bandeau texte musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda Abonnement au bulletin . Analyses musicales. Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir
  rss

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte : la musique instrumentale en Bohème et Moravie au temps de Mozart et de Haydn.

La musique instrumentale de Josef Mysliveček (1737-1781)

Ne serait-ce que parce que Mozart appréciait son talent, cet autre Bohémien, qui se consacra surtout à la musique vocale (opéras et oratorios), mérite mieux qu’une mention marginale. Il eut de plus une existence bien singulière : tout en menant de sérieuses études musicales, il commença par embrasser la profession paternelle, celle de meunier, puis, ayant opté pour une carrière de compositeur, il se rendit à Venise en 1763 pour se perfectionner dans le domaine de l’écriture lyrique. Pendant une quinzaine d’années, pour ce musicien qui sera bientôt surnommé « Il divino Boemo »,  les succès vont se multiplier sur les scènes italiennes, parallèlement aux aventures amoureuses qui, hélas, seront à l’origine de sa perte.

Atteint par la syphilis, il se laissera tenter par une intervention chirurgicale dont il sortira défiguré. Dès lors, rejeté et détesté par tous, il vivra une sorte de descente aux enfers et mourra à Rome dans la pauvreté la plus noire.

Ce qu’il a laissé au répertoire instrumental (de brèves symphonies, quelques concertos pour violon, des octuors pour vents, des quatuors pour cordes, des trios pour diverses nomenclatures ainsi que des sonates) représente peu de chose comparé à sa musique vocale, mais, aussi modestes soient-elles, ces œuvres nous donnent à entendre une musique inspirée, parfois même étonnamment expressive, dans laquelle on a souvent l’impression de retrouver l’aisance technique, le foisonnement mélodique et le charme juvénile du Mozart des années 1770.

Josef Mysliveček, Octuor à vents no 1 en mi♭ bémol majeur, II. Larghetto un poco sostenuto, par l’Orfeo Bläserensemble sous la direction de Carin van Heerden.

Josef Mysliveček, Concertino no 1, en mi♭majeur, par le Concerto Köln, sous la direction de Werner Ehrhardt

 

Josef Mysliveček, Symphonie IV, en re majeur, par l’Orfeo Barockorchester, sous la direction de Michi Gaigg.

 

Josef Mysliveček, Concerto pour violon, en ut majeur, par Valentin Zhuk et la Camerata Amsterdam.

 

Biographie de Josef Mysliveček

 

plumeMichel Rusquet 19 mai 2019

 

musicologie.org
 rss

 

 

 

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

bouquetin

Lundi 20 Mai, 2019 13:16