Schumann étudie le piano et une partie de ses humanités avec son père, mais aussi le violon et toutes les disciplines de la composition musicale avec les meilleurs professeurs de Leipzig : théorie, harmonie, orchestration, contrepoint, fugue.

Elle jouit très tôt d'une réputation d'enfant prodige, dès l'âge de 9 ans, elle joue à la Gewandhaus et fait ses débuts de soliste à 11ans, se produit à Paris l'année suivante. À l'âge de 16 ans, elle est une pianiste renommée. En 1838, elle a 19 ans, elle est nommée pianiste virtuose à la cour d'Autriche, aussi élue membre de la Gesellschaft der Musikfreunde (Société philharmonique) de Vienne.

Clara Wieck-Schumann, Concerto pour piano, en la mineur, opus 7, Francesco Nicolosi (piano), Alma Mahler Sinfonietta, sous la direction de Stefania Rinaldi.

En 1830, Robert Schumann commence à prendre des cours de piano chez Friedrich Wieck, il est âgé de 20 ans. Quelques années plus tard, ils sont amoureux. Quand Clara atteint 18 ans, Robert la demande en mariage, mais Friedrich Wieck s'y oppose. Clara et Robert peuvent se marier par décision de justice le 12 septembre 1840.

Robert Schumann est encore un compositeur inconnu, Clara continue à donner des concerts et à enseigner pour assurer un revenu convenable au couple. Ils auront huit enfants de 1841 à 1853, elle seconde son mari, elle n'a plus le temps de composer.

Clara Schumann, Trio avec piano, opus 17, 1846), I. Allegro moderato, II. Scherzo, tempo di minuetto, III. Andante, IV. Allegretto, Micaela Gelius (piano), Sreten Krstic (violon), Stephan Haack (piano).

Après avoir vécu à Leipzig et à Dresden, ils s'installent à Düsseldorf où Robert est directeur de la musique. Leur maison est un important lieu de rencontres musicales, les musiciens les plus en vue s'y croisent.

En 1853, ils accueillent le jeune Johannes Brahms, c'est une grande rencontre artistique faite d'admiration réciproque, une idylle se noue entre Clara Schumann et Johannes Brahms, qui se transforme en une solide et étroite amitié jusqu'à la mort de Clara.

Clara Schumann, Sonate en sol mineur, I. Allegro, II. Adagio, III. Scherzo, IV. Rondo, Jozef De Beenhouwer (piano) 2001.

Après une embellie, les troubles psychiques de Robert Schumann s'accentuent. Le 27 février 1854, dans une crise de démence, il se jette le Rhin. Sauvé, il est interné, le 4 mars, à Endenich, près de Bonn. Les médecins déconseillent les visites à Clara qui est enceinte. Johannes Brahms s'en charge, il s'occupe aussi des enfants quand Clara est en tournée.

Après la mort de Robert Schumann, Johannes retourne à Hamburg, et Clara de fixe à Berlin ou vit sa mère.

Les huit enfants de Clara et Robert Schumann sont Marie (1841–1929), Elise (1843–1928), Julie (1845–1872), Emil (1846–1847), Ludwig (1848–1899), Ferdinand (1849–1891), Eugenie (1851–1938), Felix (1854–1879), le poète.

Clara Schumann, Sechs Lieder, opus 13, 1. Ich stand in dunklen Träumen, 2. Sie liebten sich beide, 3. Liebeszauber, 4. Der Mond kommt still gegangen, 5. Ich hab' in deinem Auge, 6. Die stille Lotosblume, Anne Wright (soprano), Kate Stevens (piano), enregis-trement en public.

Clara Schumann continue ses tournées de concerts avec succès : Autrichea, Belgique Danemark, France, Allemagne, Suisse Russie, Angleterre (19 tournées), enseigne le piano.

Elle se consacre à la mémoire de son mari, corrigeant ses œuvres, les faisant connaître. Grâce à Johannes Brahms et quelques amis, elle édite une collection complète de ses compositions, et leurs lettres de jeunesse (corrigées).

En 1878, elle est nommé premier professeur de piano du Conservatoire supéruer de Frankfurt, où elle s'installe. Elle donne son dernier concert public en 1891 et continue à enseigner jusqu'à sa mort.

Outre l'amour fusionnel avec Robert et l'amitié indeffectible de Brahms, celles de Pauline Viardot, Jenny Lind, Felix Mendelssohn, Joseph Joachim, son immense succès de d'interprètes, la vie de Clara Schumann, est émaillée de drames : le divorce de ses parents, l'opposition de son père au mariage, la maladie mentale de son mari, quatre enfants mort jeunes, un interné en psychiatrie pendant 40 ans.

Malgré le peu de temps qu'elle pu consacrer à la compotion et le fait qu'elle se rangeait à l'opinion générale que ce n'était pas un art pour les femmes, elle laisse un assez important catalogue où culmine naturellement le piano, aussi la mélodie.

 

musicologie.org
 rss

 

 

 

 

Clara Schumann (1840), par Johann Nepomuk Höfel (1786/1788- 1864).

