bandeau texte musicologie

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda Abonnement au bulletin . Analyses musicales. Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

rss

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte : la musique instrumentale en Espagne au temps de Mozart et de Haydn.

L'œuvre de Manuel Blasco de Nebra (1750-1784)

Aussi confidentiel soit-il, voici un nom qui compte dans la musique de clavier espagnole d’après Scarlatti. « Loué par ses contemporains, aussi bien à l’orgue qu’au clavecin et au pianoforte, pour le raffinement, le brio et l’expression de son jeu, ce Sévillan disparaît à l’âge de trente-quatre ans, ne laissant que douze sonates et six pastorales pour clavier manuscrites, ainsi que six Sonatas para clave y fuerte piano parues à Madrid comme opus 1 en 1780.

Fortement influencées, quoique indirectement, par Scarlatti, ces sonates bipartites, très exigeantes pour l’interprète, séduisent par la vitalité et la singularité de leur inspiration, la profusion thématique allant de pair avec une harmonie souvent dissonante et dense. Les pastorales réalisent une ingénieuse fusion entre des éléments populaires, au rythme complexe, et un développement motivique savant, très imaginatif dans le traitement du clavier. »1

Des six sonates de l’opus 1, on chérira tout spécialement la cinquième en fa♯mineur, la plus remarquable à tous les points de vue, mais toutes ou presque « méritent d’être définitivement sorties de l’ombre ; ce ne sont pas de simples divertissements ou des exercices d’école ; leur vigueur, leur saveur les détachent du lot ordinaire ; d’innombrables reliefs harmoniques, à grand renfort d’appogiatures, un habile maniement digital, une vaste ouverture du clavier […] leur conférent un attrait particulier. On peut y voir un prolongement, rapaisé, de Scarlatti ; mais plus souvent on croira y entendre un Philipp Emanuel Bach, parfois un Mozart, auxquels l’Espagne aurait donné tantôt de l’âpreté, tantôt cette grâce coquette, ce garbo que Granados se fera fort de retrouver un siècle plus tard. »2

Manuel Blasco de Nebra, Sonate opus 1 no 5 en fa♯mineur, par Pedro Piquero.

 

Manuel Blasco de Nebra, Sonate VI en mi majeur par Josep Colom.

 

Manuel Blasco de Nebra, Pastorela no 6, en mi mineur, par Josep Colom.

Notes

1. Ramin Philippe, dans « Diapason » (n°511), février 2004.

2. Sacre Guy, La musique de piano. Robert Laffont, Paris 1998, p. 444.

 

 

plumeMichel Rusquet
13 juillet
2019

 

musicologie.org
 rss

 

 

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

bouquetin

Samedi 13 Juillet, 2019 15:57