rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bio

S'abonner au bulletin

 

Giraud Suzanne

née en 1958

 

 

Née en 1958 à Metz, Suzanne Giraud étudie le piano, le violon, l'alto et l'écriture musicale au Conservatoire de Strasbourg puis entre au Conservatoire de Paris, d'où elle ressort diplômée en harmonie, contrepoint, analyse, orchestration, composition et direction d'orchestre.

Sa vocation pour la composition s'étant affirmée et tout en abordant l'écriture spectrale avec Hugues Dufourt et Tristan Murail, elle s'initie aux techniques informatique et acousmatique sur l'UPIC, au GRM et à l'IRCAM où elle réalise quelques séquences remarquées.

Elle étudie ensuite avec Franco Donatoni à l'Accademia Chigiana de Sienne, puis avec Brian Ferneyhough, aux cours d'été de Darmstadt.

Confirmée par un séjour de deux années à la Villa Médicis et récompensée de prix par la SACEM, l'UNESCO, la SIMC et l'Académie des Beaux-arts, elle reçoit d'importantes commandes de l'Ensemble Intercontemporain, de Radio-France, de l'Etat, de Musique Nouvelle en Liberté, du festival Musica de Strasbourg, du festival de Dresde et est invitée à Londres (Théâtre Almeida), à la Haye (Orchestre de la Résidence), à Budapest et à Manchester (sélections ISCM de 1986 et 1998), à Genève, Lausanne, Darmstadt, Cardiff, Sarrebruck et Salzbourg.

Sa musique de chambre culmine avec le deuxième quatuor à cordes, écrit pour le quatuor Arditti en 1997 et le trio pour soprano, clarinette et percussions, que l'ensemble Accroche-Note a interprété avec succès en France et à l'étranger.

Très familière des instruments à cordes, auxquels elle a dédié une oeuvre importante inscrite au répertoire de l'Orchestre de Chambre National de Toulouse, elle renoue en 1996 avec ses timbres de prédilection: les voix (Petrarca pour 6 voix mixtes) et l'orchestre (Ton coeur sur la pente du ciel, pour orchestre et To one in Paradise, pour mezzosoprano et orchestre).

L'expression lyrique, le climat d'émotion pure et les textures fines et décantées qui lui sont propres étaient déjà bien décelables dans La dernière lumière, créée par l'Itinéraire en 1985. On les retrouve très affirmés dans son concerto pour basson, interprété par Paul Riveaux et l'Ensemble Intercontemporain, sous la direction de David Robertson en 1993.

La peinture et la poésie sont pour elle des sources multiples d'inspiration, si l'on en juge par les titres de ses oeuvres et par son catalogue, riche, à l'heure actuelle, de plus d'une trentaine de pièces: L'offrande à Vénus, d'après Titien, Voici la lune, d'après Michel Leiris, La dernière lumière, sur des poèmes d'Ivan Goran Kovacic, La musique nous vient d'ailleurs, d'après Le seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien, Petrarca, sur des sonnets de Petrarque, To one in Paradise, d'après Edgar Poe et Bleu et ombre, dont elle a écrit elle-même le texte poétique.

Rebelle à toute influence véritable, mais fidèle à ceux qui l'ont accompagnée de manière significative dans son cheminement, Suzanne Giraud nourrit sa musique à l'architecture, à la peinture, à la poésie pour lesquelles elle invente inlassablement de nouvelles méthodes de transposition en musique, aidée en cela par son insatiable curiosité, par son constant éveil aux tendances actuelles tout en sachant les pondérer et par une évidente agilité technique et intellectuelle.

