musicologie

 

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . rss . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

jeudi 11 octobre 2018 —— La rédaction.

Joan Manuel Serrat et le Siècle d’or réunis par la Cappella Mediterranea et Leonardo García Alarcón, le 6 novembre, Maison de la Radio

Leonardo García Alarcón. Photographie © Jean-Baptiste Millot.

Das le cadre du cycle cycle de 8 concerts baroques à la Maison de la Radio.

Leonardo García Alarcón et son ensemble la Cappella Mediterranea, nous emmènent en Catalogne lors d'un concert mêlant musique baroque et les chansons du célèbre chanteur de Barcelone Joan Manuel Serrat qui a fêté ses cinquante ans de carrière voici trois ans. Ce concert est placé sous le patronnage d'une de ses chaons le plus connues : De Vez en Cuando la Vida (de temps en temps, la vie).

Joan Manuel Serrat, De Vez en Cuando la Vida.

 

Mariana Flores, la Cappella Mediterranea sous la direction de Leonardo García Alarcón, De Vez en Cuando la Vida.

Leonardo García Alarcón :

Le souvenir de mon enfance m’amène à la maison de mon oncle Alberto mon « Tío Alberto » titre d’une chanson de Joan Manuel Serrat. Cet oncle est pour moi synonyme de ce compositeur, synonyme de la lumière de mon enfance, un dimanche matin autour d’une grillade en Argentine, synonyme d’un moment de partage en famille, autour de la poésie et la musique de Serrat, autour des symphonies de Beethoven, de la Passion selon Saint Mathieu de J. S. Bach, du Requiem de Mozart, des valses de Chopin ou des Scènes d’enfants de Schumann. Cette atmosphère poétique où l’on lisait et expliquait les textes où l’émotion nous submergeait très souvent. La première fois que j’ai pleuré c’était autour d’une musique de Serrat De vez en cuando la Vida, la réflexion sur la vie de ce texte m’a permis dès mon plus jeune âge une approche philosophique, presque métaphysique, de la vie et de l’associer à la musique et au son.

Mon père avait déjà beaucoup composé pour ma sœur et moi dès notre enfance autour de nos vies et cela m’a habitué à associer texte et musique pour exprimer des émotions de la vie quotidienne.

Avec Joan Manuel Serrat on a redécouvert Miguel Hernández et Antonio Machado deux très grands poètes qu’il a presque sauvé de l’oubli… Mais il nous a fait aimer aussi nos poètes sud-américains en les mettant en chanson : comme Carlos Guastavino qui a composé sur le poème extraordinaire La paloma de Rafael Alberti une chanso,n intitulée Se equivocó la paloma, que Serrat a reprise, ou encore Mario Benedetti et Pablo Neruda…

Joan Manuel Serrat faisait partie de notre vie et partageait nos émotions quotidiennes. C’est un peu notre petite « Camerata fiorentina », si je le compare au mouvement des poètes et musiciens italiens de Florence autour des années 1530-1550 qui s’étendra jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Serrat a permis à toute l’Amérique latine et à l’Espagne de relire, réécouter, et de nous réapproprier les œuvres de nos poètes, notre musique... Serrat signifie et incarne cela pour nous tous.

Serrat a joué un rôle très important dans nos pays latino-américains, sud américains surtout, au moment des dictatures car il a pris une place importante contre ces régimes. Tous les pays l’ont ressenti et il est très vite devenu pour nous le synonyme de la liberté et de la lutte contre le régime dictatorial.

Joan Manuel Serrat y el siglo de Oro : De Vez en Cuando la Vida, 6 novembre, 20h, Maison de la Radio, Auditorium.

Maria Hinojosa, Mariana Flores (sopranos), Leandro Marziotte (alto), Valerio Contaldo (ténor), Hugo Oliveira (basse), Cappella Mediterranea, Leonardo García Alarcón, épinette, orgue et direction.

Chansons de Joan Manuel Serrat : Romance de Curro el palmo, La canco dell ladre Pare, La preso de Lleida, Aquellas pequenas cosas, Mediterraneo (arrangements Quito Gato)

Francisco Valls (1671-1747), Esta vez cupidillo

Lucas R. De Ribayaz (1626-....), Xacara por primo tono

Antonio José Cavanilles (1745-1804), Mortales que amais

Mateo Flecha « El Viejo » (1481-1553), La bomba

José Marin (1619-1699), Ojos pues me desdeñáis

Federico Mompou (1893-1987), Musica callada

Diego José de Salazar (1660-1709), Afuera pompas humanas

Toutes les informations sur le site de la Maison de la Radio. Tarifs : de 10 à 45 €.

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

bouquetin

Jeudi 11 Octobre, 2018