rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bio

S'abonner au bulletin

 

 

Bruneau Alfred

1857-1934

 

|| catalogue des oeuvres || œuvres littéraires || bibliographie || discographie ||

 

 

Bruneau Louis Charles Bonaventure Alfred, né le 3 mars 1857 à Paris (baptisé le 29 avril dans la paroisse de Saint-Laurent), mort à Paris le 15 juin 1934.

Son père,Louis Bruneau (1822-1892), originaire de Niort, violoniste, fonde l'Union Internationale des Compositeurs en 1884 ; il est un temps éditeur de musique (1888). Sa mère, peintre, mais aussi pianiste, fut une élève de Corot.

Dans une notice biographique destinée à l'Académie des Beaus-Arts, Bruneau écrit :

    Né à Paris en 1857. Pour faire des trios avec son père et sa mère dont l'un jouait du violon et l'autre du piano, commence à dix-sept ans l'étude du violoncelle...

    [3 feuillets manuscrits, destinés au service des renseignements de l'Académie des Beaux-Arts, Dossier Bruneau, Rés. Vm. Dos. 23, Bibliothèque nationale de France, département de la musique]

En réalité, il aurait commencé l'étude du violoncelle à l'âge de 13 ans. Il est admis dans la classe le Franchomme au Conservatoire national de Paris le 28 octobre 1873.

Il obtient, le 29 juillet 1874, le second prix de violoncelle. Arthur Pougin, qui relate le coucours pour « Paris journal » du 31 juillet note :

    Je ne vois pas trop quant à moi, la distance qui sépare le second prix de M. Bruneau du premeir prix de M. Gillet, et je suis bien près de condidérer M. Bruneau comme le meilleur de tous les concurrents.

Il se représente au concours de 1875, mais n'obtient aucun prix. Enfin, il obtient le premier prix au concours de 1876. Il est violoncelliste dans l'orchestre des concerts Pasdeloup, puis range rapidement et définitivement son instrument.

En 1876, il intègre la classe d'harmonie de Savart, suit les cours de compositions de Jules Massenet, il est est également élève de César Granck.

Il se présente une première fois au concours du prix de Rome en 1880, y obtient un accessit en 4e place.

Il se représente l'année suivante, en 1881, où aucun premier prix n'est décerné. Il obtient le second grand prix avec sa cantate Geneviève. Il adhère la même année à la Société des compositeurs.

Il crée son premier opéra, Kérim en 1887 au Théâtre-Lyrique de Paris. Il fait la connaissance d'Émile Zola en 1888, qui marque le début d'une profonde amitié entre les deux hommes.

La même année il est correcteur chez l'éditeur de musique Hartmann. Il assure des chroniques musicales pour la  Revue indépendante (1889-1890) et continuera plus tard dans le Gil Blas (1892-1895) ; le Figaro (1895-1901) ; la Grande Revue (1902) ; le Matin (1904-1907 et 1909-1933).

En 1891 il présente Le Rêve et en 1893 L'Attaque du moulin à l'Opéra comique d'après des romans d'Émile Zola et des livrets de Gallet.

En 1897, Zola livre le texte de Messidor créé à l'Opéra de Paris, avec la nouveauté de mélanger poésie et prose non mesurée.

Chargement de la vidéo

Messidor, « L'or de l'Ariège ». Extrait
Orchestre Musica d'Oc, sous la direction de Miles Clery-Fox, mise en scène, Ruben Velasquez
Nadia Yermani (Véronique),
Laurent Labarbe (Mathias),
Alain Chilemme (Guillaume).
Enregistré en septembre 2009, Amphitheatre du Carla-Bayle.

De 1903 à 1904 il est directeur musical de l'Opéra-Comique, en 1905 membre du Conseil supérieur du Conservatoire de Paris, en 1909 inspecteur général de l'enseignement musical.

