Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Carter Elliott
1908-2012

Eliott Carter

Né le 11 décembre 1908 à New York., mort le 5 novembre 2012 à New York.

Il apprend le piano à partir de l'âge de dix ans, comme tout enfant de bonne famille. Il entre en 1920 à la Horace Mann Hight School à  New York, une des écoles les plus renommées des  États-Unis.

Sa rencontre avec Charles Ives en 1924 suscite son intérêt pour la musique de son, temps. Après un voyage en Europe avec son père, il entre en 1926 à l'Université d'Harvard.

Il suit des cours de théorie musicale et de hautbois à la Longy School of Music, chante dans le Harvard Glee Club, se produit épisodiquement au piano.

Il compose sa première œuvre en 1928, My Love in in a light attire, pour voix et piano.

En 1930, il étudie la musique dans son Université, Harvard, et y obtient son diplôme de Bachelor of Arts, celui de Master of Arts en 1932.

Il gagne Paris pour y suivre l'enseignement de Nadia Boulanger.

Rentré à New York, il est, de 1936 à 1940, le directeur musical du Ballet Caravan.

Il collabore à la revue Modern Music, comme avec critique musical, et écrit des essais sur la musique et la vie musicale.

En 1939, il se marie avec Helen Frost-Jones, une plasticienne et critique d'art.

De 1939 à 1941, il enseigne la musique, les mathématiques et le grec ancien au Sant-John's College à Annapolis

Il est membre de la League of Composers, et l'American Composers Alliance.

En 1943, son fils Davi naît.

Après la guerre (pendant laquelle il est consultant musical à l'Office of War Information), il est membre de la Société Internationale de Musique Contemporaine, et enseigne aussi la composition au Peabody Conservatory de Baltimore, de 1946 à 1948.

Il se retire en Arizona, à Tucson, en 1950. En 1953, il remporte le Premier Prix du concours de composition de Liège, avec son Premier quatuor.

En 1955-1956, il enseigne au Queens College de New York.

En 1960, il reçoit le Prix Pulitzer pour son second quatuor, et de cette date à 1962, il enseigne à l'Université de Yale.

Il est invité en résidence à l'Académie américaine de Rome, en 1962 En 1964, il enseigne à la Juilliard School of Music.

en 1967-1968, il enseigne à la Cornell University. Il est de nouveau invité en résidence à l'Académie américaine de Rome, en 1968. Il est gratifié, 1971, de la Médaille d'or du National Institute of Arts and Letters pour la musique. En 1973, il reçoit une seconde fois le Prix Pulitzer pour son Troisième Quatuor.

En 1981, il reçoit le Ernst von Siemens Musikpreis (qu'on appelle parfois le « Prix Nobel de la musique » [voir].

En 1988, il est en France, Commandeur dans l'Ordre des Arts et des Lettres. En 1992, il est invité en résidence au Getty-Center de Los Angeles.

En 1995, il est invité en résidence au Getty-Center de Los Angeles.

En 1998, il reçoit le Prix Prince Pierre de Monaco.

Catalogue des œuvres

Bibliographie

Discographie

01 / 51
Carter
Concerto pour hautbois
Esprit rude / Esprit doux
A Mirror On Which to Dwell
Penthode
Heinz Holloger, hautbois ; Sophie Cherrier, flûte ; André Trouttet, clarinette ;  Phyllis Bryn-Julson. Ensemble InterContemporain, Pierre Boulez, dir. Enregistré en 1990, ERATO, ECD 75553 

01. Concerto pour hautbois ; 02. Esprit Rude/Esprit Doux ; A Mirror On Which To Dwell : 03. Anaphora; 04. Argument ; 05. Sandpiper ; 06. Insomnia ; 07. View Of The Capitol From The Library Of Congress ; 08. O Breath ; 09. Penthode

 

 02 / 52
Elliott Carter
The Works for Strings Quartet
Volume I, quartets 1 & 4
The Arditti String Quartet
Enregistré en 1988, Disques ETCETERA KTC 1065.

Sring quartet n° 1 (1951)
01- Fantasia Maestoso ; 02 - Allegro scorrevole ; 03 - Variations - String quartet n° 4 (1988, premier enregistrement : 04 - appassionata ; Scherzando ; Lento ; Presto

 

03 / 52
Elliott Carter
The Works for Strings Quartet
Volume II quartets 2 & 3
Elegy
The Arditti String Quartet
Enregistré en 1988, Disques ETCETERA KTC 1066

String quartet n° 2 (1959)
01.Introduction ; Allegro Fantastico ; Presto scherzando ; Andante ; Espressivo ; Allegro - 02 - String quartet n° 2 (1971) - 03. Elegy (1943)

 

04 / 52
Carter
Symphonia : Sum fluxae pretium spei
Concerto pour clarinette
BBC Symphony orchestra
Olivier Knussen dir.
Michael Collins, clarinette ; London Sinfonietta
Enregistré en 1999, Deutsche Grammophon 459 660

01-07. Concerto pour clarinette. 08-10. Symphonia : Sum fluxae pretium spei. Partita : Adagio tenebroso ; Allegro scorrevole

 

05 / 52
Night fantasies
Piano Sonata
Charles Rosen, piano
Disques ETCETERA KTC 1008 (1983-1988).

01 - Night fantasies (1980) ; 02 - Piano sonata (1946)

 

Documents

Elliott Carter fête ses 100 ans
Dépêche de l'Agence France Presse, 12 décembre 2008

Le compositeur américain Elliott Carter fêtait jeudi ses 100 ans, une journée qui devait être marquée par des concerts en hommage à l'un des plus grands artistes vivants des Etats-Unis à New York, Londres et Paris, selon le site internet www.carter100.com.

Elliott Carter a été décrit par le compositeur Aaron Copland, lui-même un des géants musicaux américains du 20e siècle, comme « l'un des artistes les plus éminents dans tous les domaines de la création ».

Le compositeur new-yorkais a écrit entre 1950 et 1995 cinq quatuors à cordes, forme classique par excellence qu'il a revisitée de manière radicale, avec une complexité rythmique qui est sa marque de fabrique. Le quatuor à cordes numéro 2 lui a valu deux prix Pulitzer en 1960.

Son double concerto pour clavecin, piano et deux orchestres de chambre de 1961 et son concerto pour piano de 1967 ont été qualifiés de « chefs-d'oeuvre » par le compositeur russe Igor Stravinsky.

Elliott Carter est aussi lauréat du prix allemand Ernst von Siemens et a été fait Commandeur dans l'Ordre des Arts et des Lettres par la France, où il a travaillé entre 1932 et 1935, auprès de Nadia Boulanger à l'Ecole normale de Paris.

Mais il ne s'est jamais reposé sur ses lauriers. Il a ainsi composé neuf nouvelles pièces en 2007 et prévoyait d'en composer sept d'ici la fin de cette année.

Liens

Médiathèque de l'IRCAM :
http://brahms.ircam.fr/composers/composer/737/

Stephen Soderberg, … the way it all goes along: A tribute to Elliott Carter. Dans le site de la Library of Congress, Washington :
http://lcweb2.loc.gov/diglib/ihas/loc.natlib.ihas.200155900/default.html

Dans le site de l'éditeur G. Schirmer :
http://www.schirmer.com/composers/carter_bio.html 

Jean-Marc Warszawski, 2002
Révision 13 décembre 2008
Révision 6 novembre 2012
Révision du miroir de page, 4 novembre 2017

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact

S'abonner au Bulletin

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org

Dimanche 5 Novembre, 2017