Catalogue des oeuvres

  • 1982-1986, Voici la lune, pour mezzo-soprano, flûte et piano  (S. Giraud)
  • 1983, Tentative-univers, pour 1 percussionniste (S. Giraud)
  • 1983, Homo homini lupus, pour 3 flûtes, 3 clarinettes et 2 contrebasses (S. Giraud)
  • 1983, Regards sur le jardin d'Eros, pour quatuor à cordes (S. Giraud)
  • 1984, Terre-essor, 3.2.3.2-4.2.3.3 perc., hp, pn, cordes 10.8.8.6.4 (Salabert)
  • 1984,   Ergo sum, pour flûte, cor anglais, cor, 3 perc., pn, 3 vl, 3 al, 2 contrebasses (S. Giraud)
  • 1985, La dernière lumière, pour soprano, fl, cl, cor, 2 perc., pn, vl, vcl (Salabert)
  • 1985, L'Offrande à Vénus, pour fl, cl, perc., hp, quatuor à cordes (Salabert)
  • 1987, Contrées d'un rêve, pour 2 fl, 2 cl, 2 tr, 1 tb, 2 perc, pn, cordes (Salabert)
  • 1987,   Promenade du soir, pour alto et piano (Billaudot)
  • 1988, L'aube sur le désir, pour 2 flûtes, harpe et trio à cordes (Salabert)
  • 1989, Fantasia, pour 2 hautbois, basson et clavecin (Salabert)
  • 1989,   Episode en forme d'oubli, pour clarinette, marimba et contrebasse (Salabert)
  • 1990, Le rouge des profondeurs, pour clarinette, cor, perc., synthétiseur, violon et violoncelle   (Salabert)
  • 1990,   L'oeil et le jour, pour 1 percussionniste (Salabert)
  • 1991, Crier vers l'horizon, concerto pour basson et ensemble (E.M.E.)
  • 1991, Le rivage des transes, pour 2 pianos et 2 percussionnistes (E.M.E.)
  • 1991, Trio à cordes (Salabert)
  • 1992,   L'âge de colère, pour 3 flûtes (E.M.E.)
  • 1993, Bleu et ombre, pour contrebasse ou pour voix et contrebasse (E.M.E.)
  • 1994,   Non, peut-être, pour orchestre à cordes (6.6.4.4.2) (E.M.E.)
  • 1995,  Comme un murmure amoureux, pour flûte, hautbois, cor et violoncelle (E.M.E.)
  • 1995,  La musique nous vient d'ailleurs, pour 10 instruments (1.1.1.1, cor, 2   vl, 1.1.1) (E.M.E.)
  • 1995,  oedipe (opéra inachevé), pour bar.b, 12 voix mixtes, ht, 2 cl, 2 bassons, 2 tr, 2 tb
  • 1995,  Orphée, pour flûte, hautbois et violoncelle (E.M.E.)
  • 1996, Envoûtements, pour violon (E.M.E.)
  • 1996, Petrarca, pour 2 sopranos, mezzo-soprano, ténor, baryton et basse (E.M.E.)
  • 1997, Envoûtements II, pour flûte en sol et marimba (E.M.E.)
  • 1997, Envoûtements III, pour soprano, clarinette basse et percussion (E.M.E.)
  • 1997, Envoûtements IV, pour quatuor à cordes (E.M.E.)
  • 1998, Ton coeur sur la pente du ciel, pour orchestre (2.2.2.2.2.2.1-1 perc. cordes) (E.M.E.)
  • 1999, To One in Paradise, pour mezzo-soprano et orchestre (2.2.2.2.2.2.1-2 4 perc.cel.hp. cordes (E.M.E.)
  • 1999, Zéphyr, pour piano (E.M.E.)
  • 1999, Décision/indécision, pour 14 instruments à vent et timbales (2.2.2.2.4-2 timb) (E.M.E.)
  • 1999, Eclosion, pour guitare (Jobert)
  • 2000, Elaboration, pour alto et piano (Jobert)
  • 2000-2001,   Jaffa, (2000-2001), cantate pour mezzo-soprano, ch¦ur à cinq voix (sopranos I et II, altos, ténors, basses) et orchestre (bois par 2, 4 cors, 2 tr, 2 tb, tb b, 3 perc, pn, cordes) (Jobert)
  • 2001, Envoûtements V, pour guitare et quatuor à cordes (Jobert)
  • 2001-2004, Le Vase de parfums, opéra  (Jobert) [création Nantes, Angers, Paris octobre 2004]
  • 2002, Duos pour Prades pour clarinette et violoncelle (Jobert)
  • 2002, Afin que sans cesse je songe pour flûte seule (Jobert)
  • 2002, Au commencement était le Verbe pour 12 voix et 6 percussionnistes (Jobert)
  • 2002, Qu'as-tu vu dans le vaste monde ?, concerto pour trompette piccolo et ensemble avec baryton obligé (0.2.0.2-0.1(pic2).0.0, 1 percu, org, 1-1-1-1-1) (Jobert)
  • 2002, Le bel été, cinq mélodies pour baryton et piano (Yves Bonnefoy) (Jobert)
  • 2003, Envoûtements VI, pour six percussionnistes (Jobert)
  • 2004, Concerto pour violoncelle et orchestre (Jobert)
  • 2004, Quatuor à cordes n° 3 " Peter Schlemihl " (Jobert)
  • 2004, De l'Hélice pour flûte et harpe (Jobert)

Discographie

01 / 115

 MFA - Radio-France
MFA 216037 (2001)

Enregistrements : Paris, Radio France
salle Olivier Messiaen, 24 septembre
1999 (a) ; Studio 103, 13 mai 2000 (d) ;
Studio 103, 13 septembre 2000 (c) ;
Studio 106, 15 février 2000 (e) ;
Studio 118, 15 février 2000 (b)

Suzanne Giraud
To one in Paradise (1999) (a)
sur un poème en anglais de Edgar Allan Poe
Envoûtements (1996) (b)
Envoûtements II (1996) (c)
Envoûtements III (1996) (d)
sur un poème en anglais de Jeremy Drake
Envoûtements IV (1996) (e)

Sylvie Sullé, mezzo-soprano (a) ; Clara Novakova, flûte (c) ; Jean Geoffroy, percussions (c) ; Irvine Arditti, violon (b) ; Ensemble Accroche-Note ( Françoise Kubler, soprano ; Armand Angster, clarinette ; Emmanuel Séjourné, percussions) (d) ; Quatuor Arditti (Irvine Arditti et Graeme Jennings, violons ; Dov Scheindlin, alto ; Rohan de Saram, violoncelle) (e) ; Orchestre Philharmonique de Radio France (a) ; Laurent Cuniot, direction (a)


Disques Triton, TRI 331136, 2005 

Musique française au féminin : Cinq compositrices.
Mel Bonis
Elsa Barraine
Claude Arrieu
Suzanne Giraud
Florentine Mulsant.

Ensemble Latitudes, Stéphanie Carne, clarinette.

1-5. Claude Arrieu, Quintette en ut (1955) — 6-8. Florentine Mulsant, Quatuor in Jubilo op. 22 (2002) — Mel Bonis, Suite dans le style ancien (1928, inédit) — Suzanne Giraud, Épisode en forme d'oubli (1989) — Elsa Barraine, Ouvrage de Dame (1937)

Liens

Le site de Suzanne Giraud : http://www.suzannegiraud.com

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2004

Jeudi 11 Décembre, 2014 14:55

musicologie.org