musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir . rss

8 décembre 2048 —— Jean-Marc Warszawski.

Trudelies Leonhardt, son piano Seidner 1815, Beethoven et Schubert

Ludwig van Beethoven (1), Sonates et pièces pour pianoforte (1), Trudelies Leonhardt (pianoforte), Suite en mi♭majeur, Bagatelle en la mineur, Sonate en do mineur (opus 10, no 1), Pièce pour piano en si♭ majeur, Sonate en la♭ majeur, opus 26, Pièce pour piano en si mineur. Cascavelle 2002.

Née dans la Banlieue d’Amsterdam, Trudelies Leonhardt est issue d’une famille musicienne. Sa mère est violoniste, son père flûtiste, son frère ainé hautboïste, son frère puiné, Gustav (1928-2012) était un célèbre claveciniste. Dès l’âge de 5 ans, elle bénéficie de cours de piano, puis de violon. Son premier professeur de piano est Johannes Röntgen, un ami de la famille, Anthon van der Horst lui enseigne le solfège. Au Conservatoire d’Amsterdam, Nelly Wagenaar est sa professeure de piano. Sans compter les musiciens de haut niveau passant par la demeure familiale, mis à contribution. Après ses diplômes de concertiste, elle se perfectionne au cours de deux années, auprès d’Yves Nat et de Marguerite Long.

Dans les années 1970, elle opte définitivement et exclusivement  pour le pianoforte, en devient même une dogmatique pure et dure, les œuvres devant être jouées sur des instruments de leur époque, à l’année près si possible, par fidélité à leur image sonore. Elle possède la copie d'un Walter (Prague) de 1795 et un Benignus Seidner (Vienne) de 1815, le même que possédait un frère de Franz Schubert, aujourd’hui pièce de musée.

Elle a longtemps donné des concerts, aux Pays-Bas, en Suisse, en Grande-Bretagne, a enseigné, et enregistré, une trentaine d’albums depuis 1989, pour Jecklin Cascavelle, VDE-Gallo Zürich (Suisse), Divertimento (Autriche), Globe (Pays-Bas), Kingdom Records et Meridian Records (Grande-Bretagne), Musica Omnia (États-Unis).

Le répertoire de ces enregistrements indique une nette prédilection pour les œuvres de Franz Schubert et de Ludwig van Beethoven, qui mettent le  Seidner 1815 à contribution.

VDE-Gallo a depuis peu repris le fonds Cascavelle et remet en  circulation des enregistrements de 1999 et 2002. Deux albums consacrés à des sonates et autres pièces de Beethoven, et deux à des pièces courtes, aux impromptus D. 935, avec les Danses allemandes D. 420 de Schubert, et la fantaisie « de Graz », incertaine quant à la paternité, mais sans aucun doute assez schubertienne pour être adoptée.

Cette nouvelle commercialisation est une très bonne idée, car Trudelies Leoahardt excelle avec grand naturel dans ce répertoire, aussi à faire sonner et chanter ces pianos à faibles harmoniques. Son Seidner, réglé à la perfection, porte  si bien ses deux siècles qu’il semble être de première jeunesse, la prise de son est impeccable. Un bijou pour la maison, la voiture, le baladeur et les voisins si on monte le son.

Ludwig van Beethoven, sonate en fa majeur opus 10 no 2, presto (volume 2, plage 4).

 

Jean-Marc Warszawski
8 décembre 2018

 

Ludwig van Beethoven (1), Sonates et pièces pour pianoforte, Trudelies Leonhardt (pianoforte), 1-3.Sonate en mi♭majeur, 4. Bagatelle en la mineur (Pour Élise), 5-7. Sonate en do mineur (opus 10, no 1), 8. Pièce pour piano en si♭ majeur, 9-12. Sonate en la♭ majeur, opus 26 (marche funèbre), 13. Pièce pour piano en si mineur. Cascavelle 2002.

 

Ludwig van Beethoven (2), Rondos, sonates, fantaisies et variations, Trudelies Leonhardt (pianoforte), 1. Rondo, opus 51 no 1, 2-4. Sonate en fa majeur, opus 10 no 2, 5. Fantaisie en sol mineur, opus 77, 6. Variations « Rules Britannia », 7. Six écos-saises, 8-9. Sonate en mi mineur opus 90. Cascavelle 2002.

 

Franz Schubert, Pièces courtes, Trudelies Leonhardt (pianoforte), 12 Ecossaises, D. 781 ; 3 Menuets, D. 380 ; Rondo en mi majeur D. 506 ; Grazer Galop, en do majeur D. 925 ; Galop et huit Ecossaises, D. 735 ; 6 Danses allemandes, D. 820 ; Andante en do majeur D. 29 ; 34 Valses Sentimentales, D. 779. Cascavelle 1999.

 

Franz Schubert, Quatre impromptus, opus posthume 142, D 395 ; Douze danses Allemandes D 420 ; Fantaisie de « Graz », Trudelies Leonhardt (pianoforte), Cascavelle 1999.

 

 

 

Jean-Marc Warszawski, ses derniers articles

Jean-Baptiste Dupont : 5e et double album des œuvres d'orgue de Max Reger —— Marie Van Rhijn interprète Élisabeth Jacquet de la Guerre —— Concerts et hommages musicaux à la cathédrale Saint-Louis des Invalides de Paris —— 4e Symphonie « Le vagabond des nuages» et autres pièces de Philippe Chamouard —— Lart d’Aldo Ciccolini en coffret de huit cédés : une réédition chez VDE-Gallo.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018.

bouquetin

Saturday 8 December, 2018 2:50