bandeau texte musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda Abonnement au bulletin . Analyses musicales. Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir
  rss

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte : la musique instrumentale en Bohème et Moravie au temps de Mozart et de Haydn.

La musique instrumentale de Leopold Kozeluch (1747-1818)

Kotzeluch, Koželuh, Leopold (Jan Antonín, Ioannes Antonius)

Originaire de Bohème, formé à Prague où il fit également son droit, ce compositeur (à ne pas confondre avec un autre Kozeluch, son cousin Johann Antonin, de neuf ans son aîné) n’opta qu’assez tard pour la carrière musicale. « Monté à Vienne » en 1778, il s’y fit une place enviable comme pianiste, pédagogue, compositeur, puis comme éditeur. Professeur de musique à la cour impériale, il prit la suite de Mozart en tant que Konzertmeister de la chambre et compositeur de la cour, et conserva ce poste jusqu’à sa mort.

Dans les années 1780 et 1790, il fut un des principaux promoteurs du pianoforte à Vienne, aussi bien comme compositeur que comme pédagogue, mais il s’illustra également par ses symphonies, ses quelques quatuors à cordes et ses nombreux trios avec piano. Certes, il est aussi resté dans les annales pour son esprit  peu confraternel qui lui a valu l’inimitié de Mozart et de Beethoven. On sait en particulier que ce dernier alla jusqu’à le qualifier de « miserabilis », mais le grand homme ne faisait en l’espèce qu’exprimer son dépit de s’être vu préférer un concurrent pour l’adaptation de chansons écossaises.

En fait, à en juger par ce qu’on connaît de sa production, ce musicien était loin d’être un médiocre et sa popularité dans la Vienne de l’époque n’était pas usurpée. D’une manière générale, sa musique a beaucoup d’éclat et de séduction, et, du moins dans certains genres comme la symphonie et la sonate pour piano, il lui arrive de s’exprimer de façon personnelle et avec de beaux accents préromantiques. Dans certaines de ses sonates, en particulier celles en mineur, son art invite à des rapprochements avec Clementi et Haydn, et il n’est pas rare d’y trouver des traits annonçant Beethoven.

Leopold Kozeluh, Sonate pour piano opus 38 no 3, I. Allegro agitato, par Anna Petrova-Forster.

 

Leopold Kozeluh, Symphonie en ut majeur, opus 24 no 1, I. Poco adagio-Allegro, par le Concerto Köln, sous la direction de Werner Ehrhardt.

 

Leopold Kozeluh, Symphonie en si bémol majeur « L’irresoluto », II. Adagio, par le Concerto Köln.

 

Leopold Kozeluh, Symphonie en la majeur opus 24 no 2, IV. Finale- Prestissimo, Orchestre de Chambre de Pardubice, sous la direction de Marek Stilec.

 

plumeMichel Rusquet 19 mai 2019

 

musicologie.org
 rss

 

 

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

bouquetin

Dimanche 19 Mai, 2019 2:39