bandeau texte musicologie

Théâtre de Caen, 19 mai 2019 —— Alain Lambert.

Alonzo King Lines Ballet : Sutra, Boollywood made in Frisco

Alonzo King, Sutra. Photographie © DR.

Le chorégraphe Alonzo King travaille aussi bien sur la musique classique occidentale que celle d'Inde  ou d'Afrique, et pour Sutra, la bande-son a été composée et enregistrée par le tablatiste Zakir Hussein et le joueur de vièle à archet Sabir Khan, dans la grande tradition classique indienne, chant langoureux de la vièle, arpèges évanescents du sitar, voix répétitives et multiplicité fugace des percussions de peau, de terre ou de métal cristallin. L'Inde musicale donc, et Bollywood parfois, mais démarqué, quand les danseurs se drapent de voiles colorés et s'étourdissent ensemble. Difficile de ne pas y songer.

Pourtant leur première apparition se fait dans des tenues blanches à l'étrange tissage, et le pantalon des hommes torses-nus les fait  presque ressembler au faune de Nijinsky dans son lointain après-midi de l'autre siècle. A cette époque où la danse classique se modernise, invente de nouveaux gestes, de nouvelles attitudes, tout en jouant de l'ancien vocabulaire. Comme le continue Alonzo King aujourd'hui.

Des séquences s’enchaînent en solo, en duo, en groupes, jusqu'à dix danseurs, hommes, femmes, blancs, noirs, toutes et tous aussi dynamiques, fluides, ondoyants. Pendant une heure un quart, sans pause, ni tableaux, ni narration, juste un peu de ralenti quand la musique le permet, avant que le crépitement des tablas ne relance la transe, avec comme une sorte de battle improvisée à mi-spectacle. Une scène nue avec juste visibles sur les côtés les projecteurs aux éclairages très puissants. Après une séquence multicolorée en tutus diaphanes, le final revient aux cinq danseuses dans une dernière turbulence, apaisée, avant de quitter la scène, les hommes allongés roulant sur eux même pour les accompagner.

Encore de la danse indienne les 28 et 29 mai, aSH (Cendre) avec Shantala Shivalingappa dans une mise en scène et chorégraphie d'Aurélien Bory.

 

Alain Lambert
19 mai 2019

 

 

musicologie.org
 rss

 

 

 

 

Les précédents articles d'Alain Lambert

Une carte postale de Ouistreham : « Les fins de siècles » jouant devant l'Hermione —— Quand le jazz (français) se la joue progressif (encore) ! —— Maîtrise de Caen et David Enhco Quartet : Demain dès l'aube tout en jazz et poésie —— Cinq cédés jazzés pour bien aller en mai —— Nahasdzaan ou le monde scintillant de Thierry Pecou et Luc Petton :  superbe et surprenant —— The Magic Flute du Isango Ensemble : une recréation envoûtante ! —— Ce qui nous lie : un nouvel album très normand tout en rouge de Mes souliers sont rouges.

alain@musicologie.org
Alain Lambert, tous ses articles.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2019

bouquetin

Mardi 21 Mai, 2019 3:17