musicologie

Paris, cathédrale Saint-Louis des Invalides, 24 mai 2019 —— Jean-Marc Warszawski.

L'Orchestre symphonique de la Garde républicaine et Lluis Claret, sous la direction de François Boulanger aux Invalides

Cathédrale Saint-Louis des Invalides, 23 mai 2019, l'Orchestre de la Garde républicaine. Photographie © musicologie.org.

Dans le cadre d’un cycle sur la musique espagnole et d’une exposition consacrée à « Pablo Picasso et la guerre », le Musée de l’Armée organisait un concert jeudi 23 mai à la Cathédrale Saint-Louis  des Invalides, avec L’Orchestre symphonique de la Garde républicaine et le violoncelliste Lluis Claret, sous la direction de François Boulanger.

Dans ce temple aux gloires militaires, la remarquable présentation de Christine Helfrich, conservatrice du Musée de l’Armée et responsable des programmes musicaux, mettant l’accent sur les horreurs de la guerre dans l’œuvre de Picasso (La Guerre, Guernica) et son l'engagement humaniste du peintre pour la paix dont il fit un symbole avec sa célèbre colombe stylisée, avait des accents émouvants.

Cathédrale Saint-Louis des Invalides, 23 mai 2019, Christine Helfrich en présentatrice. Photographie © musicologie.org.

En ouverture, l’orchestre a joué la première danse espagnole extraite de La vida breve, de Manuel de Falla, œuvre lyrique composée en 1905, créée à Nice 1913, aux amples mélodies colorées d’Andalousie que nous avons tous dans l’oreille. Après cette chaleureuse entrée en matière enlevée, Lluis Claret, virtuose reconnu du violoncelle a fait résonner son instrument dans trois mouvements de la première suite pour violoncelle seul de Johann Sebastian Bach, en hommage au violoncelliste mythique Pau (Pablo) Casals, exilé et refusant de se produire en public après la guerre civile d'Espagne. Pourquoi avoir fait genre tranches de saucissons Radio-Classique, et n’avoir pas donné l’œuvre dans son intégralité ?

Le concerto pour violoncelle d’Enric Casals, frère de Pau Casals, professeur-mentor de Lluis Claret, était l’œuvre « difficile » de la soirée. Très instrumentale, peut belcantiste, virtuose, elle est parfois acrobatique  pour le violoncelle. Beaucoup moins connu que son frère Pau, Enric est violoniste, chef d’orchestre et se révèle être un fin orchestrateur, distribuant motifs et timbres dans les quatre dimensions de l’espace, des effets sensibles au moins depuis les premiers rangs.

Cathédrale Saint-Louis des Invalides, Lluis Claret. Photographie © musicologie.org.

Enfin, L’Oiseau de feu d’Igor Stravinski (la suite de 1919, tirée du ballet de 1910) clôt le programme. C'est ici un prétexte pour évoquer l'amitié et le travail en commun (musique, décors) du compositeur et de Pablo Picasso. Mais c'est aussi un rapprochement esthétique qui peut être pertinent. Tous les deux désorganisent les lignes, déforment, disloquent, proposent des points de vue inhabituels à leur époque, mais ne sont jamais abstraits et n'abandonnent jamais la matière traditionnelle, même lorsque les formes qui surgissent de la déconstruction sont surprenantes.

Cette œuvre est aujourd’hui un succès inoxydable, très oiseau faisant miroiter l'orchestre, et très feu de toutes parts, dont les coups de grosse-caisse, portés et décuplés par le lieu, terrifiants, explosent l'espace et révèlent vibrante, la présence de l'architecture environnante.

Malgré sa modération, la réverbération de la cathédrale Saint-Louis a tout de même du mal à tout absorber dans les tutti forte et nous en renvoie une part sous forme d’un léger brouillard sonore.

François Boulanger, sémaphore vivant, chef  monté sur roulettes à ressorts, tout en énergie et précision fête ses vingt-deux ans à la tête d’un orchestre âgé quant à lui de cent-soixante-et-onze ans, mais encore vert.

Un lieu privilégié qui réussit bien à la musique.

Cathédrale Saint-Louis des Invalides, François Boulanger. Photographie © musicologie.org.

 

 

 Jean-Marc Warszawski
23 mai 2019

 

musicologie.org
 rss

 

 

 

 

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Le Moye-Âge contemporain de l'ensemble Sollazzo —— Des Vêpres luthériennes imaginaires en musique et psalmodies —— Fernando Sor sort sous les doigts du guitariste Philippe Mouratoglou —— Le Clavier bien détempéré de Chantal Stigliani —— De Romainmôtier à Don Quixote avec l'organiste Guy Bovet L'organiste Jacques Pichard entre Buxtehude et Bach à Nanterre.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018.

bouquetin

Samedi 25 Mai, 2019 4:14