musicologie

Actualités  Encyclopédie  Articles / études  Bibliothèque   Livres  Disques  Agenda Recherche  

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Martinelli Vincenzio
1702-1785

Né à Montecatini 1er mai 1702, mort à Florence 19 mai 1785.

Son père, Matteo di Vincenzio di Matteo est avocat et joue jusqu'en 1720 avec son frère Antonio un rôle important dans la vie locale.

Vincenzio Martinelli obtient son doctorat en droit civil et canonique de l'université de Pise en décembre 1723. Il se mêle à la vie intellectuelle de la Toscane, et ses anciens compagnons d'études, publie en 1729 à Venise une comédie, il Filizzio medico, dédicacée «  marquis Neri Maria Corsini, capitaine de la garde monté du grand-duc de Toscane », ambassadeur du grand-duc, neveu de Lorenzo Corsini élu pape le 12 juillet 1730, créé cardinal le 30 août 1730, ordonné en 1733. Parmi de nombreuses charges, il sera secrétaire de l'inquisition en 1740.

En 1739, Martinelli prend une part importante dans les mesures prises par Francis Étienne de Lorraine, grand-duc de Toscane et futur empereur des Romains, contre la franc-maçonnerie, après la bulle In eminenti apostolatus specula, décrétée par Clément XII, le 28 avril 1738. Elles conduisent, le 9 mai 1739, à l'arrestation de Tommaso Crudeli qui sera torturé pendant plus d'une année par les inquisiteurs. Ce qui consterne une partie de l'intelligentsia, dont Martinelli qui reste toutefois en relation avec Neri Maria Corsini.

Après Venise, il s'installe à Florence, ville internationale, où sous l'influence des Anglais, il rejoint la franc-maçonnerie. La loge a été créée en 1732 par le baron Philippe von Stosch et le naturaliste Antonio Cocchi. Les premiers membres sont anglais.

Il exerce certainement comme avocat. De Florence il gagne Naples où il a trouvé un emploi à la cour des Bourbons grâce à quelques appuis

Il rédige son premier ouvrage, Istoria critica della vita civile (publié à Londres en 1752, à Bologne en 1754 à son insu, à Naples en 1764, à Madrid en 1782).

Il ne se plaît pas à Naples, passe par Ferrare, Rome en 1746, et revient à Venise, accompagnant à Venise, comme secrétaire, le comte Giuseppe Finocchietti Fauloni, ambassadeur et ministre du roi de Cicile à Naples. Il est encore dans sa suite à Amsterdam en 1747.

Poussé par des amis, il décide de s'installer à Londres en 1748. Casanova, dans ses mémoires, relate une rencontre avec lui dans un café célèbre de Londres. Il se lie à des intellectuels, dont Charles Burney, fait jouer la solidarité maçonnique, pour faire avancer sa carrière.

Il publie en 1758 ses Lettere familiari e critiche à Londres, chez Giovanni Nourse qui publie également d'autres auteurs italiens. Il s'agit de 59 lettres écrites à l'attention d'amis italiens et anglais.

Après l'édition à Londres de son Il Decamerone di Giovanni Boccaccio cognominato Principe Galeotto, il est élu membre de la Royal Society of antiquarians.

Son Istoria d'Inghilterra (Histoire d'Angleterre) en trois volumes paraît en 1770-1773, avec beaucoup de difficultés, mais on lui reproche d'avoir tiré parti sans retenue des travaux de

Paul de Rapin de Thoyras et autres historiens.

Déçu, y compris par les changements politiques et sociaux provoqués par la guerre de Sept Ans, il retourne en Italie, à Florence, en 1775.

Il dédie au prince Corsini sa Storia del governo d'Inghilterra e delle sue colonie, publiée en 1776, qui doit beaucoup aux travaux de l'abbé Raynal. Cet ouvrage a été remarqué par le grand-duc de Toscane Pietro Leopoldo di Lorena, intéressé par les affaires américaines, qui lui commande une histoire de la famille des Medicis, à raison de 10 pièces d'or par mois. Là encore il emprunte largement aux auteurs, à Dante, à Machiavel, se perd dans des digressions et minimise la maison des Bourbons au profit des Medicis, et s'aliène ainsi la protection du grand-duc.

Il publie à Livorno une édition de La divina commedia.

Il meurt en laissant le manuscrit de l'Histoire des Medicis. Les deux premiers volumes sont conservés à la bibliothèque universitaire de Birmingham , les suivants dans une collection privée florentine.

Écrits relatifs à la musique

Lettere famigliari e critiche di Vincenzio Martinelli

 

Jean-Marc Warszawski
Novembre 1995-

texte
Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
▉ À propos - contact
▉ S'abonner au Bulletin
▉ Analyses musicales
▉ Cours d'écriture en ligne
▉ Petites annonces
▉ Téléchargements
▉ Presse internationale
▉ Universités françaises
▉ Collaborations éditoriales
▉ Soutenir musicologie.org

ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2016

Vendredi 11 Novembre, 2016 23:37