musicologie

Actualités Biographies Encyclopédie Textes Livres Cédés Annonces Recherche

Grigory Sokolov ovationné debout au Festival de Verbier

Grigory Sokolov, église de Verbier, 26 juillet 2016. Photographie © Nicolas Brodard.

26 juillet 2016, église de Verbier, par Strapontin au Paradis ——

Grigory Sokolov, devenu une légende vivante du piano, fait salle comble partout où il se produit. Son récital au Théâtre des Champs-Élysées, le 16 novembre prochain, est complet depuis longtemps. Cette soirée à Verbier fut donc une des rares occasions de pouvoir l'entendre, de surcroît, dans le cadre intime de l'église de Verbier (500 places), réservée à la musique de chambre.

Au programme : l'Arabesque, opus 18 et la fantaisie en ut majeur opus 17 de Robert Schumann, et de Frédéric Chopin, deux nocturnes opus 32 et la sonate no 2 en si♭ mineur opus 35.

Le jeu de Sokolov, avec beaucoup de forte et son interprétation très personnelle, voire extravagante pour certains, est intact : notes ou / et phrases intentionnellement détachées là où on joue habituellement legato, le tempo, soit très lent soit très rapide, effets sonores recherchés… 

Dans la deuxième section de l'Arabesque de Schumann (à partir du « Minore I », mesure 43), par exemple, sur la mélodie en octave, il fait ressortir la voix supérieure (à la main droite), faisant résonner la voix inférieure (à la main gauche) comme s'il s'agissait d'un écho ou d'une ombre, créant ainsi un effet double et étrange. Il sculpte et élabore la matière sonore, à sa manière, inimitable par les autres. Inimitables aussi ses fameux fortes, qu'il « plaque » comme s'il posait des pierres taillées massives sur les murailles en construction d'un château ou d'une forteresse grandioses. Les décibels sont impressionnants et peuvent sonner tapageurs dans certaines conditions acoustiques (ce qui était effectivement le cas ici), mais ils sont toujours subtilement nuancés. Tout cela engendre parfois une sorte de pathos, une atmosphère grave, voire tragique, quel que soit le caractère de la pièce. Et c'est ce qui fait de Sokolov ce qu'il est.

Dans la fantaisie, l'enchainement entre les deux derniers mouvements saute aux oreilles. Il maintient à l'aide de la pédale droite les derniers accords du deuxième mouvement, de façon à ce que les premiers accords de « Langsam » soient en sorte leur prolongement, qu'ils s'y fondent en harmoniques. Ici aussi, l'alchimie s'opère pour un effet plus qu'original et inattendu.

En deuxième partie, les deux nocturnes de Chopin sont plus « conventionnels », mais les contrastes entre la douceur et le mordant éveillent une fois de plus notre curiosité. Dans la sonate, si la « marche funèbre » est d'une formidable lenteur comme pour insister sur la douleur ou la fatigue assommante, la partie médiane, jouée avec plus d'entrain, est céleste. Le presto final est ce qui est probablement le plus imprévisible. Toutes les notes sont exécutées complètement détachées, sans pédale, bouleversant la conception que l'on a habituellement de ce mouvement : quelque chose de surnaturel, brouillé avec pédales, tels que grouillements souterrains, coup de vent maléfique, une sorte d'apparition fantomatique… C'est à travers cette clarté due au détachement des notes, que Sokolov nous impose définitivement sa vision. Comme s'il nous avertissait qu'un musicien ne doit jamais être tributaire d'une interprétation communément acceptée. Et son jeu nous convainc dans cette question cruciale de l'interprétation, que l'on aime ou non.

Pour terminer ou prolonger son espace sonore, il donne six bis : cinq des six Moments musicaux de Schubert, et une mazurka de Chopin.

 

Stapontin au Paradis
26 juillet 2016

 

Strapontin au Paradis [sap@musicologie.org]. Ses derniers articles : La musique américaine à l'honneur au festival « Les Amateur Virtuoses ! » ---- Inauguration de l'Orchestre des jeunes d'Île-de-France — Œuvres pour piano seul de Benjamin Godard par Éliane Reyes — Festival Les PianissimesLille Piano(s) Festival (II) : variations sur le thème de l'originalitéLille Piano(s) Festival : grande crue pour la 13e édition (I)Tous les articles.

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
<
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Mardi 2 Août, 2016 8:09