musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . rss . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir
Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : Un parcours découverte

La musique instrumentale entre le temps de Bach et celui de Mozart : Italie

Giovanni Battista Sammartini (v.1700-1775)Pietro Domenico Paradisi ou Paradies (1707-1791)Baldassare Galuppi (1706-1785)Giovanni Battista Martini (1706-1784)Giovanni Battista Cirri (1724-1808).

Giovanni Battista Martini
1706-1784

« Le Padre Martini a laissé l'image d'un savant contrapuntiste, d'un musicologue, d'un pédagogue efficace (sous sa férule ont passé Jean-Chrétien Bach et Mozart) ; mais on ne prend le compositeur qu'avec des pincettes. On feint d'accuser ce savoir, on en décrète, sans trop de preuves, la sécheresse ; en réalité, on lui reproche de ne pas voir le courant de l'histoire. »1 Or ce grand érudit, qui se payait le luxe d'entretenir une correspondance avec les grands de ce monde (rois et papes), savait aussi être un homme de son temps. Au cours de sa longue vie à Bologne, s'il publia peu, il composa beaucoup, y compris dans le domaine instrumental (concertos, sinfonias, sonates pour clavier), et si on se donnait la peine d'y aller voir, par exemple dans les deux cahiers de sonates pour orgue et/ou clavecin qu'il publia en 1742 et 1747, on s'apercevrait que le savant contrapuntiste attaché aux valeurs du passé s'est montré capable, sans pour autant se renier, d'éclaircir sa palette et de rajeunir son langage en y intégrant les douceurs de l'esthétique galante. Ainsi, dans le second de ces deux recueils, « la cantabilità règne en diva adorée à la voix supérieure. Mais si le soprano domine, séduit, l'accompagnement ne se contente pas d'accords battus ou d'insipides formules de basse d'Alberti comme faire-valoir ; au contraire, le contrepoint se fait plus vaillant que dans les essais précédents. »2

  

Giovanni Battista Martini, Sonata VII (1742), par Susanna Piolanti

 

Giovanni Battista Martini, sonata III (1747) en sol majeur par Oscar Milani

 

Giovanni Battista Martini, Sinfonia a quattro, 1749 (I. senza indicazione di tempo) par Il Rossignolo / Ottaviano Tenerani, dir.

 

Notes

1. Sacre Guy, La musique de piano : dictionnaire des compositeurs et des œuvres. « Bouquins », Robert Laffont, Paris 1998, p. 1785.

2. François-Sappey Brigitte, dans Gilles Cantagrel (direction), « Guide de la Musique d'orgue », Fayard, Paris 2003, p. 543.

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

Vendredi 20 Avril, 2018