Il voyagea en Belgique, en Allemagne, en Angleterre, en Russie où il est envoyé en 1901 par le gouvernement français. Il est élu à l'Académie des Beaux-Arts en 1925 en remplacement de Paul Dukas.

Par le choix de ses livrets, son intimité et collaborations avec Zola, on ne peut douter de l'adhésion de Bruneau au Naturalisme.

Reste à savoir ce que cela peut vouloir signifier en musique. Le choix des personnages populaires pour ses pièces lyriques, leurs apparitions en costume de ville, l'emploi de la prose non mesurée et du parlé-chanté sont des choses nouvelles. Sa musique reste dans la tradition tonale, avec un emploi de la modalité dans des orchestrations rutilantes où bien souvent les emplois traditionnels respectifs des cordes et des cuivres sont inversés.

Catalogue des œuvres musicales

  • 1878, 2 Morceaux de genre (chant, musique de chambre, texte de Girod)
  • 1879, 5 Mélodies (texte de F. Coppée, L. Adrien, G. Chezol, éd., Girod 1880)
  • 1881, Mélodies de jeunesse (textes de Ronsard, C. Hugues, J. Richepin, P. Bourget, A. Silvestre, R. Rousseil, T. Gautier, éd. Choudens, 1903)
  • 1882-1884, 2 Mélodies pour 1 voix (textes de H. Lavedan, éd. Hamelle 1885)
  • 1882, 3 Mélodies (textes de J. Richepin, H. Lavedan, éd., Bruneau & Cie, 1889)
  • 1882, Léda (chant et orchestre, texte de H. Lavedan)
  • 1883, Ouvertüre héroïque (pour orchestre)
  • 1884, La Belle au bois dormant (orchestre) (éd. Choudens 1902)
  • 1884-1888, Requiem (éd. Dupont 1895
  • 1884, Penthésilée chant et orchestre, texte de Catulle Mendès, éd. Choudens 1892)
  • 1885-1886, Kérim, opéra en 3 actes. Livret de Paul Milliet et Henry Lavedan. Création le 9 juin 1887
  • 1886, Nuit de mai (chant, musique de chambre, texte d'A. de Musset)
  • 1887, Enoch & Costallat
  • 1888, Les Bacchantes (ballet) 1888, création Paris 1912, éd. Choudens 1912
  • 1890, Le Rêve, drame lyrique en 4 actes. Livret de Louis Gallet d'après Émile Zola. Création le 18 juin 1891 à l'Opéra comique (Paris) éd. Choudens 1891
  • 1891, Les Lieds de France (textes de Catulle Mendès, éd. Choudens, sans date)
  • 1892-1893, L'Attaque du moulin, drame lyrique en 4 actes. LIvret de Gallet d'après Émile Zola. Création le 23 novembre 1893  à l'Opéra comique ( Paris), éd. Choudens 1893
  • 1892, 3 Lieds de France (textes de Catulle Mendès, éd. Dupont 1896)
  • 1894-1912, 6 Chansons à danser (textes de Catulle Mendès, éd. Choudens 1895)
  • 1894-1896, Messidor, drame  lyrique en 4 actes. Livret d' Émile Zola. Création le 19 février 1897 à l'Opéra de Paris, éd. Choudens 1897
  • 1897-1900, L'Ouragan, drame lyrique en 4 actes. Livret d'Émile Zola. Création le 29 avril 1901  à l'Opéra comique ( Paris), éd. Choudens, 1901
