bandeau texte musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir . rss

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte : La musique instrumentale de Wolfgang Amadeus Mozart

Mozart : Introduction ; musique pour clavier ; musique de chambre ; musique symphonique ; musique concertante.

Les sérénades « Haffner » et « Posthorn » de Mozart

Sérénade « Haffner »

Avec cette œuvre et la suivante, nous anticipons délibérément sur le dernier volet de notre revue du catalogue mozartien, volet où le genre de la sérénade tient une place significative. Par l’ampleur de leurs proportions, par leur dimension orchestrale très affirmée comme par leurs qualités musicales, ces deux Sérénades comptent en effet parmi les grandes œuvres symphoniques du compositeur.

En 1776, six ans avant la symphonie no 35 « Haffner » (du nom d’un riche commerçant de Salzbourg, par ailleurs bourgmestre de la cité), Mozart avait reçu une première commande de ce même Haffner qui voulait donner tout l’éclat requis au mariage de sa fille.  Ainsi naquit la sérénade en re majeur K 250 que la postérité a pris l’habitude d’appeler sérénade « Haffner ». Œuvre étonnante en fait : « Ses dimensions imposantes et son orchestration fournie donnent à cette œuvre une portée qui va bien au-delà des circonstances anecdotiques. Sa structure d’abord : cinq mouvements (dont deux Menuets pour sacrifier aux lois du genre) écrits pour orchestre, et qui devraient se succéder comme une symphonie si le compositeur n’avait choisi de troubler cet ordre en intercalant, entre le premier et le second mouvements, les trois parties d’un concerto en sol majeur […] destiné au violon. Quant à sa richesse orchestrale, elle fait appel à l’orchestre dans toute sa diversité de timbres (flûtes, bassons, trompettes…), en une palette de couleurs qui vont de l’éclat le plus vif aux nuances les plus subtiles. On ne peut contester le fait que Mozart, flatté de l’importance d’une telle commande, ait eu à cœur de déployer tous ses talents. Mais, plus encore que dans ses œuvres de la même période, sur le plan de la forme comme sur celui de l’expression, il dépasse – et de loin – les contraintes du style galant, alors qu’on ne lui demandait que de briller. »156

Wolfgang Amadeus Mozart, Sérenade no 7 K. 250, « Haffner », VIII. Adagio - Allegro assai, par l'Orchestre de chambre Franz Liszt, sous la direction de Janos Rolla.

Sérénade « Posthorn »

Cette Posthornserenade en re majeur K 320, la dernière que Mozart composa à Salzbourg, fut écrite pendant l’été 1779, vraisemblablement en tant que Finalmusik destinée à marquer la fin de l’année universitaire (d’où les appels symboliques du cor de postillon dans l’avant-dernier mouvement). D’une dimension presque comparable à celle de la « Haffner », et agrémentée elle aussi d’un concerto intercalaire (en fait une symphonie concertante pour vents en deux mouvements), elle est à classer dans les œuvres marquantes des années salzbourgeoises. « Somptueusement instrumentée, on y sent l’influence de l’Ecole de Mannheim et celle, plus formelle, de la tradition parisienne ; il s’y manifeste, surtout, une maturité artistique qui ne cesse de croître, en même temps que se développe un sentiment dramatique qui va bien au-delà des recherches de la sérénade « Haffner » (et bien au-delà d’un genre qu’on aurait pu croire consacré au seul divertissement). »157 Moment particulièrement frappant à cet égard : le cinquième mouvement (Andantino en re mineur), plein de tension et d’inquiétude, un climat pour le moins inattendu dans une œuvre qui se devait avant tout d’être festive. On a là une « œuvre débordante d’imagination et qui, tout en respectant le goût des Salzbourgeois bon bourgeois, montre combien Mozart pouvait transcender les limites d’un genre et atteindre à une expression personnelle. »158

Wolgfgang Amadeus Mozart, Sérénade K 320, en re majeur, « Posthorn », par l'Academy of St Martin in the Fields, sous la direction de Iona Brown.

Notes

156. Parouty Michel, dans François-René Tranchefort (dir.), « Guide de la Musique symphonique », Fayard, Paris 2002, p. 526-527.

157. Ibid., p. 528.

158. Ibid., p. 530

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

bouquetin

Vendredi 14 Septembre, 2018 22:58