musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rss
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

Deux cycles de Lieder de Joseph Jachim Raff

Joseph Joachim Raff, Sanges-Frühling, Maria Stuart, Noëmi Nadelmann (soprano), Barbara Kozelj (mezzo-soprano) et Thomas Oliemans (baryton), Jan Schultsz (piano). Divox 2016 (CDX 20819/7-6).

Enregitré les 13-17 décembre 2011 à l'Alte Kirche (vieille église), de Boswil en Suisse.

8 avril 2017, par Jean-Marc Warszawski ——

Joseph Joachim Raff (1822-1882), Allemand né en Suisse, est quasiment inconnu des programmes des concerts et de la discographie française, la notice que lui consacre notre petit, mais excellent dictionnaire Honegger de la musique est même quelque peu condescendant. Pourtant, YouTube regorge de ses œuvres (il a laissé un catalogue de 216 numéros).

Il est soutenu par Felix Mendelssohn grâce auquel il peut publier ses premières œuvres, mais qui décède trop tôt pour devenir son professeur. Il est pendant plusieurs années assistant de Franz Liszt, à Weimar, et lui apporte son habileté d’orchestrateur, il est un proche du grand chef d’orchestre Hans Bülow.

Polémiste quelque peu acerbe, il prend ses distances avec la modernité de son époque, la musique de Wagner en tête, et arrive à sortir du cercle de Weimar dans lequel il se sent enfermé, pour développer une œuvre prolifique, dans laquelle le piano, son instrument, tient une bonne place.

Sa cavatine pour violon et orchestre, composée en 1859, suscite un grand engouement, et dans les années 1870, il est un des compositeurs les plus joués en Allemagne, ses œuvres sont aussi programmées en Angleterre ou en Amérique, il est considéré à égalité de Wagner ou de Brahms.

Si on peut arrimer  l’esthétique de Joseph Joachim Raff à celles de Felix Mendelssohn ou de Robert Schumann, elle a toutefois une identité propre, par une espèce de gommage des complexités chromatiques, une transparence, une sérénité et une facilité épanouie, qui peut amener paradoxalement à plutôt penser à un classicisme allemand qu’au romantisme.

Ce double album propose pour la première fois en enregistrement intégral deux cycles de Lieder. Il vaut vraiment la peine d’y mettre les oreilles.

Sanges-Frühling est un cycle de 30 Lieder, dont le début de composition remonte à 1855 où le compositeur est encore à Weimar, mais dont l’achèvement, en 1863, date de son séjour à Wiesbaden et des années gloire.  Si on y trouve un poème du moyen-âge de Walther von der Vogelweide, les autres textes sont ceux de contemporains, ou de quasi contemporains, dont Goethe et Heine, mais surtout de Matthias Jakob Schleiden, d’Emanuel Geibel, de Karl Siebel, de Joseph von Eichendorff, et d’autres.

Maria Stuart est un cycle de 12 Lieder composés en 1872, dédicacés à sa belle-sœur, mezzo-soprano  Emilie Merian-Genast. Les poèmes proviennent d’une anthologie Rose und Distel, Poesien aus England und Schottland (Rose et chardon, poésies d’Angleterre et d’Écosse) de Gisbert von Vincke, paru en 1853, avec des traductions depuis l’anglais, l’écossais, le latin et le français, de poèmes de Marie Stuart, Lord Darnley, David Riccio.

La production a eu la bonne idée de faire appel à trois chanteurs, Noëmi Nadelmann (soprano), Barbara Kozelj (mezzo-soprano) et Thomas Oliemans (baryton), vecteur de diversité. Au piano, Jan Schultsz, chef d’orchestre, mais aussi accompagnateur de renom est impeccable.

Excellent livret en allemand, anglais et français.

« Vor dem Muttergottesbilde », extrait de Sanges-Frühling, CD 1, plage 2.

 

Biographie de Joseph Joachim Raff

 

Jean-Marc Warszawski
8 avril 2017

 

Sanges Frühling

CD 1

1. Das Schloss am Meer
2. Vor dem Muttergottesbilde
3. Elfenschiffer
4. Blätter und Lieder
5. Leb' Wohl
6. Die Winde wehen so kalt
7. Abendbild
8. Betrogen
9. Immer Bei Dir
10. Keine Sorg' um den Weg
11. Höchster Lohn
12. Der Ungetreuen
13. Erstes Müllerlied
14. Das Verlassene Mädchen
15. Zweites Müllerlied
16. Die Hochzeitsnacht
17. Ave Maria

CD 2

18. Mein Herz
19. Der Mond kommt still gegangen
20. Ihr Bild
21. Die Nonne
22. Mädchenlied
23. Rastlose Liebe
24. Schön Aennchen
25. Vom Strand
26. Lorelei
27. Abendstimmung
28. Der Knabe mit dem Wunderhorn
29. Schön Elschen
30. Geständnis der Liebe

Maria Stuart

1. Klage I
2. Klage II
3. Klage III
4. Klage IV
5. Maria Stuart's Abschied von Frankreich
6. An die Dame I
7. An die Dame II
8. David Riccio's letztes Lied
9. Nach der Geburt Ihres Sohnes
10. Vor dem Gang zum Schaffot
11. Abschied von der Welt
12. Gebet

 

 

Jean-Marc Warszawski, ses derniers articles : Le piano de Liszt avec ou sans orchestre par Sylvie CarbonelL'Astrée encède les cantates de Carlo Francesco CesariniSonates de Johannes Brahms et Alban Berg par Florian KrumpöckMauricio Kagel, « Die Stücke der Windrose », par l'Ensemble AlephLes 12 « Concerti di Parigi » de Vivaldi par I'ensemble Il delirio fantasticoUn son de quatuor venu des steppes du Kazakhstan Cora Irsen : tout le piano de Marie JaëllLes vocalises minute d'Elena Vassilieva Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
▉ Statistiques
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2017

bouquetin

Dimanche 9 Avril, 2017 5:43