Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .  

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Montéclair Michel Pignolet de
1667-1737

Baptisé à Andelot, 4 décembre 1667, mort à Domont, 22 septembre 1737

Il est le plus jeune fils des neuf enfants du tisserand Adrien Pignolet et de Suzanne Galliot.

Le 27 janvier 1676, il entre à l'a maîtrise de la cathédrale de Langres sous la direction de Nicolas Goupillet (v.1650-1713) congédié en 1681, puis Jean-Baptiste Moreau (1656-1733), congédié après cinq mois d'exercice, et de Claude Thibaut.

Il ajoute le nom de Montéclair (une colline à Andelot) à son patromyme quelque temps après son arrivée à Paris en 1687, mais signa lui-même « Pignolet dit Montéclair » jusqu'en 1724.

Michel Pignolet de Montéclair, Cantate Le Triomphe de la Constance, Judith Nelson, The Academy of Ancient Music, sous la direction de Christopher Hogwood.

Sur la page titre de sa Nouvelle méthode pour apprendre la musique (1709), on apprend qu'il était ancien maître de la musique de Charles-Henri de Lorraine, Prince de Vaudémont (début 1699), qu'il a suivi en Italie (Milan). Les détails de son séjour italien sont inconnus.

Dès fin 1699 (ou avril 1704), Montéclair se joue la basse de violon, puis la contrebasse, au sein de l'orchestre de l'Académie royale de musique de Paris (opéra).

Dans sa Méthode pour apprendre à jouer de la contre-basse (1781), Michel Corrette précise que Montéclair et Giuseppe Fedeli furent les premiers à jouer de la contrebasse à l'Opéra de Paris peu après le tournant du siècle.

Michel Pignolet de Montéclair, La Mort de Didon, Agnes Mellon, Les Arts Florissants, sous la direction de William Christie.

Montéclair dont les élèves comprenaient les filles de François Couperin, était très apprécié comme enseignant à la grande souplesse.

En 1721, avec son neveu François Boivin, il fonde un magasin de musique (« À la règle d’or ») rue Saint-Honoré dans la paroisse de Saint-Eustache. En 1728, après le mariage de François, Montéclair vend sa participation pour 9000 livres. Après la mort de François en 1733, la boutique, dirigée par sa veuve, devient l'une des plus importantes maisons d'édition musicale Paris.

Montéclair abandonne l'enseignement vers 1735, mais conserve sa place dans l'orchestre de l'Opéra jusqu'au 1er juillet 1737, date à laquelle il reçoit une pension du roi.

Michel Pignolet de Montéclair, 1er concert à deux flûtes sans la basse.

Il ne s'est jamais marié. Au moment de sa mort (dans la maison de campagne du chevalier Paul de La Suze, à Domont), il vivait avec une nièce et un neveu au 16 rue des Marmousets (aujourd'hui rue Chanoinesse) sur l'Île de la Cité.

Il a composé dans dans la plupart des genres cultivés au début du XVIIIe siècle en France, à l'exception du clavier.

Écrits relatifs à la musique

Leçons de musique divisées en quatre classes en faveur des personnes qui commencent à aprendre et particulièrement des enfans avec un abrégé des principes nécessaires pour l'intelligence de chaque classe [...] par le S.r Montéclair

Méthode facile pour apprendre à joüer du violon avec un abrégé des principes de musique nécessaires pour cet instrument par M.r Montéclair de l'Académie Royale de musique

Nouvelle méthode pour apprendre la musique par des démonstrations faciles, suivies d'un grand nombre de leçons à une et à deux voix, avec des tables qui facilitent l'habitude des transpositions et la conoissance des différentes mesures [...] par M.r Montéclair

Principes de musique. Diviser en quatre parties. La première partie contient tout ce qui appartient à l'intonation; La Ie partie tout ce qui regarde la mesure et le mouvement. La IIIe partie la manière de joindre la paroles aux nottes et de bien former les agréments du chant. La IVre partie est l'abrégé d'un nouveau système de musique, par lequel l'auteur fair voir qu'en changeant peu de choses dans la manière de notter la musique, on en rendroit l'étude et la pratique plus aisées. Composez [...] par M.r de Montéclair

Petite méthode pour aprendre la musique aux enfans et même aux personnes plus avancées en âge. Composée par M.r Montéclair

1697, Sérénade ou concert divisé en trois suites de pièces pour les violons, flûtes et hautbois, composées d'airs de fanfares, d'airs tendres et d'airs champestres, propres à danser par Monsieur Montéclair.

1709, Premier livre de cantates pour une voix est instruments, contient 8 cantates : La fortune (voix, basse continue) sur un poème de Liébaux ; Le triomphe de la constance (voix, basse de viole, basse continue) sur un poème de Liébaux ; La badine (voix, clavecin ou viole, basse continue) ; Le dépit généreux (voix, violon ou flûte, basse continue) sur un poème de Liébaux ; Godimento e pena in amore (voix, basse continue) ; La mort de Didon (voix, violon, basse continue) ; Amante di bella donna (voix, basse continue) ; Le retour de la paix (voix, 2 violons , basse continue) sur un poème de Liébaux.

1709 (avant), Premier recueil de pièces en mMenuets tant anciens que nouveaux.

1709 (avant), Second recueil de pièces en menuets tant anciens que nouveaux.

1709 (avant), troisième recueil de pièces en mMenuets tant anciens que nouveaux.

1713, Cantates a une et a deux voix et avec sinfonie... Second livre qui contient six cantates françoises et une cantate italiene : L’amour vangé, Les syrènes, Le triomphe de l’amour, Pan et Syrinx, L’enlèvement d’Orithie, Pyrame et Thisbé, Il dispetto in amor.

