musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rss
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

La britannique promenade bien accompagnée de la harpiste Sandrine Chatron

Sandrine Chatron, A British Promenade, Ophélie Gaillard (violoncelle), Michael Bennett (ténor). Aparté 2016-2017 (AP 140).

Enregistré en mai 2016 au temple Saint-Pierre à Paros.

5 juin 2017, par Jean-Marc Warszawski ——

Sandrine Chatron a pris son vol au Conservatoire de Rueil-Malmaison, a fait une longue escale au  Conservatoire national supérieur de Paris, a  collecté sa brassée de Prix et au passage ses diplômes d'enseignement. Soliste de divers orchestres, dont celui des Gardiens de la paix pendant plusieurs années et depuis 2009 du Nederlands Philarmonisch Orkest, elle voyage avec ses cordes verticales sur de nombreuses scènes, en solitaire ou en groupe, avec les grandes phalanges françaises, entre musiques des temps anciens et les contemporaines pour lesquelles elle a de l‘intérêt.

Pour ce cédé, en compagnie de la violoncelliste Ophélie Gaillard et du ténor Michael Bennett, elle propose une randonnée dans les îles britanniques du xxe siècle, où la harpe est un peu moins celtique qu'elle ne le fut.

On ne s'étonnera pas ici et là de quelques échos à la française, la harpe pouvant être assez naturellement debussyste, ou Debussy naturellement harpe. Mais la dizaine de compositeurs mis à contribution, ont été, dans ce qu'on appelle le renouveau de la musique anglaise après Purcell, formés au pays par des professeurs du pays, notamment au Royal College of Music à Londres.

Il s'agit d'œuvres composées entre 1915 et 1974, dont on sent un certain socle commun mélodico-harmonique, contre toute attente peu  archaïsantes, pas même la belle mélodie hébraïque de Granville Bantock, et traitant la  modernité sans la rupture ou tabula rasa d'après la Seconde Guerre mondiale à laquelle nous sommes habitués et sur la question divisés. On reste dans un cadre lyrique et harmonique, qui pourrait faire écho à la voie modale ouverte plus par Fauré que par les éclats et les rideaux liquides debussystes qui vont si bien à la harpe.

C'est aussi un programme bien disposé montant peu à peu en puissance, culminant dans les Cinq poèmes de Herrick, de Lennox Berkeley et La suite pour harpe, opus 83 de Benjamin Britten, puis son cantique  La mort de saint Narcisse, avec une tombée de rideau sur une pièce cette fois instrumentale de Lennox Berkeley, le nocturne, opus 67.

Rien ne vaut le concert, mais quand le cédé est de bonne et belle musique, comme ce cédé l'est, il mérite son petit spectacle vivant pour aviver le plaisir.

Convient au fauteuil en milieu lumineux ou sombre, mais pas tamisé, voire à la détente rêveuse allongée mais attentive, au baladeur en extérieur silencieux, une crête montagneuse ou en surplomb d'un lac de glacier ensoleillé, déconseillé en voiture. Comme boisson, paradoxalement pas une bière, une eau fraîche pétillante (sauf pour les admirateurs de Britten qui voudraient lui rendre hommage dans des termes appropriés).

Edmund Rubbra, Discours, pour violoncelle et harpe, opus 127, plage 14 (extrait)

York Bowen (1884-1961)
1. Arabesque (1932)

Herbert Howells (1892-1983)
2. Prélude pour harpe (1915)

Granville Bantock (1868-1946)
3. Hamabdil, mélodie hébraïque, pour violoncelle et harpe (1917)

Cyril Scott (1879-1970)
4. Fantaisie celtique pour harpe (1926)

Eugène Goossens (1893-1962)
5. Ballade no 1 pour harpe, op. 38 (1924)
6. Ballade no 2 pour harpe, op. 38 (1924)

David Watkins (Arr.)

7. La Foire de Scarborough, chanson traditionnelle (arr. pour voix et harpe).

Grace Williams (1906-1977)
8. Hiraeth, pour harpe (1951)

Lennox Berkeley (1903-1989)
9-13. Cinq Poèmes de Herrick, pour ténor et harpe, op. 89 (1974) : I. Now is your turne, my dearest, to be set ; II. Dearest of thousands, now the time draws neare ; III. These springs were maidens once that lov'd ; IV. My God! Look on me withe'eye ; V. If nine times you your bridegroom kiss.

Edmund Rubbra (1901-1986)
14. Discours, pour violoncelle et harpe, opus 127 (1969).

15-19. Benjamin Britten (1913-1976)

Suite pour harpe, opus 83, I Overture ; II Toccata ; III Nocturne ; IV Fugue ; V Hymn St. Denio.

20. La mort de saint Narcisse, Cantique V pour ténor et harpe, opus 89 (1974)

Lennox Berkeley (1903-1989)
21. Nocturne pour harpe, opus 67, no 2 (1967).

Jean-Marc Warszawski
5 juin 2017

 

Jean-Marc Warszawski, ses derniers articles : Ouvrez la tête : la thèse de David Christoffel sur SatieLa pianiste Juliana Steinbach clôt avec exubérance la saison Blüthner –— Éliane Reyes et Jean Claude Vanden Heynden : du romantisme à Brahms en deux pianosUn Miserere de Clérambault aux éditions du Centre de musique baroque de VersaillesIntégrale de la musique de chambre d'Henri Dutilleux encédée chez HérissonTous les articles de Jean-Marc Warszawski

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
▉ Statistiques
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2017

bouquetin

Lundi 12 Juin, 2017 23:51