rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bioS'abonner au bulletin

 

 

Denis Jean

1600-1672

 

Appartient à une famille de facteurs d'orgues qui exerce au long de deux siècles (1520-1705). Élève de Florent Bienvenu. Il tient les orgues de Saint-Séverin à Paris

    Note : Florent Bienvenu (1567-1623), chanoine de Laôn et organiste à la Sainte Chapelle, ami de Titelouze - l'ensemble de son oeuvre ne nous est pas parvenu

Écrits relatifs à la musique

Traité de l'accord de l'epinette, avec la comparaison de son clavier à la musique vocalle

Éditions

  • Paris 1643 (1 exemplaire conservé)
  • Paris, Robert Ballard 1650. Augmenté en cette édition des quatre chapitres suivants: I. Traité des sons et combien il y en a. II. Traité des sons de l'église et de leurs esten-dues. III. Traité des fugues et comme il les faut traiter. IV. La manière de bien jouer de l'espinette et des orgues [...] Par Jean Denis, organiste de Saint Barthélémy et maistre faiseur d'instruments de musique (9 exemplaires conservés)
    • Localisations: F : Amiens, Bibliothèque municipale - Carpentras, Bibl. Inguimbertine - Paris, Bibliothèque de l'Arsenal - Paris, Bibliothèque Mazarine - Paris, Bibliothèque de France - Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève
    • US: Washington, D.C., Music Division, Library of Congress
  • Da Capo Press music reprint series, New York, Da Capo Press 1969 [xv-49 p., ill., fac-sim., mus., 24 cm, reprod. de l'éd. de 1650 conservée à Washington, Library of Congress, introd. par Alan Curtis]; 1987
  • traité de l'accord de l'espinette [...] Treatise on harpsichord tuning [...] translated and edited by Vincent J. Panetta, Jr. Cambridge; New York, Cambridge University Press v. 1987 [viii-128 p., ill., 24 cm]

Bibliographie

  • DUFOURCQ NORBERT (*1904), Lebègue. Paris 1954
  • LESURE FRANÇOIS (1923-2001), Les facteurs d'instruments de musique à Paris au XVIe siècle (thèse). École des Chartes, Paris 1950

Documents

Extraits

Le ton est consitué de deux demi-tons : 1 majeur et 1 mineur. La tierce mineure est constituée de deux demi tons majeurs et de un demi ton mineur. La tierce majeure est constituée de quatre demi tons: deux majeurs et deux mineurs. Le triton, fausse quinte, ton superflu, de deux tons et demi majeurs. Le clavier est la plus belle invention.. Six monosyllabes: ut, re, mi, fa, sol, la. Toute la différence distinguée par deux syllabes mi et fa, justement au milieu, comme voulant montrer que tout dépend de ces deux...

Pour exemple, Le C sol, ut, fa a une feinte qui est nommée la feinte C sol, do, fa (celle de E mi la porte le nom d'elle même…)

Est venu en cette ville de Paris un homme, lequel est fort docte es mathématiques, et croyant avoir trouvé un grand secret d'un accord arythmétique, qu'il a rencontré par les nombres, l'a préféré pour le bon et le meilleur que l'accord harmonique, dont je feray voir le contraire mon-trant que son accord ne vaut rien…

L'epinette est le plus parfait instrument de tous les instruments, ayant toutes ses cordes portant chacune son son, comme on peut montrer toutes les notes de la musique selon leurs degrés…

Les anciens accordèrent toutes les quintes justes qui est l'accord que cet homme nous présente... Et, venant à toucher, ils trouveraient que cet accord répugnait fort à leurs espérances et que les tierces majeures étaient trop fortes et si rudes que l'oreille ne pouvait les soufrir, et qu'ils ne trouvoient point de demi ton ni majeurs ni mineurs, estant plus faible que le majeur, et plus fort que le mineur, et que les cadences ne valaient rien, ne pouvant soufrir cette rudesse qui blessait si fort le sens de l'ouie qui donne le plus de plaisir à notre âme…

Quelques uns ont cru que c'était bien parlé que de dire feintes, les autres que c'était mieux de dire dièse. Mais elles ont toutes les deux noms, savoir du côté du demi ton majeur, faut dire dièse, et du coté du demi ton mineur la nommer feinte…

Mon maître était organiste de la Sainte Chapelle de Paris, et se nommait Florent le Bien Venu: Etant avec lui à son orgue, je lui fis cette demande: Monsieur, pourquoi touchez vous l'antienne de Magnificat d'un ton et le Magnificat d'un autre? Il me dit que pour le plain chant il le faisait pour la commodité des chanteurs, et pour le magnificat, le maître de céans m'a voulu assujetir à le toucher à sa commodité, ce que je ne voulus faire, et lui ay dit, vous voulez chanter à votre aise, et moi je veux toucher à la mienne; il viendra, ce me dit-il des hommes qui d'Italie, qui d'Allemagne, qui d'Espagne, que sais-je d'où, qui me viendront écouter, et entendront que je ne feray rein qui vaille, quand je toucheray aussi bien que pourrait faire un ange, pource que l'orgue est discordée de ces tons là…

 

Jean-Marc Warszawski
Novembre 1995-10 septembre 2006

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Mercredi 11 Février, 2015 22:35

musicologie.org