bandeau texte

 ▉ Biographies
 ▉ Encyclopédie
 ▉ Articles et études
 ▉ La bibliothèque

 ▉ Analyses musicales
 ▉ Colloques, conférences
 ▉ Universités françaises
  
 Nouveaux livres
 Nouveaux cédés
 Agenda

 Petites annonces
 Téléchargements
 Presse internationale

Recherche

 Soutenir musicologie.org
▉ S'abonner au bulletin

rss Flux rss

Ignaz Holzbauer
1711-1783

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : Un parcours découverte. La musique instrumentale entre le temps de Bach et celui de Mozart : Autriche.

Georg Christoph Wagenseil (1715-1777) - Georg Matthias Monn (1717-1750) - Leopold Mozart (1719-1787) 

Cet autre Viennois présente une particularité, celle d'avoir été aussi une figure marquante de l'École de Mannheim. De 1753 à 1778, il y fut maître de chapelle et y composa de nombreuses œuvres pour orchestre. Mais ce quasi-autodidacte aura exercé bien d'autres fonctions au cours d'une carrière très itinérante. « Pour complaire à son père qui aurait aimé le voir juriste, il commence par étudier le droit. Mais, taraudé par son goût pour la musique, il s'attelle parallèlement en autodidacte au fameux traité Gradus ad Parnassum de Fux, part en Italie où il se perfectionne par la fréquentation des œuvres de Vivaldi, Albinoni, Lotti, Porpora et Galuppi, si bien qu'à son retour on le retrouve comme maître de chapelle et directeur musical de l'Opéra du comte von Rottal à Holleschau en Moravie, puis à Vienne, Stuttgart, Ludwigsburg et Mannheim. »1 Une part importante de son énorme production est constituée d'opéras et de musique sacrée, et l'on raconte que, lors d'un séjour à Mannheim en 1777, Mozart put en entendre un échantillon qui lui fit très belle impression. Ses œuvres instrumentales (sinfonias, concertos, divertimentos, quatuors…) témoignent de la variété des influences qu'a subies ce musicien voyageur, et tout autant peut-être de son habileté à s'adapter aux divers publics et circonstances auxquels elles répondaient. On y relève donc des traits caractéristiques du baroque italien, aussi bien que de belles manifestations de style galant.

Ignaz Holzbauer, Symphonie en mineur par l'Orfeo Barockorchester, sous la direction de Mich Gaigg.

 

Ignaz Holzbauer, Concerto pour flûte en mi mineur, par la Stagione Frankfurt, Karl Kaiser (flûte et direction).

 

Ignaz Holzbauer, Quintette no 1 en sol majeur pour pianoforte, flûte, violon, alto et violoncelle par la Camerata Köln

 

Notes

1. Hamon Jean, dans « Répertoire » (120),  janvier 1999

 À propos   Contact     Collaborations éditoriales

rectangle rectangle_actu rectangle rectangle

 

musicologie

ISSN2269-9910

Références / musicologie.org 2016

Lundi 16 Mai, 2016 3:12