bandeau texte musicologie

Église des Blancs-Manteaux, Paris, 5 juin 2019 —— Frédéric Norac.

Hypotyposis : architecture en musique au xviiie siècle par l’ensemble La Française

HypotiposisLa Française, église des Blancs-Manteaux, Paris, 5 juin 2019.

Belle idée, mais un peu risquée de vouloir associer l’image et la musique. Le visuel bien souvent a tendance à phagocyter le sonore et à le rejeter à l’arrière-plan. Pour son second concert parisien, l’ensemble La Française a imaginé un spectacle total mettant en rapport l’architecture rocaille avec son répertoire d’élection, la musique de chambre du xviiie siècle. Plus qu’une simple illustration ou qu’un décor, les photographies de Nicolas Dehove projetées sur un jeu de panneaux dont une partie est mobile et manipulée par les musiciens eux-mêmes, visent à créer un jeu de correspondances entre les rythmes, les harmonies et les structures musicales et architectoniques, les détails décoratifs et l’ambiance des lieux évoqués, hôtels, châteaux, églises. On peut simplement se laisser porter par la beauté des images, le passage spectaculaire du noir et blanc à la couleur, les effets d’optique et vivre cette expérience comme une fête sensorielle, ou tenter d’en déchiffrer les analogies. Avouons que nous avons cédé à la fascination des images et à la qualité de la musique. Choisi dans le registre de la rareté le programme associe des noms peu fréquentés (Clérambault, Barrière, Boismortier, Royer, Mondonville, Francoeur) à ceux plus connus de Rameau, Telemann et Leclair. Il réclame des instrumentistes une absolue perfection technique, ce pour quoi aucun d’entre eux n’est en défaut. Très en avant la flûte d’Aude Estienne qui aussi la conceptrice de ce « spectacle », déploie tous les sortilèges de sa virtuosité. Le violon charnu et expressif de Shiho Ono n'a rien à lui envier en termes de musicalité. Si la sonorité du clavecin de Kasuza Gunji paraît un peu ténue dans l’acoustique des Blancs Manteaux, avec le violoncelle de Jean-Baptiste Valfre il apporte son soutien sans faille et lorsque les instrumentistes se réunissent en ensemble, l’accord est parfait, le plaisir intense et la séduction totale. On salue l'originalité de la démarche et du programme et on espère retrouver bientôt au disque cet ensemble de très belles pièces — singulièrement le quatuor parisien de Telemann et la sonate de Francoeur qui nous ont particulièrement enchanté.

Programme à retrouver le 11 octobre 2019 aux Petites Nuits de Sceaux et le 21 novembre au Théâtre de la Mouche à Saint-Genis-Laval.

HypotiposisLa Française, église des Blancs-Manteaux, Paris, 5 juin 2019.

 

Frédéric Norac
2019

musicologie.org
 rss

 

 

 

 

Les précedents articles de Frédéric Norac :

L’enfant secret d’Albert Roussel : Le testament de tante Caroline —— Apparition de la sainte patronne de l'opérette : Mam'zelle Nitouche —— Trop belle pour toi : La Belle meunière par Thomas Oliemans et Malcolm Martineau —— Rameau express : Hippolyte et Aricie au Théâtre des Champs-Élysées —— Nonsense lyrique : The Importance of Being Earnest de Gerald BarryLa sublime Manon de Patricia Petibon Perle rare : Die stumme Serenade de Korngold.

Tous les articles de Frédéric Norac
norac@musicologie.org

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2019

bouquetin

Lundi 17 Juin, 2019 10:43