bandeau texte

 

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : Un parcours découverte

La musique instrumentale entre
le temps de Bach et celui de Mozart
France

Michel Blavet
1700-1768

Jacques Duphly  (1715-1789)Michel Corrette  (1707-1795)Armand-Louis Couperin  (1727-1789)Claude-Bénigne Balbastre (1727-1799) Pancrace Royer (v.1705-1755)Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville (1711-1772)Jean Barrière (1707-1747)Louis-Gabriel Guillemain (1705-1770)Nicolas Chedeville (1705-1782)François-André Danican, dit Philidor (1726-1795Joseph-Marie Amiot (1718-1793.

Ce musicien ne peut qu'être cher au cœur des flûtistes : non seulement il leur a destiné l'essentiel de sa production, mais de plus il fut l'un des leurs, en l'occurrence l'un des plus fabuleux flûtistes de son temps. Et le plus étonnant dans son histoire, c'est que dans sa Franche-Comté natale, ce modeste fils de menuisier apprit la flûte (et le basson) en autodidacte avant de commencer sa carrière à Paris au service du duc de Lévis. Trois ans plus tard, en 1726, il faisait ses débuts au Concert Spirituel dont il allait être, pendant plus de vingt-cinq ans, une des grandes vedettes. Par la suite, après avoir eu l'occasion de briller à la cour de Prusse où, en expert, Frédéric II chercha vainement à s'attacher ses services, Blavet devait cumuler les honneurs, devenant notamment un membre hautement respecté de la Chambre du Roy, puis soliste de l'Orchestre de l'Opéra, en même temps que… Grand Maître de la Franc-Maçonnerie française.

Œuvres de chambre

Outre diverses petites pièces (préludes, gavottes, menuets, variations) « accommodées » pour deux flûtes ou « deux dessus », Blavet a laissé trois livres de sonates pour flûte : l'opus 1 (1728) comporte six sonates pour deux flûtes traversière sans basse ;  l'opus 2 (1732) propose six sonates mêlées de pièces pour flûte et basse continue qui, avec leur alternance de mouvements de sonate, de danses et autres pièces sous-titrées, apparaissent comme des œuvres composites entre la suite à la française et la sonate corellienne ; et l'opus 3 (1740) est constitué de six sonates pour flûte et basse continue, qui, elles, comportent essentiellement des mouvements de sonate, même si, de temps à autre, le compositeur y introduit une gigue, un menuet ou une gavotte.

Tout cela, on s'en doute, est superbement écrit pour mettre en valeur le potentiel de la traversière, et la musique y trouve son compte. « Certaines de ces sonates sont de véritables petits chefs-d'œuvre, qui valent par toutes les qualités qui sont celles de la musique française du temps : les idées mélodiques sont claires, mais expressives, et l'enjouement des mouvements vifs s'oppose à la grâce charmante ou au pathétique tendre des pièces lentes. Blavet sait avec bonheur mêler la manière française et l'art italien, — ces Goûts réunis chers à ses contemporains. »1 Ces « petits chefs-d'œuvre », on les trouvera en particulier dans l'opus 2 (avec la sonate II intitulée La Vibray, qui est de toutes les anthologies, mais aussi les sonates IV et V) et dans l'opus 3 (sonates II, IV, V et VI).

Michel Blavet, Sonate opus 2 no 2 en re mineur La Vibray par Jed Wentz et Musica Ad Rhenum

 

Michel Blavet, Sonate opus 2 no 5 en re majeur La Chauvet par Claire Guimond, Jonathan Manson et John Toll.

 

Michel Blavet, Sonate opus 3 no 2 en si mineur par Jed Wentz et Musica Ad Rhenum.

Œuvre concertante

Ici, le singulier s'impose car Blavet n'a laissé en tout et pour tout qu'un concerto, son curieux concerto en la mineur pour flûte, cordes et continuo, où, entre les deux Allegros de rigueur, le musicien intercale étrangement deux gavottes d'esprit typiquement français. Dans cette œuvre, Blavet met brillamment en valeur le soliste tout en conciliant une fois encore les goûts talien et français, mais ses mérites ne s'arrêtent pas là : « Contrastant avec le charme délicat de la partie centrale, les deux mouvements extrêmes de ce concerto recèlent une théâtralité surprenante qui va bien au-delà de la simple virtuosité. »2

Michel Blavet, Concerto pour flûte en la mineur, Jed Wentz et Musica ad Rhenum.

 

Biographie de Michel Blavet

Notes

1.  De Place Adélaïde, dans François-René Tranchefort (direction),  Guide de la Musique de chambre, Fayard, Paris 1998, p. 123.

2. Parouty Michel, , dans François-René Tranchefort (direction), Guide de la Musique symphonique, Fayard, Paris 2002, p. 108.

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale

musicologie

ISSN2269-9910

Références / musicologie.org 2016

Lundi 16 Mai, 2016 3:16

Recherche

rectangle

rectangle_actu

rectangle

rectangle