bandeau texte musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir . rss

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte : La musique instrumentale en Italie au temps de Mozart et de Haydn.

Les quintettes pour guitare et cordes de Luigi Boccherini

Sonates pour violoncelle et basse continueTrios à cordesQuatuors à cordesQuintettes à cordesQuintettes pour piano et cordesQuintettes pour flûte (ou hautbois) et cordesQuintettes pour guitare et cordesŒuvres diverses de chambre.

Nous disposons de huit quintettes avec guitare, répertoriés G 445-451 et G 453, qui résultent tous de transcriptions d’œuvres antérieures réalisées par Boccherini en 1798 et 1799. Pour ce faire, le musicien a surtout puisé dans ses quintettes avec piano, mais aussi dans ses quintettes et quatuors à cordes, et même dans un de ses quintettes avec hautbois ou flûte, n’hésitant pas, dans certains cas, à réaliser un patchwork à partir de deux ou trois originaux différents. Outre l’attrait de la rareté des œuvres associant guitare et archets, il faut reconnaître que ces transcriptions, bien qu’inégalement passionnantes, justifient la popularité qu’elles se sont acquise.

Dans le lot, la palme revient au quatrième en re majeur (G 448), dit « du Fandango » : de sa merveilleuse pastorale à son enivrant finale, plein de fuego et de furia hispaniques, ses trois mouvements, issus des quintettes à cordes opus 10 no 6 et opus 40 no 2, sont remarquables.

D’une belle variété de climats et plein de caractère, le premier en re mineur (G 445), intégralement transcrit du quintette avec piano opus 57 no 4, mérite vraiment le détour, de même que le sixième en sol majeur (G 450), l’un et l’autre offrant d’ailleurs des mouvements lents d’un lyrisme chaleureux. Et une mention toute spéciale s’impose pour le tout dernier en ut majeur (G 453), largement réalisé à partir du quintette avec piano opus 56 no 3 (avec à la clé un andantino puissamment expressif), et qui, après un allegretto plein d’entrain et de séduction, reprend comme finale, avec l’éclat qu’on imagine, la fameuse Ritirata di Madrid et ses douze variations.

Luigi Boccherini, Finale « Fandango » du G 448 (avec castagnettes…), par Jordi Saval et Le Concert des Nations.

 

Luigi Boccherini, Quintette en ut majeur G 453 (II. Andantino), par Tatrai Quartet, sous la direction de Laszlo Szebdrey-Karper.

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

bouquetin

Dimanche 17 Mars, 2019 17:55