bandeau texte
 ▉ Biographies
 ▉ Encyclopédie
 ▉ Articles et études
 ▉ La bibliothèque

 ▉ Analyses musicales
 ▉ Colloques, conférences
 ▉ Universités françaises
  
 Nouveaux livres
 Nouveaux cédés
 Agenda

 Petites annonces
 Téléchargements
 Presse internationale

Recherche

 Soutenir musicologie.org
▉ S'abonner au bulletin

rss Flux rss

Georg Matthias Monn
1717-1750

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : Un parcours découverte. La musique instrumentale entre le temps de Bach et celui de Mozart : Autriche.

Georg Christoph Wagenseil (1715-1777) - Ignaz Holzbauer (1711-1783) - Leopold Mozart (1719-1787) 

 

Son nom est souvent associé à celui de Wagenseil pour désigner les prédécesseurs viennois de Haydn. Sa carrière fut plus brève (il disparut la même année que Bach) et plus modeste (il fut organiste à la Karlskirche de Vienne pendant les douze dernières années de sa vie). Il a laissé de la musique sacrée et surtout un catalogue large et diversifié de musique instrumentale dans lequel on a, jusqu'à présent, essentiellement retenu certaines symphonies et quelques concertos, notamment un fort beau concerto pour violoncelle en sol mineur et un remarquable concerto pour violon en si bémol majeur. Sa musique apparaît souvent plus personnelle que celle de Wagenseil, et comporte elle-même des traits nettement pré-haydniens. « Le mouvement lent en mineur de la symphonie en sol majeur, datée de 1749, annonce de près la page correspondante de la 3e de Haydn, d'une dizaine d'années postérieure et dans la même tonalité ; peut-être Haydn avait-il dans l'oreille la musique de son prédécesseur. Le finale de cette même œuvre est très original et très curieux sur le plan rythmique. On admire également la beauté et la diversité des mouvements lents. Auteur de la première symphonie connue en quatre mouvements avec menuet, Monn s'impose comme le plus intéressant compositeur viennois de musique instrumentale de la génération précédant celle de Haydn, et l'on se demande ce qu'il serait advenu s'il n'était pas mort si jeune. »1     

 

Georg Matthias Monn, Concerto pour violoncelle en sol mineur (III. Allegro non tanto) par Jean-Guihen Queyras et le Freiburger Barockorchester, sous la direction de Petra Mullejans.

 

Georg Matthias Monn, Concerto pour violon en si ♭majeur par Mary Utiger et La Stagione Frankfurt, sous la direction de Michael Schneider.

 

Georg Matthias Monn, Symphonie en sol majeur par L'Arpa Festante, sous la direction de Michi Gaigg.

Notes

1. Vignal Marc, dans « Le Monde de la musique » (204), novembre 1996

 À propos   Contact     Collaborations éditoriales

rectangle rectangle_actu rectangle rectangle

musicologie

ISSN2269-9910

Références / musicologie.org 2016

Samedi 14 Mai, 2016 21:00