musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rss
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

Messina, Chiovetta + Lenert : en visite chez les Schumann

Schumann, musique pour clarinette, Patrick Messina (clarinette), Fabrizio Chiovetta (Piano), Pierre Lenert (alto), Aparté 2017 (AP 253).

Enregistré en juin 2016 à Neumarkt (Allemagne).

24 avril 2017, par Jean-Marc Warszawski ——

Séparément, ces deux musiciens ne sont pas des inconnus. Patrick Messina passe de Nice au Conservatoire national de Paris sous la direction de Guy Deplus et de Michel Arrignon. Il obtient ses premiers Prix de clarinette et de musique de chambre à l'âge de 18 ans. Séjourne aux États-Unis, pour se perfectionner auprès de Franklin Cohen, au Cleveland Institute of Music, et entre concours, récitals et orchestres, amorcer une carrière qui passe depuis 2003, au pupitre de 1re Clarinette Solo de l'Orchestre National de France. Son enregistrement du Concerto pour clarinette en la majeur K. 622 de Mozat, avec l'Orchestre National de France sous la direction de Riccardo Muti, en 2012, a été particulièrement remarqué.

Fabrizzio Chiovetta vient de Genève, ville au vol d'oiseau sans ailes impossible vers Nice à cause des parcs nationaux du Mercantour et de la Vanoise. Quand Patrick Messina pose ses anches au National de France en 2003, le pianiste obtient quant à lui son diplôme de soliste lauriers compris, après avoir travaillé avec Dominique Weber à l'Académie Tibor Varga, de Sion. Entre masterclasses et concours, il entame une carrière internationale. Dans sa discographie, ce sont les enregistrements d'œuvres de Schumann en 2009, de Schubert en 2013, qui ont agité positivement la critique.

Improvisateur, il joue également de l'accordéon. Patrick Messina est un fan de Bennie Goodman et de Michel Portal, mais c'est au réveillon 2013 de Radio France, dans la 1re sonate pour clarinette et piano de Brahms qu'ils ont fait sensation et se sont émerveillés eux-mêmes sur eux-mêmes musicalement ensemble.

Cette fois, ils n'ont pas joué des œuvres de Brahms, ils ont choisi parmi celles composées essentiellement, en 1849, une douce année après les troubles révolutionnaires de 1848, par les deux Schumann, Clara et Robert, qui vivent alors à Dresde, dont les trois romances opus 94, offertes à Clara en cadeau de Noël, les 3 fantaisies opus 73 un peu plus incisives et concertant de manière plus enchevêtré.

En 1850 Robert est nommé directeur général de la musique à Düsseldorf, mais bientôt, malgré des séjours reposant à Bad Godesberg, les troubles psychiques l'obligent à démissionner en 1853, année au cours de laquelle Brahms apparaît dans la vie du couple dans des relations d'admirations mutuelles et grand sentiment amoureux aussi. Clara compose 3 romances dédicacées à Joseph Joachim, et Robert des récits féériques pour clarinette, alto et piano.

Patrick Messina et Fabrizzio Chioveztta ont ajouté une petite prime avec les nos 6 et 12 des Pièces à quatre mains pour petits et grands enfants, la clarinette assurant la partie mélodique de la petite main.

Comment écouter cette déclaration de musique, pure et transparente, joaillerie sonore aux reflets lumineux dans une atmosphère heureuse ? Pas dans la voiture ni avec un baladeur. Le mieux est de choisir une place confortable, de réserver pour soi une toute petite heure, d'éteindre le téléphone portable, de débrancher l'aute, aussi l'ordi, la tablette, la télévision, de retirer la casserole du feu pour ne pas faire brûler les pâtes ou les œufs durs, de penser à Brahms assis dans le coin de la pièce en train de tomber amoureux de Clara. Et comme on ralentit la lecture d'un roman de Yourcenar ou d'Aragon, tant le style suscite le plaisir, il faut ralentir l'écoute, y assoir les oreilles.

 

1. « Trauer », no 6 des 12 vierhändige Klavierstücke für kleine und große Kinder, opus 85.

2-4. Drei Romanzen, pour hautbois (ou violon ou clarinette) et piano : Nicht schnell, Einfach innig, Nicht schnell.

5-7. Fantasiestücke, pour clarinette ou violon ou violoncelle, et piano : Zart und mit Ausdruck, Lebhaft, licht, Rasch und mit Feuer.

8. « Abendlied » no 12, des 12 vierhändige Klavierstücke für kleine und große Kinder, opus 85.

9-11. Clara Schuman, Drei Romanzen, pour piano et initialement violon, opus 22. Andante molto, Allegretto, Mit zartem, Vortrage, Leidenschaftlich schnell.

12-15. Märchenerzählungen (4), pour clarinette ou violon, piano, opus 132 : Lebhaft, nicht zu schnell, Lebhaft und sehr markiert, Ruhiges Tempo mit zartem Ausdruck, Lebhaft, sehr markiert.


Jean-Marc Warszawski
24 avril 2017

 

Jean-Marc Warszawski, ses derniers articles : La Première Guerre mondiale: piano français et mélodies internationalesMikhaïl Rudy dans Chopin : un roman d'artiste inutilePour l'amour du piano : les archives sonores du festival de NohantVaňhal et Beethoven par vents et pianoMacon, Genève, Aix-la-Chapelle, Marina Viotti Deux cycles de Lieder de Joseph Jachim Raff Le piano de Liszt avec ou sans orchestre par Sylvie CarbonelL'Astrée encède les cantates de Carlo Francesco CesariniSonates de Johannes Brahms et Alban Berg par Florian KrumpöckTous les articles de Jean-Marc Warszawski

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
▉ Statistiques
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2017

bouquetin

Mercredi 3 Mai, 2017 5:24