  • 1901, Fantaisie (cor et piano, Choudens 1901)
  • 1902, L'Enfant roi, comédie lyrique en 5 actes. Livret d'Émile Zola. Création le 3 mars 1905  à l'Opéra comique ( Paris), éd. Choudens 1905
  • 1903, Lazare, drame lyrique en 1 acte. Livret de Bruneau d'après Émile Zola. Création le 20 mai 1954 à Radio France ; 1986, Cathédrale Saint-Matthieu de Washington.
  • 1904-1905, La Faute de l'abbé Mouret (musique de scène), pour le texte d'Émile Zola, création à Paris, théâtre de l'Odéon en 1907, éd. Choudens 1907
  • 1905, L'Enfant roi, Comédie lyrique en cinq actes sur un texte d' Émile Zola. Créé au Théâtre national de l'Opéra-Comique de Paris le 3 mars 1905 sous la direction de d'Albert Carré
  • 1906, N aïs Micoulin, drame lyrique en 2 actes. Livret d'Alfred Bruneau d'après Émile Zola. Création le 2 février 1907 à Monte-Carlo, éd. Choudens 1907
  • 1908-1916, Les Quatre Journées, conte lyrique en 4 actes. Livret d'Alfred Bruneau d'après Émile Zola. Création le 25 décembre 1916  à l'Opéra comique de Paris, éd. Choudens, 1916
  • 1911-1912, Les Chants de la vie (textes de Saint-Georges de Bouhélier, F. Gregh, H. Bataille, éd. Choudens 1913)
  • 1913, L'Amoureuse leçon ( voir: 6 Chansons à danser), création Paris 1913, éd. Choudens 1913
  • 1913-1921, Le Jardin du Paris, conte lyrique en 4 actes. Livret de Robert de Flers et Gaston Armand de Caillavet d'après Hans Christian Andersen. Création le 29 octobre 1923 à l' Opéra de Paris, éd. Heugel 1925
  • 1915, Le tambour. (chant et orchestre, texte de Saint-Georges de Bouhélier). Création en 1916 à l'Opéra de Paris.
  • 1915-1916, Le Chant du drapeau (chant et orchestre, texte de M. Boukay, éd. Choudens 1915-1916)
  • 1917-1919, Le Roi Candaule, comédie lyrique en 4 actes. Livret de Maurice Donnay. création le 1 décembre 1920  à l'Opéra comique de Paris, éd. Choudens 1920-1922
  • 1917, Le Navire (chant et orchestre, texte de R. Puaux, éd. Choudens, 1917)
  • 1922-1927, Chants antiques (textes de André Chênier, éd. Heugel 1928)
  • 1922-1927, Chansons d'enfance et de jeunesse (textes de M. Desbordes- Valmore, éd., Heugel 1928)
  • 1927, Angelo, tyran de Padoue, drame lyrique en 5 actes. Livret de Charles Méré d'après Victor Hugo. Création le 16 janvier 1928  à l'Opéra comique de Paris, éd. Heugel 1928
  • 1928-1930, Virginie, comédie lyrique en 3 actes. Livret d'Henri Duvernois. Création le 7 janvier 1931 à l'Opéra de Paris, éd. Heugel 1930
  • 1932, Plein air (textes de Théophile Gautier, éd., Heugel 1933)
  • 1933, 2 Chansons ou quatuors vocaux (textes de M. Desbordes- Valmore, éd., Heugel 1933)