Catalogue des œuvres

1828, Waltz, pour piano (perdu).

1829-1830, opus 1, Quatre Polonaises, mi majeur, do majeur, re majeur, do majeur, pour piano

1830-1831, Scherzo, pour orchestre (perdu).

1830, Variationen über ein Originalthema, pour piano (perdu).

1830, Variationen über ein Tyrolerlied, pour piano (perdu).

1830-1831, Phantasie-Variationen über ein Wieck Romanze (perdu).

1830, Étude en la majeur, pour piano.

1830, Der Abendstern, mélodie.

1831, Der Traum, mélodie sur un texte de C.A. Tiedge (perdu).

1831, Alte Heimath, mélodie dur un texte de J. Kerner (perdu).

1831, opus 2, Caprices en forme de valse, pour piano.

1831, Der Wanderer in der Sägemühle, (attribution incertaine)

1831-1833, opus 3, Romance variée, pour piano.

1832, An Alexis, pour piano (perdu).

1833, Ouverture, pour orchestre (perdu).

1833, Rondo, en si mineur (perdu).

1833-1836, opus 7, Concerto pour piano en la mineur.

1833-1836, opus 5, Quatre pièces caractéristiques, pour piano, 1. Impromptu, Le sabbat; 2. Caprice à la boléros ; 3. Romance ; 4. Scène fantastique ; 5. Ballet des revenants.

1833, Walzer, mélodie sur un, texte de J. Lyser.

1835, opus 4,Valses romantiques, pour piano.

1837, opus 8, Variations de concert sur la cavatine du Pirate de Bellini, pour piano.

1838, opus 9, Souvenir de Vienne, Impromptu, pour piano, en sol majeur.

1838, opus 10, Scherzo, pour piano, en re mineur.

1840, Trois romances, pour piano, mi mineur, sol mineur, la majeur.

1840, Am Strande, mélodie de R. Burns (traduction de Gerhard).

1840, Volkslied, mélodie sur un texte de H. Heine.

1840-1843, opus 13, Sechs Lieder, 1. Ich stand in dunkeln Träumen (Heine), 2. Sie liebten sich beide (Heine), 3. Liebeszauber (E. Geibel), 4. Der Mond kommt still gegangen (Geibel), 5. Ich hab' in deinem Auge (Rückert), 6. Die stille Lotosblume (Geibel).

1841, opus 14, Deuxième scherzo, pour piano, en do mineur.

1841-1844, opus 15, Quatre pièces fugitives, pour piano, fa majeur; la mineur, re majeur, sol majeur.

1841, s. o., Sonate pour piano, en sol mineur, Allegro, Adagio, Scherzo, Rondo.

1841, opus 12, Trois mélodies de F. Rückert, avec accompagnement de piano.

1841, Die gute Nacht, mélodie sur un texte de Rückert.

1843, Loreley, mélodie sur un texte de Heine.

1843, O weh des Scheidens, mélodie sur un texte de Rückert.

1845, opus 16, Drei Präludien und Fugen, sol mineur, si majeur, re mineur.

1845, Trois fugues sur des thèmes de Johann Sebastian Bach, mi majeur, mi majeur, sol mineur.

1845, Praeludium und Fuga, en la mineur pour piano.

1845, Präludium, en fa majeur.

1846, opus 17, Trio avec piano, en sol mineur.

1847, Concerto pour piano en fa mineur, esquisses, complété et orchestré comme un mouvement de concert.

1848, Drei gemischte Chöre (SATB), sur des textes de Geibel, 1. Abendfeyer in Venedig, 2. Vorwärts, 3. Gondoliera.

1848, O Thou my Star, mélodie sur un texte de F. Serre.

1853, opus 22, Drei Romanzen, re majeur, sol mineur, si majeur, pour violon et piano.

1853, opus 20, Variationen … über ein Thema von Robert Schumann, pour piano.

1853-1855, opus 21, Drei Romanzen, la mineur, fa majeur, sol mineur.

1853, Romanze, en la mineur, pour piano.

1853, opus 23, Sechs Lieder aus Jucunde, sur des textes de H. Rollett, 1. Was weinst du Blümlein, 2. An einem lichten Morgen, 3. Geheimes Flüstern, 4. Auf einem grünen Hügel, 5. Das ist ein Tag, O Lust, 6. O Lust.

1853, Das Veilchen, mélodie sur un texte de J. W. von Goethe.

1856, Romanze, en si mineur, pour piaono.

1879, Marche, pour piano, créée en octobre 1888 à Frankfurt.

1895, Präludien und Vorspiele.

1846, Beim Abschied, mélodie sur un texte de Serre.

1884, Impromptu, en, mi majeur, pour piano.

s.d., 2 cadences pour le concerto en sol majeur opus 58 de Beethoven.

s.d., 1 cadence pour le concerto en do mineur opus 37 de Beethoven.

s.d., 2 cadences pour le concerto pour piano K 466 de Mozart.

 

 Jean-Marc Warszawski
12 septembre 2019

© Musicologie.org 2019.

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Vendredi 13 Septembre, 2019