musicologie
jeudi 1er mars 2018
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . rss . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir
Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : Un parcours découverte

La musique instrumentale entre le temps de Bach et celui de Mozart : Italie

Giovanni Battista Sammartini (v.1700-1775)Pietro Domenico Paradisi ou Paradies (1707-1791)Baldassare Galuppi (1706-1785)Giovanni Battista Martini (1706-1784)Giovanni Battista Cirri (1724-1808).

Baldassare Galuppi
1706-1785

 

Baldassare Galuppi (1706-1785): ce Vénitien bon teint, qui fut longtemps maître de chapelle à Saint-Marc, s'acquit une telle réputation qu'en 1765, il fut appelé en Russie et y passa plusieurs années comme directeur musical de la chapelle de la cour de la Grande Catherine, à Saint-Pétersbourg. « Le Buranello, comme on l'appelait, du nom de l'île de Burano près de Venise, où il est né, fut le compère de Goldoni ; ensemble, ils signèrent quelques grands succès de théâtre, les drôleries de l'un relevées par la verve de l'autre. Presque personne ne s'aperçut, à son époque, qu'il écrivait aussi des sonates pour clavier : une centaine, autant que d'opéras, qui auraient été composées entre 1740 et 1760, et dont moins du quart furent publiées de son vivant. »1 On répète à l'envi que le meilleur de Galuppi n'est pas dans ces sonates, et moins encore dans les divers concertos qu'il composa par ailleurs, mais bien plutôt dans ses œuvres vocales, y compris celles qu'il écrivit pour les cultes catholique et orthodoxe. Soit ! Reconnaissons cependant qu'au sein de cette abondante production instrumentale figurent des pages qui dépassent la banale séduction mélodique trop souvent associée au nom de ce musicien. Derrière les lignes simples et colorées de certaines sonates apparaît souvent une lumière intime d'un raffinement qui évoque Mozart ; on y croise également d'étonnantes réminiscences de Domenico Scarlatti, avec des moments de troublante mélancolie mais aussi des passages d'une belle vivacité. Certains grands pianistes, comme Horowitz et Michelangeli qui en inscrivaient certaines dans leurs programmes, n'y ont visiblement pas été insensibles.

Baldassare Galuppi, Sonate no 5 en ut majeur (I. Andante), par Arturo Benedetti Michelangeli, en public, 1962.

 

Baldassare Galuppi, Sonate no 5 en ut majeur par Arturo Benedetti Michelangeli.

 

Baldassare Galuppi, Concerto pour basson en si♭ majeur, par Sergio Azzolini et L'Opera stravagante (Ivano Zanenghi, dir.), reconstitution Sergio Azzolini

Notes

1. Sacre Guy, La musique de piano : dictionnaire des compositeurs et des œuvres. « Bouquins », Robert Laffont, Paris 1998, p. 1180.

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

Vendredi 20 Avril, 2018