bandeau texte musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir . rss

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte : La musique instrumentale en Italie au temps de Mozart et de Haydn.

Les quatuors à cordes de Luigi Boccherini (1743-1805)

Sonates pour violoncelle et basse continueTrios à cordesQuatuors à cordesQuintettes à cordesQuintettes pour piano et cordesQuintettes pour flûte (ou hautbois) et cordesQuintettes pour guitare et cordes — Œuvres diverses de chambre.

 

Lui aussi partagé entre grandes et petites œuvres, le catalogue de quatuors de Boccherini est impressionnant : quatre vingt-onze quatuors au total, échelonnés de 1761 (opus 2) à 1804 (opus 64), qui se succèdent en continu (G 159 à G 249) dans la classification moderne, et furent en général écrits par séries de six (opus 2, 8, 9, 1, 22, 24, 26, 32, 33, 41, 44, 48, 53,  58), seuls faisant exception les opus 39 (un seul quatuor), 52 (quatre) et 64 (deux quatuors, dont un inachevé). « Le parallèle avec Haydn est frappant : après avoir abordé le quatuor à cordes à peu près au même moment et l’avoir cultivé pendant plus de quatre décennies, c’est à un an d’intervalle que chacun des deux compositeurs laissa inachevée sa dernière partition dans le genre. »1

Bien plus encore que dans le cas de Haydn, et contrairement au dicton, cette « abondance de biens » nuit à l’évidence à la notoriété de ces œuvres qui, par ailleurs, se retrouvent dans l’ombre du fameux corpus de quintettes à cordes du compositeur. Force est aussi de reconnaître que, dans ce dernier genre, Boccherini n’a eu à souffrir d’aucune concurrence de son éminent collègue, alors que, dans le domaine du quatuor, il lui fallait se mesurer à plus fort que lui. Il n’empèche que, d’un bout à l’autre ou presque, son catalogue de quatuors mériterait d’être plus assidûment fréquenté. Déjà, il peut être amusant — puisqu’ils se suivent de très près — de mettre en regard les premiers essais de nos deux « concurrents » (Quatuors à Fürnberg de Haydn, opus 2 de Boccherini), qui révèlent chez l’un un début de recherche formelle là où l’autre avoue un penchant pour la mélodie et les belles sonorités. Cela dit, c’est surtout à partir des six grands quatuors opus 24 (G 189-194) que l’on voit s’exprimer l’ensemble des qualités du musicien. Les opus 24 nos 5 et 6 en particulier (respectivement en ut mineur et en sol mineur) frappent par une certaine audace, par leur grande liberté formelle et la volubilité de l’expression des sentiments. Bien que petits, les quatuors opus 26 retiennent eux-mêmes l’intérêt, tel le no 2 en sol mineur (G 196) ou le no 4 en la majeur (G 198), avec ses harmonies recherchées et ses contrastes dynamiques, qui va jusqu’à s’inspirer de la vièle à roue. De 1780, les six grands quatuors de l’opus 32 (G 201-206) constituent l’un des fleurons de cette production, Boccherini y atteignant une sorte d’équilibre classique comparable à celui  de l’opus 33 de Haydn, composé à la même époque. Il y aurait  beaucoup de pages à citer dans cette série qui culmine dans ses trois derniers numéros, et pas seulement dans le plus connu du lot (le sixième). Le petit opus 33, qui vient tout de suite après, justifie lui-même un détour, notamment l’opus 33 no 5 en mi mineur (G 211), plein de panache et d’une vivacité étincelante, mais c’est incontestablement avec l’opus suivant, constitué d’un grand quatuor isolé, l’opus 39 (G 213) de 1787, que l’on atteint un nouveau sommet. Remarquable d’un bout à l’autre, ce quatuor écrit pour le roi de Prusse se signale tout spécialement par ses deux derniers mouvements : un superbe Grave en re mineur (marqué soave assai e con espressione) et un formidable Allegro giusto, tonique à souhait et enrichi de sonorités guitaristiques.

Luigi Boccherini, Quatuor, opus 24, no 6, G 194, en sol mineur, II. Adagio, par l'Amati Quartet

 

Luigi Boccherini, Quatuor, opus 26, no 2, G 196, en sol mineur, I. Larghetto, par l’Ensemble Symposium

 

Luigi Boccherini, Quatuor, opus 32, no 6, G 206, en la majeur, I. Allegro, par le Quartetto Esterhazy.

 

Luigi Boccherini, Quatuor, opus 33, no 5, G 211, en mi mineur, 1. Allegro brillante, par le Revolutionary Drawing Room

 

Luigi Boccherini, Quatuor, opus 39, en la majeur, G 213, I. Allegro moderato, par le Borciani Quartet.

Au cours de ses quinze dernières années d’activité créatrice, Boccherini livrera encore de nombreux quatuors, des petits et des grands, sans toujours atteindre un niveau de réussite comparable. On se doit cependant de mettre à l’honneur quelques-uns de ces opus, parmi lesquels l’opus 44 (G 220-225), surtout célébré à travers son no 4 en sol majeur, dit « La Tiranna », du nom d’un ancien type de chanson populaire espagnole, au rythme syncopé, dont ce quatuor tire son caractère affirmé. Et surtout l’attention se porte sur les trois séries ultimes : d’abord les six petits quatuors de l’opus 53 (G 236- 241), avec une mention spéciale pour les deux premiers ; puis les six grands quatuors de l’opus 58 (G 242-247), une série d’importance majeure qui, avec ses nos 1, 2 et 5 notamment, comporte quelques-uns des joyaux du musicien dans le genre ; et enfin, ne serait-ce que parce qu’ils représentent sa toute dernière contribution, les deux quatuors de l’opus 64 (G 248-249), embryon d’une nouvelle série de six grands quatuors qui s’arrête à l’issue du premier mouvement du no 2 en re majeur.

Luigi Boccherini, Quatuor, opus 44, no 4, G 223, en sol majeur, « La Tiranna », par l’Ensemble 415

 

Luigi Boccherini, Quatuor, opus 64, no 1 (G 248), en fa majeur, I. Allegro molto, par le Quatuor Petersen.

Notes

1. Vignal Marc, dans Tranchefort François-René (dir.),  « Guide de la musique de chambre », Fayard , Paris 1998, p.135.

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

bouquetin

Vendredi 8 Mars, 2019 22:00