musicologie

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rss
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

Clôture des Flâneries musicales de Reims

Flâneries musicales de Reims

 

11 août 2017, par Strapontin au Paradis ——

Le mercredi 12 juillet, les Flâneries musicales de Reims qui se sont ouvertes trois semaines plus tôt (22 juin) se sont clôturées en grande pompe avec Philippe Jarrousky et le Concert de la Loge, à la Basilique Saint-Rémi.

Mais auparavant, dans une petite église de Saint-Brice-Courcelles, Elsa Grether et Régis Pasquier offrent un concert pour duo de violons à 16 heures. Le programme, précieux, est un panorama musical constitué d'œuvres allant de l'époque baroque au xxe siècle : sonate no 6 opus 3 en majeur de Jean-Marie Leclair, duo concertant en majeur no 2 opus 67 de Louis Spohr, duo en sol majeur K 423 de Mozart, sonate en ut majeur opus 56 de Sergueï Prokofiev. Si dans Leclair les deux lignes mélodiques sur deux instruments recèlent encore un caractère fortement polyphonique, chez Spohr le classicisme est déjà largement entamé.

Régis Pasquier et Elsa GretherRégis Pasquier et Elsa Grether à Saint-Brice-Courcelles. Photographie © Axel Coeuret.

Il y a du romantisme assez prononcé dans les 18 duos pour deux violons. Le compositeur a vécu à une époque où on pratiquait beaucoup la harpe, il a donc écrit un nombre important de pièces pour violon et harpe (6 sonates pour violon et harpe, 6 duettinos opus 127, 6 pièces opus 135 et quelques pièces isolées), également parce que sa charmante amie était harpiste… Certainement à cause du mauvais temps et du taux élevé de l'humidité, les cordes se défont rapidement et il y a des moments où l'harmonie n'est pas très… harmonieuse, malgré l'intensité de l'interprétation.

Pour le duo de Mozart (il a composé trois duos), Régis Pasquier utilise un alto comme il est indiqué sur la partition. Les deux artistes réussissent particulièrement dans le rondo, dans un esprit frais et juvénile.

Ils prennent un véritable envol dans Prokofiev, dans une concentration enchanteur qui nous emmène vers un horizon nouveau et ouvert.

Philippe Jaroussky et le Concert de la Loge. Photographie © Axel Coeuret.

Le soir, des cantates sacrées baroques constituent le tout dernier concert du festival. Pour la première partie, quelques œuvres de Telemann dont on fête cette année le 250e anniversaire de la mort, et la deuxième partie est consacrée à Johann Sebastian Bach. Bien qu'essentiel de la période baroque comme compositeur, Telemann est encore méconnu au public, ce concert est une bonne occasion de le lui faire découvrir, d'autant que l'orchestre Le Concert de la Loge est labellisé « Télémann 2017 » pour la célébration. Le contre-ténor semble maintenant à l'aise avec le répertoire allemand pour lequel il a pris le temps de murir, tout en gardant sa vocalité brillante au timbre clair. Le timbre clair, peut-être trop clair par certains moments pour Bach. Dans la cantate « Ich habe genug », la différence de couleurs dans la voix de Jarrousky entre les tessitures aiguës, miroitantes, et graves, serrées, est si flagrante que cela laisse l'impression de rupture, jusqu'à nous faire sursauter, même si l'écriture de Bach dans cette pièce, avec des sauts d'intervalles importants, est extrêmement difficile à interpréter. Son approche semble très mélodique, ce qui nous donne personnellement une sensation d'indigestion ; nous avons plus l'envie ou le besoin d'entendre la ligne mélodique dans l'harmonie d'ensemble… Le Concert de la Loge assure une très belle prestation à la fois rigoureuse et nuancée, tout au long de la soirée. Au début de la deuxième partie, dans la suite BWV 1067 pour flûte et cordes, la jeune flûtiste Anne Besson fait preuve d'une virtuosité éblouissante et d'une musicalité naturelle, en accord parfait avec l'ensemble. Dommage que le programme ne mentionne pas son nom comme soliste.

 

 Strapontin au Paradis
11 août 2017

 

Strapontin au Paradis [sap@musicologie.org]. Ses derniers articles : Le 12e Festival Pianissimes a vécuLe jour le plus long à VézelayLille Piano(s) Festival 2017 : encore plus d'éclectisme joyeuxLille Piano(s) Festival : Récitals solo et duoLe Rivage des voix : festival pour la voix dans tous ses étatsAlexandre Kantorow, Aurélien Pascal, Andrew Tyson au couvent des récollets de ParisBeethoven entre l'amour et la guerre : Orchestre des Champs-Élysées et Philippe Herreweghe à Saintes — Tous les articles.

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
▉ Statistiques
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Vendredi 11 Août, 2017 11:28