1716, Les festes de l’été, opéra ballet, en un prologue et 3 (puis 4) entrées, sur un livret de Marie-Anne Barbier : Les jours d’été, Les soirées d’été, Les nuits d’été, Les matinées d’été, créées le 12 juin 1716 à Paris.

1716, Recueil d'airs sérieux et à boire des différents autheurs. Imprimé au mois de janvier 1716. Augmenté considérablement de differents Airs Manuscrits des plus habiles Maistres, des plus beaux Airs d'Opéra, de Cantates & Airs italiens & de Cantates françaises. On donnera tous les mois un pareil recueil. Bouteiller Pierre (1655?-1717?), Dagincourt François (1684-1758), Desfontaines Jean (1658?-175.), Dutartre Jean-Baptiste (16..-1749), Montéclair Michel de (1667-1737), Gervais Charles-Hubert (1671-1744), Villesavoye Paul de (1683-1760).

1720, Concerts [6] à deux flûtes traversières sans basses... Ces concerts dont les pièces sont les unes dans le goût françois et les autres dans le goût italien, ne convienent pas moins aux violons, violes et autres instrumens qu'aux flûtes traversières.

1724-1725, Concerts pour la flûte traversière avec la basse chiffrée, (Paris, Boivin).

1725, Le triomphe de la constance, cantate pour 1 voix et instruments.

1726, Exaltabor, motet (1726), perdu.

1726, Les vendanges, cantate.

1728, Cantates à une et à deux voix, les unes sans symphonie, et les autres avec symphonie, composées par M. Montéclair. Troisième livre qui contient 8 cantates françaises et une italienne : Les délices champestres, sur un texte de Dejan, L’heureux moment, Ariane et Bachus, Sur un arbrisseau sur un texte de J.-B. Rousseau, La bergère; Tircis et Climène, Le songe, Europe, Morte di Lucretia.

1730-1737, Nouvelles poésies spirituelles et morales sur les plus beaux airs de la musique françoise et italienne avec une basse continue.

1731, Second recueil des nouvelles poésies spirituelles et morales.

1731-1738, Les parodies du nouveaux théâtre italien.

1731-1736, Les parodies nouvelles et les vaudevilles inconnus.

1732, Jephté, Tragédie tirée de l'Écriture Sainte (texte de l'abbé Pellegrin), mise en musique... par Monsieur Montéclair. Représentée pour la première fois par l'Académie royale de musique le jeudi 28 février 1732 et remise au théâtre le prémier jeudi de carême des années 1733-173...

1732, tragédie lyrique, Jephté, livret de Pellegrin.

1734, Brunetes ancienes et modernes. Apropriées à la flûte traversière avec une basse d'accompagnement [...] recueil contenant douze suites qui peuvent aussy se jouer sur la flûte à, bec, le violon, haubois, et autres instruments (Paris, Boivin)

1765, Menuets tant anciens que nouveaux qui se dansent aux bals de l'Opéra. 1er Recueil contenant Cent et un menuets disposés en dix suittes...

1735, requiem.

1735 (vant), Canons à 8 voix, perdus.

1736 (avant), Diligam Te, pour 2 sopranos.

1736 (avant), In choris, pour 2 sopranos.

1736, Messe de Requiem, 1736, perdu.

1737, In exitu Israel, pour grand chœur.

1737, Nouvelles poésies morales sur les plus beaux airs de la musique françoise et italienne avec la basse.

1739, Credidi propter, pour 2 chœurs.

1740, Contre-dances et branles qui se dancent aux bals de l'Opéra ; pour les violons, flûtes, et hautbois, avec la basse.

1744, Le tribut de la toilette. Mélanges lyriques.

1755, Recueil de pièces, petits airs, brunettes, menuets … pour les flûtes traversières, violons, pardessus de viole.

s.d., O sacrum convivium, pour 2 solos et basse continue.

s.d., Properate huc, o populi, pour 2 sopranos, basse et chœur, 2 violons et basse continue.

s.d., Motets, pour 16 voix, perdu.

s. d., La fortune, cantate pour 1 voix et instruments.

s.d., 26 airs à une ou deux voix et basse continue.

s.d., Recueil de trio italiens et françois, pour 2 fûtes ou violons et basse continue.

s.d., Concerts (6), pour deux flûtes.

Bibliographie

BORREL EUGÈNE (1876-....), Notes sur l'orchestration de l'opéra Jephté de Montéclair. Dans « Revue Musicale » 1955.

BRIQUET MARIE, Deux motets inédits de Montéclair. Dans « Kongress Berricht », Cologne 1958.

LA LAURENCIE LIONEL DE (1861-1933), L'école française de violon (III). Paris 1924 ; Min-koff Reprint, Genève 1972.

MILLIOT SYLVETTE, Le testament de Michel Pignolet de Montéclair. Dans « Recherches sur la musique française » (8), A. et J. Picard, Paris, 1968.

PINCHERLE MARC (1888-1974), Elementary Musical Instruction in the 18th. Century. An Unknown Treatrise of Montéclair. Dans « The Musical Quarterly » (34) 1948.

PRICE CHARLES GOWER, The Codification and Perseverance of a French National Style of Instrumental Composition between 1687 and 1733: Montéclair's Sérénade ou Concert (1697) (thèse). Stanford University 1973 [174 p.]

SADIE JULIE ANNE, Montéclair, the viol player's composer. Dans « Journal of the Viola da Gamba Society of America » (15) 1978, p. 41-50.

VOILLARD ÉMILE, Essai sur Montéclair. Paris, H. Menu et Chaumont, Veuve Miot-Dadant 1879.

 

 Jean-Marc Warszawski
Dictionnaire des écrits relatifs à la musique
Novembre 1995-17 octobre 2018.

© Musicologie.org 2018.

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Jeudi 18 Octobre, 2018