bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte : la musique instrumentale en Allemagne de Beethoven à Schubert.

La sonate opus 54 (no 22) de Ludwig van Beethoven

Les sonates pour piano : Opus 2, nos 1, 2, 3 - Opus 7 - Opus 10 - Opus 13 - Opus 14 - Opus 22 - Opus 26 - Opus 27 - Opus 28 - Opus 31 - Opus 49 - Opus 53 - Opus 54 - Opus 57 - Opus 79 - Opus 81a - Opus 90 - les cinq dernières sonates (opus 101, 106, 109, 110, 111).

Le temps est venu de réhabiliter cette autre sonate de 1804 – l’opus 54 en fa majeur-, même si, par beaucoup d’aspects, dont une concision extrême et une structure en deux mouvements totalement hors normes, elle a de quoi déconcerter. En fait, cette œuvre paie un lourd tribut à « son étrange originalité : le faux menuet qui la commence, l’imperturbable toccata qui la conclut, l’absence de mouvement lent. Certains y voient, à tort, une œuvre restée à l’état d’ébauche, livrée trop vite à un éditeur pressé […]. Donnons, nous autres, une place de choix à ce pur caprice de l’imagination. »67 L’auditeur attentif et dépourvu d’a priori trouvera en effet beaucoup à admirer dans le premier mouvement « In tempo di menuetto » qui, avec une imagination sans cesse renouvelée, tourne ouvertement le dos aux conventions et saisit par les soudains contrastes entre son thème-refrain et son énergique thème-couplet. Et, plus encore, il devrait faire ses délices du second mouvement. « Dans son perpetuum mobile de doubles croches, l’Allegretto final est l’un des plus intelligents, des plus stimulants mouvements de Beethoven. Une toccata, un exercice scarlattien à deux voix, d’une efficacité étonnante, à partir d’un seul thème. Les harmonies fraîches et inventives, la grâce des modulations, l’humour partout répandu, et par-dessus tout le plaisir digital qu’on y prend, couronné par l’emballement de la dernière page (più allegro), auraient dû asseoir davantage son renom, et avec lui celui de la sonate tout entière. »68

Ludwig van Beethoven, Sonate opus 54 en fa majeur, II. Allegretto, par Sviatoslav Richter, enregistrment en public.

 

 

plumeMichel Rusquet
18 septembre
2019

 

musicologie.org
 rss

 

 

 

 

Notes

67. Sacre Guy, La Musique de piano, Robert Laffont, Paris 1998, p. 349-350.

68. Ibid., p.350.

 

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

bouquetin

Mercredi 18 Septembre, 2019 0:17