musicologie

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rssAbonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

12 mai 2018 —— Alain Lambert.

Thomas Julienne (Theorem of Joy ), Marjolaine Reymond (Demeter No Access), Initiative H (Broken Land) : trois jazz progressifs.

theory of joyTheorem of Joy (Inouï distribution 2018) est le projet de Thomas Julienne, contrebassiste et compositeur, accompagné d'Ellinoa voix et textes,  Boris Lamerand violon ou alto, Thomas St Laurent guitare, et Tom Peyron percussions. Avec en invités le quatuor à cordes des Enfants d'Icare, Émilie Calmé aux flûtes, Mohamed Najem à la clarinette et Maxime Berton au sax soprano, présent dès le premier morceau To forgive, en anglais. Le violoniste au son oriental introduit Hope to see you dont le texte est chanté cette fois en français, sur fond de quatuor à cordes et de clarinette, avant l'impro de flûte indienne, et la reprise très rock à la guitare. La voix de Camille Durand, diaphane, est plus présente dans cet univers enjoué que dans son cédé récent « Wanderlust » [voir notre chronique] où elle n'était qu'un instrument parmi quatorze. Two Lines,  aussi en français sauf le refrain, donne à entendre un long solo de violon. C'est l'alto qui introduit Sablier  que la vocaliste vient rejoindre en mélopée entêtante, avant l'envolée de la guitare. Un bel ensemble chamarré où la joie théorique n'exclut pas l'inquiétude et le mystère. Comme dans Impostor ou Ghost.

 

demetr no accessDemeter No Access (Cristal Records 2018) est aussi un quintette de jazz progressif  polymorphe composé de Marjolaine Reymond, musique, chant et électronique, Bruno Angelini piano et claviers, Denis Guivarc'h sax alto, Olivier Lété basse et Christophe Lavergne batterie. Plus un quatuor à cordes mené par Régis Huby. Les textes sont d'Emily Bronté, Elizabeth Browning ou Emily Dickinson. Les références affichées sont multiples, Kenny Wheeler, Meredith Monk, Laurie Anderson, Annette Peacock, Steve Coleman, Frank Zappa, Philipp Glass, Pierre Henry, Claude Debussy, Bela Bartok, François Bayle.. Le tout en quatre mouvements et quatorze moments bien maîtrisés : Le bestiaire, Les métamorphoses, L'odyssée, L'exode. Une voix puissante qui chante ou vocalise, un groupe électrique qui la soutient parfaitement, des claviers agressifs, un sax impétueux, une section rythmique pêchue. Le livre II mélange allégrement électronique et quatuor spectral pour introduire au morceau titre où voix et sax dialoguent sur fond d'électrons. Avant un retour à une méditation plus classique. Orféo et Proserpina nous offrent l'alto de Guillaume Roy, avant la triste complainte du Centaure. Un beau cédé  au voile d'Orphée à redécouvrir à chaque nouvelle écoute.

À écouter en live au studio de l'Ermitage à Paris le 22 juin.

 

broken landBroken Land (Neuklang 2018, sortie le 18 mai) est l'oeuvre  du compositeur et sax soprano  David Haudrechy à la tête du neo big band Initiative H, 13 musiciens, 3 saxs, 2 trompettes, 2 trombones, 2 synthés, guitare, basse, batterie et percussions.plus choeurs sur le thème titre en ouverture, et sur le final. Ici aussi les références sont diamétralement proposées : Gil Evans, Carla Bley, King Krimson, Arvo Pärt, Berlioz, Moussorgski...  Éclectique et électrique avec un son dense et sombre d'où se détachent de la matière répétitive les riffs et les solistes dont la guitare de Florent Hortal, le trombone d'Olivier Sabatier, la flûte de Ferdinand Doumerc, la trompette de Nicolas Gardel... Broken Land puisque depuis août 2017, nous aurions atteint le point de non-retour climatique. On pense aussi à Pink Floyd dans la phase terminale de Just Dust, avec son orgue tournant, bien dans l'esprit musical. Far West, la terre promise, s'éloigne à un rythme soutenu. Échec et Trouble ! Failure commence de façon presque classique, le beau solo de soprano s'évanouit paisiblement, suivi de l'alto plus altéré, sinon troublé. Polaroid, dernier morceau en écho du premier, d'un big band épatant, et dernière image, révélée  quand plus personne ne peut la regarder.

À écouter en live à Toulouse le 26 mai puis le 13 novembre, à Paris le 31 mai au Café Montparnasse et le 3 août à Marciac.

 

Alain Lambert
12 mai 2018

 

Alain Lambert : alain@musicologie.org : À Jazz sous les pommiers, Ludovic Beier Trio, Mare Nostrum et Akutuk : deux trios et un « trieau »Pierre Diaz et Gilles Dalbis (9 Pièces pour duo), Séisme (Jishin) : two free or not too free !Pierre Marcus 4tet (Pyrodance), Daïda 5tet (La légende de Daïdarabotchi), Thomas Bramerie (Side Stories) : trois jazz d'aujourd'hui Plus sur Alain Lambert, tous ses articles.

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2017

bouquetin

Mercredi 16 Mai, 2018 18:36