Œuvres littéraires

  • Musiques d'hier et de demain (collection de critiques). Fasquelle, Paris 1900
  • La Musique française (compte rendu d'exposition, collection de critiques, faits d'histoire). Fasquelle, Paris 1901 [trad. allemande, M. Graf, Geschichte der französische Musik. Berlin 1904]
  • Musiques de Russie et musiciens de France (compte rendu de son voyage en Russie). Fasquelle, Paris 1903 [trad. allemande, M. Graf, Die russische Musik. Berlin 1905)
  • La Vie et les oeuvres de Gabriel Fauré. Fasquelle, Paris 1925
  • A l'ombre d'un grand coeur (Émile Zola). Fasquelle, Paris 1932
  • Massenet. « Les Grands musiciens par les maîtres d'aujourd'hui» (6), Delagrave, Paris 1935

Bibliographie

  • Les manuscrits autographes d'Alfred Bruneau, ainsi que de nombreux documents légués par Madame Bruneau, sont conservés au département de la musique de la Bibliothèque Nationale de France à Paris
  • BOSCHOT A., La vie et les oeuvres d'Alfred Bruneau. Paris 1937
  • HERVEY A., Alfred Bruneau.  «Living masters of music», London, 1907 [trad. française par S. Salières, dans «L'Ouest- Artiste» (1907-1908)]
  • SÉRÉ O. (J. Poueigh), Musiciens français d'aujourd'hui. Paris 1921, p. 53-66 ; 416-419
  • WALLON SIMONE, Chronologie des oeuvres d'Alfred Bruneau. Dans «Revue de musicologoie» (29), 1947
  • Dictionnaire national des contemporains : contenant les notices des membres de l'Institut de France, du gouvernement et du parlement français, de l'Académie de médecine..... sous la dir. de C.-E. Curinier. Office général d'édition de librairie et d'imprimerie, Paris, 1899-1919, (3), p. 161

Discographie

Alfred Bruneau
Messidor (ouverture du 4e acte
La Légende de l'or)
Naïs Micoulin (prélude)
L'Attaque du moulin (suite d'orchestre)
Orchestre Philarmonique de Rhénanie-Palatinat
James Lockhart dir.

Enregistré en 1989 et 1991, Naxos 8 550888 (1993)

Messidor : 01 Entr'acte symphonique pour le 4e acte ; 02 La Légende de l'or (ballet, 3e tableau). Naïs Micoulin : 03 Prélude. L'Attaque du moulin (suite d'orchestre) : 04 Prélude et Lied ; 05 La Guerre, la forêt ; 06 Les fiançailles au Moulin

 

Bruneau
Émile Zola
Requiem
Lazare
Orchestre National d'Île de France
Choeur Vittoria d'Île de France (Michel Piquemal)
Jacques Mercier dir.

Françoise Pollet, soprano ; Mary Saint-Palais, soprano ; Sylvie sullé, mezzo-soprano ; Jean-Luc Viala, ténor ; Laurent Naouri, baryton-basse.
Enregistré en 1994, Adès 204512 (1996)

1. Requiem & Kyrie ; 2. Dies Irae & Tuba Mirum ; 3. Quid sum Miser & Rex Tremendae ; 4. Recordare ; 5. Oro Supplex & Lacrymosa ; 6. Hostias ; 7. Sanctus ; 8. Agnus Dei ; 9. Et Lux Perpetua ; 10. Lazare (Poème lyrique d'après Émile Zola) ;

Documents

L'heureux vagabond
Texte de Catulle Mendès mis en musique par Bruneau

Je m'en vais par les chemins, lirelin, et la plaine,
Dans mon sac j'ai du pain blanc, lirelan,
et trois écus dans ma poche;
J'ai dans mon coeur fleuri, (chante, rossignol, chante si je ris!)
j'ai dans mon coeur joli, lireli, ma mie!

Un pauvre sur le chemin, lirelin, un pauvre homme,
m'a demandé mon pain blanc, lirelan.
"Pauvre, prends toute la miche!
J'ai dans mon coeur fleuri (chante, rossignol, chante si je ris!)
j'ai dans mon coeur joli, lireli, ma mie!"

Un voleur sur le chemin, lirelin,
dans ma poche m'a volé mes trois écus, lirelu.
"Voleur, prends la poche aussi!
J'ai dans mon coeur fleuri (chante, rossignol, chante si je ris!)
 j'ai dans mon coeur joli, lireli, ma mie!"

Je m'en vais mourir de faim, lirelin, dans la plaine.
Plus de pain blanc ni d'écus, lirelu.
Mais qu'importe si, toujours
j'ai dans mon coeur pleurant, (chante, rossignol, chante en soupirant!)
j'ai dans mon coeur mourant, lirelan, ma mie! 

Jean-Marc Warszawski
2002-2005

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Mardi 6 Septembre, 2016 18:42